Isis + Aereogramme - In the Fishtank

Chronique Maxi-cd / EP (24min et un peu plus)

chronique Isis + Aereogramme - In the Fishtank
Konkurrent, label des Pays Bas, a, depuis 1996, sortit plus d’une douzaine de courtes sessions de 2 à 3 jours enregistrées dans leur propre studio. L’occasion ainsi de faire rencontrer des groupes auxquels on n’aurait pas forcément envisagé l’alliance. Pour exemple Low & Dirty Three, Black Heart Procession & Solbakken, Tortoise & The Ex, Karate, ou encore NoMeansNo ont ainsi participé aux sessions "In the Fishtank". Donc là quelle bonne surprise que de voir l’association des ricains de Isis avec les écossais d’Aereogramme pour ce 14ème numéro.
3 morceaux en communs pour 24 minutes. Musicalement, la patte Isis sur les 3 titres est très présente, même si la légèreté d’Aereogramme se manifeste clairement sur "Low Tide" et "Stolen". Ce qui nous montre que les deux groupes se répartissent plutôt bien les tâches, et c’est d’ailleurs ce que l’on retiendra au final sur l’ensemble du disque.
Le second morceau, "Delial" est celui qui m’a le moins convaincu. Avec Aaron Turner au chant, on le croirait tout droit sortit des premiers jets d’Isis, comme un inédit époque "The Mosquito Control" émergeant de nulle part. C’est agréable d’entendre la rage d’antan, mais ça n’en fait pas un morceau prodigieux pour autant. Pas grave, il ne dure que 4min, il nous reste 2 titres d’approximativement 10min chacun. Chouette.
Là c’est Craig B. qui se colle derrière le micro pour "Low Tide" et "Stolen" et ça le fait grave. La voix niaise et le manque d’initiative aventureuse que je reprochais à "In the Absence of Truth" sont complètement comblés par ces 2 morceaux! "Low Tide" commence comme n’importe quel morceau d’Isis (décidément le batteur ne peut pas nous servir autre chose…) mais se mue pas à pas, grâce à ce riff à contre-temps, en virée lancinante et éthérée de toute beauté.
"Stolen", le dernier titre, quant à lui donne l’impression d’une bonne équité des deux groupes, morceau très aérien et ambiant, minimaliste et se suffisant à lui-même ainsi. On atteint les cieux au bout de 5min, me rappelant au passage la musique du film Solaris ou les Young Gods. De toute beauté.

Quel bien ça fait.
Merci les hollandais pour cette rencontre improbable.
photo de Sam
le 26/04/2007

1 COMMENTAIRE

frolll

frolll le 20/01/2011 à 01:18:02

Juste pour la fin de Stolen, cet album mérite tout à fait son 9. Du post-rock intelligent, ça se déguste avec joie.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019

HASARDandCO

Zozobra - Harmonic tremors
Far - At night we live