Division : Cristal - Point Oméga

Chronique mp3

chronique Division : Cristal - Point Oméga

Les mondes de la Techno et du Metal ont ça en commun de bénéficier d'une image très négative auprès du grand public. Musique de drogués juste bonne à vivre son trip les oreilles collées contre des enceintes crachant un "Boom Boom" décérébré pour le premier. Ramassis d'alcooliques juste bons à montrer leur auguste postérieur aux caméras de Yann Barthes. Et les clichés ont la vie dure. Alors, quand on mêle les deux, je n'ose imaginer ce que la bien-pensance consensuelle abrutie par les conneries débitées par le stagiaire de BFM. Fort heureusement, il y a peu de chances que Point Oméga, le premier album de Division: Cristal, formation parisienne qui a fait le choix de napper ses rythmiques et claviers technoïdes de guitares et vocaux issus du Metal extrême, atterrisse sur sa platine.

 

Le groupe parvient à se faufiler dans l'espace laissé vacant entre Mysticum, The Kovenant, Punish Yourself et Pavillon Rouge. La tâche n'est pas facile, mais il y arrive avec brio, grâce notamment à une qualité de composition qui ne néglige aucun des aspects cités plus haut. Le groupe, sur sa page FB, se définit comme pratiquant du Black Metal teinté de Techno. À l'écoute principalement des sons et mélodies de synthé, je parlerais plus de Metal Indus extrême car jamais sur ce disque de Division: Cristal ne se montre inquiétant ou malsain. On ne retrouve pas sur Point Oméga d'ambiances froides, noires ou misanthropiques, propres à l'Art Noir. Attention ! Loin de moi l'idée de reprocher au groupe cette absence. Au contraire, je souhaite désamorcer tout de suite d'éventuelles attentes qui seraient déçues.

 

Les guitares et le chant se taisent le temps d'un "Aux Rivages Blancs Du Zodiaque", césure purement Techno, mais dotée d'une cavalcade rythmique digne d'un Steve Harris qui aurait pris son petit bout de X. Les emprunts au Punk sont également très nombreux: le riff d'intro de "DX(S)M" (suivi d'un « eins, zwei, drei, vier ») ou dans la manière d'éructer certains vocaux ("L'Innocence Par Le Sang"). Point Oméga est donc un bon album de Metal dansant, qui arrive, grâce à la présence de nombreux autres ingrédients qui apportent une certaine variété, à tirer son épingle du jeu. On pourra cependant lui reprocher un manque de travail sur les ambiances, peu marquées. Mais, n'oublions pas qu'il s'agit là d'un premier album, les bases semblent solides, le temps et l'application permettront d'affiner cet aspect à n'en point douter.

photo de Xuaterc
le 06/03/2020

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements