Jack and the Bearded Fishermen - Minor noise

Chronique CD album (41:00)

chronique Jack and the Bearded Fishermen - Minor noise

J'écris mal lorsque je suis de mauvaise humeur.

J'écris encore plus mal lorsque je suis triste.

Mais je ne me vois pas vous parler de Jack and the bearded fishermen entre deux vannes misogynes et douteuses. 

 

Malgré un patronyme qui pourrait inviter à la légèreté, il s'agit de parler sérieusement de cet album. 

On ne rigole pas quand on se prend un mur de décibels dans la tronche. Le même qui avait touché pas mal d'oreilles avec les deux albums précédents, ô combien appréciés par une partie (la meilleure) de la rédaction de CoreandCo.

 

Les temps sont durs, les temps sont sombres, l'heure est au pessimisme, aux espoirs déçus.

Le groupe est justement là pour ça, avec son style bien bâtard.

C'est un peu comme si Alice in Chains avait fait du Post-hardcore.

Comme si Neurosis se mettait au rock'n'roll.

 

Motivé par l'énergie du désespoir l'auditeur s'avancera vers ce qui le perdra. Il en aura conscience et aimera ça.

L'auditeur s'enfoncera dans un spleen léger, mais suffisamment lourd pour figer une moue déprimée sur les lèvres. 

 

De son côté le groupe ne cherche pas nécessairement à faire secouer la tête comme tant d'autres le font par des artifices musicaux bien connus.

Ils alourdissent un peu plus leur son, le rendent un peu plus étouffant, laissant malgré tout quelques bouffées d'air : encore une fois pour se jouer de nous.

C'est insidieux, l'auditeur mettra quelques titres voire quelques écoutes avant de s'en rendre compte, mais ce négativisme plane et devient presque addictif.

 

Sur certains titres l'auditeur tentera bien de s'agiter, il se sentira fort avec les coups puissants que supporte la batterie ("Reminder").

Tout est vécu dans l'intensité pour un album qui porte bien mal son nom : "Minor noise".

 

A croire que J&TBF se complait dans le mensonge : le titre du même nom redéfinit la notion de lourdeur et de puissance. La production est idéale, superbe et met en évidence chaque note, chaque break de chacun des musiciens. Le batteur laisse apparaître fièrement ses atouts. Les guitares sont étonnantes d'inspiration, lourdement accordées et l'ensemble du groupe nous entraîne dans un faux rythme en continu.

 

Cet album est un tout. Un tout rock'n'roll, noise et déprimant.

Avec ces 41 minutes je ne vais pas mieux, et j'espère que vous ne serez pas bien non plus.

photo de Tookie
le 21/03/2014

5 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 21/03/2014 à 09:40:35

Excellent album encore une fois !

Et vu hier à Tours, un putain de bon concert !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 21/03/2014 à 12:18:09

En tant que réprésentant syndical (élu par moi-même) de la plus "mauvaise partie de la rédaction", je dis : "crotte à la déprime".

pidji

pidji le 21/03/2014 à 13:32:44

C'est marrant cette notion de "sombre", je n'ai pas eu cette sensation ?!

daminoux

daminoux le 21/03/2014 à 13:35:50

je suis du mème avis que toukene. cette album ne respire pas le joie de vivre, les mélodie sont sombre le chant complétement désabusé...

pidji

pidji le 21/03/2014 à 13:52:57

je l'avais plus ressenti sur le précédent ça, mais c'est peut-être parce que je me suis habitué à leur musique que je ne fais plus attention ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements