Gravity Slaves - Dust

Chronique CD album (45 minutes)

chronique Gravity Slaves - Dust
C’est en ce bon week-end du mois de janvier que je me lance dans la chronique d’un groupe que j’avoue découvrir avec cet album. En effet, malgré deux albums sortis précédemment je n’avais encore que très peu entendu de morceaux de ce groupe, et c’est donc avec ce troisième album « Dust » que j’appréhende véritablement la musique des Gravity Slaves.

Ces esclaves de la gravité sont au nombre de quatre et nous viennent de la région d’Orléans, lieu de résidence des plus connus Burning Heads, et dont l’un des membres produit « Dust ». Ce dernier album sort après le désistement de l’ancien frontman des esclaves, et malgré ce départ, le groupe semble être en très grande forme. Preuve de cette grande forme en ces quinze morceaux qui composent leur dernier effort.

C’est donc avec curiosité que j’ai écouté cet album, et honnêtement, lors de mes premières écoutes je n’ai pas été très convaincu par la musique du combo. Elle me semblait assez décousue, avec une impression que le groupe ne savait pas trop où il voulait aller, mêlant les différentes influences des membres dans une sorte de gros melting-pot du punk et du hardcore de ces quinze dernières années.
Et pourtant, au bout de plusieurs écoutes j’ai finit par réellement apprécier cet album, et me suis rendu compte de ses nombreuses qualités. Tout d’abord la production, signé donc pas un Burning Heads, sonne très live et brute, ce qui confère à la musique une incontestable puissante et surtout authenticité. Et malgré une prod’ live, on discerne aisément les différents instruments. Les instruments, parlons en d’ailleurs, et surtout des guitares. Au nombre de deux, elles sont incontestablement le fil directeur des compositions et se sont elles qui donnent ce côté très varié au cd par leur originalité et un sens de la mélodie dominant.
Un autre point non négligeable se situe au niveau du chant, qui depuis le départ du frontman du groupe, est désormais partagé et ce n’est plus une voix, mais trois voix différentes qui viennent ponctuer les titres et évite la lassitude.

La lassitude, quasi impossible de se lasser tout au long de ces quinze pistes. L’énergie et la spontanéité sont les maitres mots de ce cd, et ça se ressent. Les compositions, malgré une base punk-rock certaine, sont partagées entre plusieurs influences, toutes digérées et pourtant bien palpables. Allant de groupes comme Fugazi pour l’urgence et le côté fiévreux, comme sur « Show Me How », à des groupes comme Quicksand pour ce son assez sec et vif. Mais des titres rappelant aussi leur influence directe que sont les Burning Heads sont aussi présent, comme le titre d’ouverture « Ten Years Later », et l’ombre des Suédois de Refused ne plane jamais très loin, comme sur « Leave Me Alone ». Le tout dans une ambiance tendue et rock’n’roll à la fois.

Ce troisième album des Gravity Slaves est une agréable surprise et une bonne découverte musicale pour ma part. Si de prime abord l’album paraît décousu, il se révèle être par la suite des plus passionnants. Ce melting-pot d’influences prend forme très rapidement et malgré ces dernières, le groupe garde une originalité certaine et une forte personnalité musicale. Le quatuor se révèle donc être un excellent groupe de punk à tendance hardcore qui transpire l’authenticité et qui ravira grand nombre d’amateurs.
photo de DreamBrother
le 13/01/2007

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements