Helheim - Heidindomr Ok Motgangr

Helheim - "Heidindomr Ok Motgangr "
chronique Helheim - Heidindomr Ok Motgangr

Le Viking Metal est un genre thématique, et non musicale, quelque fois moqué par les Metalleux sérieux alors qu''il s'inscrit, pour moi, parfaitement dans cette culture très second degré.

Dominé par les sympathiques baudruches d'Amon Amarth et les horripilants Turisas, le Viking Metal prend pourtant, parfois, des atours extrêmement sombres.

 

Helheim est l'un des neuf monde de la mythologie scandinave, royaume de la déesse Hel (ou Hela), la plus jeune enfant de Loki et de la géante Angerboda. Elle est la soeur la sœur de Fenrir et de Jörmungand. Elle conduit ceux qui ont une « mort de paille », qui ne sont pas morts au combat donc, dans le monde infernale fait d’obscurité et de froid terrible.

Rien à voir avec Florence Foresti, donc, Hel étant moins drôle et plus bandante.

Elle fut bien sûr diabolisée par les chroniqueurs chrétiens, avides d’affabulations et de mensonges concernant les divinités païennes.

Rien d'étonnant alors à ce que la horde concernée ici adopte le nom des " enfers"  germaniques.

 

Car depuis 1992, les Norvégiens font partie de la frange la plus dure du Viking Metal, de celle qui ne fait pas rigoler, du tout. La pochette dominée par la rune Odal, la dernière du Futhark (liée à Odin et trouvant en elle tout le legs des runes la précédant), et par les deux corbeaux Hugin (la pensée) et Munin (la mémoire) annonce la couleur : on n'est pas là pour joyeusement se pinter à l'hydromel.

C'est, en effet, la marche d'une bande de pillards portant son snekkar à bout de bras et accompagnée de trompes de guerre qui nous accueille en guise d'introduction sur le premier morceau. Rapidement le sens des riffs épiques, le chant barbare et la rythmique soutenue prennent le relais, imprimant la patte velue des Norvégiens de façon indélébile. Parfois, la lourdeur se fait écrasante ("Viten Og Mot Stolthet"), lugubre, sinistre comme peut l'être le père borgne des déités scandinaves. Mais, les païens ne sont jamais avares de breaks mélodiques sans que la dynamique des morceaux ne s'en ressente. Pourtant, les titres sont majoritairement longs, dépassant les six minutes pour quatre d'entre eux. Leur richesse ne les rend jamais rédhibitoire.

 

Avec en bonus des guest comme Hoest de Taake ou Gunnar Emmerhoff (Emmerhoff & The Melancholy Babies), Heidindomr Ok Motgangr fait, sans nul possible, partie des meilleurs sorties du genre, par un groupe maudit n'ayant jamais eu la reconnaissance qu'il mérite.

 

Il est à noté que le premier pressage de ce skeud a été vendu avec des bonus DVD contenant un live de 2009 et enregistré au Full Force Festival and Inferno Festival additionné des clips des morceaux "Dualitet Og Ulver" et "Jernskogen".

 

Run priest, run.

photo de Crom-Cruach
le 18/08/2014

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019