Hooks & Bones - Greetings From Rouen

Chronique Maxi-cd / EP (6:30)

chronique Hooks & Bones - Greetings From Rouen

WHOU PUTAIN !! Qu’est-ce que cette immondice ?? Mais que cette pochette et sa typo de sagouin font horreur à mes yeux. C’est la violence ce truc, la vraie ! L’année 68, Saïgon, le Vietnam, ses tapis d’bombes, les Zippos raids à côté c’était d’la bonne grosse limonade et putain d’flatteur pour nos mirettes...

Putain les gars d’Hooks & Bones faut s’détendre !! J’sais pas moi faites votre black album, même un black EP fera l’affaire. Alors oui certains diront pompeusement de redescendre un peu et que l’art n’est jamais qu’une représentation spectaculaire de la réalité blablabla, mais bon là c’est plus un banal spectacle mais une performance dans l’nawak le plus criminel. Seul un lapin myxomatosé pourrait y voir du génie…

 

Mais bref, on va en rester là pour l’artwork et voir ce que nous propose le combo rouennais de Hooks & Bones. Putain pourvu que le graphiste n’ait pas le lead dans le groupe…

 

Greetings from Rouen me rappelle beaucoup la démo endiablée des Allemands de Sub Urban Death, Un crossover 80’ bas du front qu’il fait toujours bon de se mettre dans les écoutilles. Des morceaux qui ne dépassent pas la minute 30 et donc dans l’urgence absolue. Le riffing est groovy quand métallisant et explosif quand plus préoccupé à tester la tolérance du compteur. Le temps passe très vite en écoutant Hooks & Bones, c’est du prêt à être englouti et sans faire de chouinerie. C’est pas : « Tiens ! on sent bien les petites notes boisées de la Strat du guitariste », tu ouvres ta putain d’tronche de soiffard et tu t’enfiles ce mélange Punk-hardcore oldie d’un trait. C’est radical dans tous les sens du termes, y’a qu’à voir leur pochette, les mecs plaisantent pas du tout… Ou alors ils se moquent du monde… En tout cas Greetings From Rouen est totalement décomplexé, nerveux, catchy, fonceur, et c’est pour ça qu’on aime tant l’état d’esprit et le style d’Hooks & Bones.

 

Un peu de sérieux pour finir sur le morceau anti-carcéral du skeud « Bonne nouvelle », qui est aussi le nom délicieux donné à la taule rouennaise. La bourgeoisie peut dormir sur ses deux oreilles, l’Etat a toujours ses réponses à apporter pour mater les plus indigents et les plus récalcitrants à son ordre injuste et dégueulasse. « Bonne nouvelle !!! » scandera ironiquement Hooks & Bones sur le titre éponyme.

Pour l’intérêt qu’il porte à ces questions, pour la bravoure de sa pochette et pour sa fraîcheur oldie, on souhaite plein de bonnes choses pour le futur du combo.

 

photo de Freaks
le 08/06/2020

3 COMMENTAIRES

Brice00

Brice00 le 04/08/2020 à 23:14:47

On s’en tape de la pochette. On chnoque de la musique ou du graphisme les gars ?
Le son est bon, voire excellent. C’est tout ce qui compte. Écoutez et faites vous du bien aux oreilles !

Brice00

Brice00 le 04/08/2020 à 23:15:16

On s’en tape de la pochette. On chronique de la musique ou du graphisme les gars ?
Le son est bon, voire excellent. C’est tout ce qui compte. Écoutez et faites ou vous du bien aux oreilles !

Freaks

Freaks le 05/08/2020 à 09:28:38

Désolé de te décevoir Brice00 mais j'ai une approche holistique de la musique Mouaha! Je trouve ça dommage de la réduire à une simple succession de notes/riffs. Tu peux très bien partir d'un artwork (qui je le rappelle est un support, autant s'en servir comme tel) pour dérouler ensuite sur le reste. Les textes aussi disent des choses, la tradition musicale dans laquelle s'inscrit un groupe, les endroits ou ils se produisent, les labels chez qui ils signent etc., Et puis c'était qu'une entrée en matière, qui, allez je te le concède à traînée un peu ;) En même temps, c'est saisissant comme artwork ;)  

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Ministry - The last sucker
Kover - Assembly
Chronique

Kover - Assembly

Le 12/02/2007