Incendiary - Thousand Mile Stare

Chronique CD album (27:57)

chronique Incendiary - Thousand Mile Stare

« Vous savez, quand vous voyez un groupe de hardcore et qu'ils ont cette putain d'énergie, cette attitude ? Et ben ce groupe, c'est Incendiary. Ces gars déchirent tout ».

 

Ces quelques mots ne sont pas de moi, mais de Jeffrey Eaton. Un p'tit gars qui, accessoirement, est chanteur de Modern Life Is War à ses heures perdues. C'était pendant un concert commun entre les deux groupes en octobre 2013 dans le Massachussets. Cette info n'est pas forcément un scoop, mais disons que l'histoire de la cooptation a déjà connu pires représentants.

 

Incendiary donc. Vous savez déjà qu'ils jouent du hardcore. Vous saurez ensuite qu'ils viennent de New York, et plus précisément de Long Island et de ses quartiers. Et là, normalement, vous voyez déjà à peu près de quoi on parle si vous avez gravité quelques minutes dans l'orbite du hardcore.

Mais pour faire une très rapide mise en contexte, à l'époque des propos cités ci-dessus de Jeff, ils défendaient leur nouvel album Cost of Living, véritable brûlot qui fait alors d'eux un nom à suivre de très près.

 

Quatre ans plus tard, en 2017, Thousand Mile Stare vient frapper à la porte de la scène hardcore internationale et s'y installer, se faisant une bonne place sur le canapé aux côtés de pas mal des pontes du genre.

Et encore cinq ans de plus à attendre avant qu'on ne daigne s'occuper d'eux sur CoreandCo, histoire de se remettre des claques prises à l'arrière de la tête pendant leurs concerts. Et aussi parce qu'on concoure au championnat du monde de retard de chronique (mais pour se faire pardonner, on a aussi une interview, donc disons match nul). Bref.

 

Le titre, déjà, est inspiré de l'expression anglaise « thousand yard stare », décrivant notamment le regard perdu et lointain des soldats comme rempart émotionnel face aux atrocités qu'ils voient au jour le jour. Ici, cela est détourné pour s'appliquer plutôt à la sphère socio-politique, qui est au cœur des paroles d'Incendiary.

 

Comme sur Cost of Living, le son de Thousand Mile Stare sert à merveille le propos : toujours punk et hardcore dans la dynamique, mais avec une petite touche metal qui lui procure une lourdeur diablement efficace et terriblement ravageuse lors des nombreux breaks à mosh disséminés dans les morceaux. Très propre, le mix met aussi bien en avant la voix de Brendan Garrone, rendant ses paroles, très politiques, souvent parfaitement audibles. Et quand tu te fais gueuler dessus « If you don't know what the product is, the product is you » ou « No purity, just inequality », et bien ça marque, au-delà de l'aspect slogan de la chose.

 

Son chant n'est jamais tout à fait hurlé, assez proche dans les intonations de ce qu'on peut trouver chez Verse (et dont la pochette de Agression peut par ailleurs faire penser à celle-ci, dans l'esprit), bien que le hardcore qui est déversé derrière soit beaucoup moins propenseur de mélodies que celui du groupe de Rhode Island.

Versant à la fois du côté du hardcore old-school, « tradition new-yorkaise oblige », que ce soit en ce qui concerne l'éthique, le style vocal ou les plans rythmiques ; et du côté new-school avec ce gros son dont on parlait et des breaks déclencheurs de pics d'énergie cynétique dans la fosse, Incendiary mettent un peu tout le monde d'accord.

 

On retrouvera donc dans leur musique une claire filiation du NYHC, des influences revendiquées telles qu'Indecision, Silent Majority, Glassjaw ou Vision Of Disorder (et difficile pour ma part de ne pas penser à « First Light / Last Light » de Converge lors du refrain du premier morceau « Still Burning »), une rythmique alliant groove et punk, en bref : un condensé d'un peu tout ce qui fait le cœur du hardcore.

Et pas en empruntant des bouts de trucs dérivés en en faisant une sorte d'ambassadeur de la variété du style, mais tout à fait le contraire : on récupère les aspects essentiels des différents courants du hardcore pour les condenser en ce qu'il a de plus central et concret. L'éthique, le direct, la passion, la violence émancipatrice.

 

Cet album est, si j'ai bien compris, le disque de hardcore favori de Tookie, que vous connaissez probablement de par ses multiples chroniques sur CoreandCo.

Et si j'ai mal compris, ce n'est pas un problème, parce qu'il n'y a ici pas besoin de s'étendre ou de chercher à décrire les morceaux les uns par rapports aux autres : dans tous les cas, Thousand Mile Stare se pose comme l'un des classiques du hardcore contemporain, qui vient bouffer dans tous les (bons) rateliers et en fait sa propre mixture, à la fois familière et très spécifique, reconnaissable et reconnaissante envers les groupes passés avant eux.

 

A écouter plus que de raison, même avec cinq ans de retard.

photo de Pingouins
le 26/09/2022

8 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 26/09/2022 à 14:54:18

Enfin chroniqué dans nos pages 😁
Un must-have !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 26/09/2022 à 16:03:03

Il est sympa oui.

el gep

el gep le 26/09/2022 à 17:44:37

Merde, 2017 c'était déjà y'a 5 ans.

Pingouins

Pingouins le 26/09/2022 à 17:53:05

Ouep, désolé d'asséner d'aussi tristes vérités....

Tookie

Tookie le 27/09/2022 à 07:11:12

Haaa en fin quelqu'un qui s'y est collé ! Merci, ça m'a poussé à le relancer  :c'est toujours le même plaisir (même si 2017 c'était déjà il y a 5 ans 😭) et ça me parle toujours autant (paroles / musique / attitude ) !

Dams

Dams le 29/09/2022 à 10:32:03

Découverte pour moi et franchement c'est haut du panier !

Pingouins

Pingouins le 29/09/2022 à 17:33:51

Ah et bien content d'avoir pu contribuer à cette découverte pour toi Dams !

Dams

Dams le 20/10/2022 à 09:28:26

"Mon album de l'année" ! 😜

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Alice In Chains - Rainier Fog
Valve - Apnée
Chronique

Valve - Apnée

Le 15/03/2016