Distress - Others

Chronique CD album (1:11:00)

chronique Distress - Others

A moins d'avoir passé les dix dernières années dans une cave, il est strictement impossible d'écouter une minute de l'album de Distress sans bêtement penser à Opeth. Bon, ok c'est un peu rude de commencer une chronique comme ça mais n'importe quel chevelu reconnaîtra l'influence de la bande à Akerfeld dès les premières secondes du disque : 1 riff death mélo, des alternances chant hurlé/chant clair, une petite galipette acoustique et hop! Ça y est c'est fait... On pense à Opeth. Bon après faut pas me faire dire ce que je n'ai pas dit non plus! Les gars de Distress s'en sortent bien et ce n'est finalement pas si étonnant vu le niveau du modèle!

 

La véritable question deviens dès lors très simple: qu'est ce que Distress apporte au schmilblick?.. Un bon album bien ficelé déjà. A l'instar de vous-savez-qui, les compos sont longues, ultra complexes et renferment chacune autant de riff qu'il en faut pour faire un bon album de Dimmu Borgir... Voire deux! Ça n'arrête pas de jongler entre les avalanches de plans metal et les instruments acoustiques (guitare, piano), ça colle des variantes de variantes partout, ça regorge de mises en places et de mélodies à tiroir, le tout sur plus d'une heure. Car, une fois de plus, les chansons de Distress sont longues, très longues (elles tombent très rarement en dessous de cinq minutes et fricotent plus volontiers avec les dix). Trop longues peut être, surtout quand on voit la densité du truc. Bon ça c'est justement une des rares critiques que l'on a pu faire à Opeth, mais ces derniers ont su s'en sortir avec brio au fil des albums... Et ça c'est une première différence entre le maître et l'élève: Distress n'a pas vraiment pondu un album très digeste et il est très difficile de se l'enfiler d'une traite. Le tout regorge néanmoins de pas mal de pépites absolues (le titre « self to shreds », tuerie du disque) et il y a légions de riffs qui n'auront aucun mal à se tailler une bonne place dans votre mémoire... Mais tout ça est un peu noyé dans une abondance de tout. La deuxième différence est plus positive. Les gars de Distress ont visiblement essayé d'élargir le plus possible les limites de leur musique. Alors s'il est vrai que l'on navigue la majorité du temps dans un Death mélodique progressif épique bla bla (à l'instar de...), on se mange aussi pas mal de petits trucs un chouilla plus original: quelques passages plus violents à renfort de blasts et de gros palm mute (tendance Edge Of Sanity), une utilisation très fréquente du chant clair (un phrasé sur deux des fois), quelques passages bien méchants nous renvoyant plus vers un black métal sophistiqué (tendance Diabolical Masquerade). Bon, c'est pas la révolution non plus et n'éloigne finalement pas Distress du sillage du groupe suédois dont on n'arrête pas de parler depuis le début mais c'est déjà pas mal.

 

Donc en résumé, « Others » est un bon album très dense, qui regorge de trésors de mélodies et d'arrangements mais qui souffre d'une trop grande ressemblance avec le groupe dont le nom commence par un O. D'un autre coté j'aime à penser que, vu le niveau technique et néanmoins créatif des garçons, ils réussiront à se dégoter une identité sympa et à sortir un grand album... Qui sait...

photo de Swarm
le 10/04/2007

4 COMMENTAIRES

sepulturastaman

sepulturastaman le 16/04/2007 à 16:22:39

J' ai pas passé les dix dernières années dans une grotte et pourtant je n' ai jamais écouté d' Opeth.

swarm

swarm le 25/04/2007 à 01:59:02

oui, bon, j'y suis allé un peu fort, ok... et puis je suis pas sûr que t'accroches. Mais disons que tu as au moins une bonne idée de ce à quoi ça ressemble, hein?... non?...

lolo

lolo le 11/05/2007 à 01:02:28

Ayé, un groupe alterne chant clair/ Death, met de l'acoustique, etc, et on les qualifierai presque de copieur d'Opeth!!!!!
Vive la chroniques constructives

Tookie

Tookie le 02/05/2010 à 11:35:13

Elle est marrante cette pochette, on dirait que le mec a piqué le nez de quelqu'un

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021