Elenium - Caught in a Wheel

Chronique CD album (48:14)

chronique Elenium - Caught in a Wheel

« Dans le cours d’aujourd’hui, nous allons poursuivre l’étude de la table de Mendeleïev commencée en fin de semaine dernière. Elève Pidji, pourriez-vous nous rafraîchir un peu la mémoire en nous donnant un exemple de métal lourd?

- Euuuuuhh… le Trivium?

- Non là vous confondez métal lourd et métal lourdingue. Oui élève Cobra?

- Le Krisiun m’sieur, et le Thorium aussi!

- Très bien élève Cobra! Par contre vous me ferez le plaisir d'arrêter de confondre halogènes et hallucinogènes et de me ranger ce 8 feuilles: on n'est pas en TP que diable! Bon, nous allons à présent nous intéresser à des métaux plus légers – ce qui ne signifie pas moins intéressants hein, on cesse de ricaner près du radiateur! – et étudier les caractéristiques de l’Elenium. Comme vous le constatez sur ce schéma, le noyau de l’Elenium est constitué de 6 membres: 2 protons à la 6 cordes plus un à la basse – dont les charges sont effectivement remarquablement positives –, plus un neutron au chant (partagé avec la noyau de l’Omnium Gatherum, de la même série chimique) et un autre à la batterie. Il devrait logiquement en être de même pour le 6e nucléon et pourtant celui-ci n’est pas neutre du tout tant, par son apport au clavier, il participe à la personnalité du groupe. A présent l'un d'entre vous saurait-il me dire où l'on peut trouver l'Elenium?

- ... Avec les garçons !

- ... En Grècium ?

- C'est ça: très spirituel... Comme vous devriez le savoir, la majorité des gisements de métaux légers de type death mélodique se situent dans le grand nord européen, en l'occurence en Finlande dans le cas qui nous intéresse. Tiens d’ailleurs vous saurez peut-être quand même me citer d’autres métaux présents en abondance dans ces contrées? Oui élève Sepulturastaman?

- Le Children of Bodium et l’Amorphis m’sieur!

- En effet, voilà bien là deux éléments qui partagent beaucoup avec l’Elenium, ce dernier n’étant pour autant pas une bête copie carbone ou un isotope sans saveur, loin de là. Mais puisque j’ai manifestement du mal à conserver votre attention – élève Toukene cessez de dessiner des pentagrammes au blanco sur votre table, merci! – je vous propose d’étudier les propriétés de l’Elenium sur un ouvrage entièrement réalisé dans ce métal. * Fouille dans sa sacoche * Là: je vous ai amené un exemplaire de Caught in a Wheel, belle pièce d’orfèvrerie alliant raffinement et robustesse. Dès le premier abord vous constaterez que ce métal de la mort, s’il allie bien lui aussi mélodie omniprésente et technicité non-démonstrative, se distingue nettement des productions issues des fonderies göthenbourgeoises comme de la grossière sidérurgie américano-metalcorienne. En effet, les caractéristiques de l’Elenium rendent possibles la création de pièces plus légères – atmosphériques même, irais-je jusqu’à dire – qui ont le côté tranchant et incisif du thrash et la mélodie du death mélo old school à la Edge Od Sanity / Amorphis, pour un résultat comparable à un alliage Symbyosis / early Godgory – c’est dire les qualités intrinsèques de ce matériau!

Certes la présence du nucléon n°6 peut être considérée comme une faiblesse structurelle, et elle exercera immanquablement une force de répulsion sur les corps allergiques au synthé sucré... M’enfin rien d’aussi toxique que du plomb, de l’amiante, ou du Raintime. Il est vrai néanmoins que si l’on y regarde de plus près, un objet comme Caught in a Wheel présente quelques imperfections inhérentes à ce genre de metal, telle une intro dispensable et un « Of The Man Who Died » aussi sirupeux que balourd. On constate aussi un certain manque d’étanchéité de la structure, notamment par rapport aux éléments « modern death » de son environnement, dont les saccades et les décalages quantico-rythmiques ont quelques peu influé sur la trajectoire de ses électrons (cf. le milieu de « The Escalator » et « Twelve »). M’enfin vous ne pourrez nier à l’écoute des excellents soli de « Human », d’un chouette « Velocity » conclusif ou du tube atomique qu’est « Caught In A Wheel » que l’Elenium possède surtout une puissante force attractive, et qu’il irradie les mélodies entêtantes...

Bon, élève Viking Jazz, qu’est-ce que je viens de dire à l'instant…?

- …

- C’est bien ce qu’il me semblait: dès qu’on vous demande plus de 10 lignes d’attention vous lâchez prise… Vous n’arriverez jamais à rien dans ces conditions vous m’entendez?! Bon et puis vu le bordel ambiant dans cette classe, vous allez tous me sortir une copie double: interrogation surprise sur les composés aromatiques. Allez, on me donne les caractéristiques des phénols. Et élève Carcinos, qui vous marrez bêtement dans votre coin: vous me dessinerez en plus la molécule de Tétrahydrocannabinol, ça devrait vous motiver! »

 

 

 

 

La chronique, version courte et sérieuse: du bon death mélo/atmo à l’ancienne, le synthé en plus.

photo de Cglaume
le 30/10/2011

4 COMMENTAIRES

Geoff FaTbaStArD

Geoff FaTbaStArD le 30/10/2011 à 14:15:37

Haha, la barre de rire! Excellente chro, à quand l'exam blanc?

cglaume

cglaume le 30/10/2011 à 19:15:35

Un exam blanc ? Sous forme de "Cul c'est aime" pourquoi pas ;)

Jull

Jull le 31/10/2011 à 09:50:30

Enorme!

Ukhan Kizmiaz

Ukhan Kizmiaz le 31/10/2011 à 09:57:46

ahahaha excellent !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021