Järnbörd + Resonance Cascade - Hyperakusi

Chronique CD album

chronique Järnbörd + Resonance Cascade - Hyperakusi

WOOOOAAARGH !!

C'teu beuterie !!

 

(Déjà : t'as vu la pochette ? Pondue par Henrik Ågren, aka Abnormal Germ. Elle pète !)

 

Quand deux trios suédois, mus par la même méchanceté, se tapent la teuf du split, on peut se dire, sans coup férir, qu'on va se ramasser la première pelleté de l'année 2017, là. Et bien bingo ! Crado !! Rocco !!! Water polo !!!!

 

Hyperakusi, en français, ça se traduit par Hyperacousie (facile) : un dysfonctionnement de l'esgourde se traduisant par une hyper fragilité de l'ouïe.

"L'ouïe de l'oie de Louis a ouï.

- Ah oui ? Et qu'a ouï l'ouïe de l'oie de Louis ?

- Elle a ouï ce que toute oie oit...

- Et qu'oit toute oie ?"

 

Du putain de bruit.

 

Les membres de Resonance Cascade (fan de Half-Life, levez-vous) n'avaient jamais joué de Grind avant de formé ce combo. Mais du Metal XXX-trem, oui. Voilà peut-être pourquoi, le code actuel, même s'il est rouge (longue vie au code : cogite un peu cher lecteur), n'est pas vraiment respecté. Bon ça bousille tout à la vitesse d'un éjaculateur précoce.

Mais on sent toute l'influence du Crust suédois (celui qui vous met les doigts) suée de la moindre note et surtout du chant.

Vous considérez un morceau de Käng, vous doublez la cadence et les morceaux, forcément courts, résonneront, en cascade, dans vos myosotis. Vous prendrez donc un bouquet en pleine poire, gavé de blasts et de riffs pas loin d'une certaine scène BM. Fans d'Insect Warfare, vous pouvez vous prosternez, ce sera à peine plus léger.

 

Järnbörd se forme en 2012, sous le nom de Den Mänskliga Faktorn. Mais on s'en fout.

Ce qui compte vraiment, avec ces trois autres marteaux, c'est qu'ils sont parfumés au chien mouillé. Le côté croûte se hisse d'une épaule, au-dessus de la rythmique épileptiques des potes plus hauts, principalement par des vocaux parfois doubles et très punks. Pas de grouik grouik donc à l'horizon et c'est tant mieux.

Crust Mangel ou Grind Punk ? Finalement, les nuances importent peu.

Se prendre une grosse tartine par des inconnus, ça surprend, croyez-moi. Imaginez Cglaume, en extase auriculaire, devant un truc Nawako-bidulo-improbable, qu'il ne connaissait pas.

Imaginez...

Pour les détails, reportez-vous aux quelques 300 chro (au pif) que j'ai pendu pour le genre. Mettent tout de même un orgue limite Hammond sur l'intro de" Du Och Ditt Arbete" pour un côté Mantar précédant l'utra D-beat des familles. Les samples et speechs incompréhensibles sont aussi juste présents pour l'anti-fun. On n'est pas là pour loler quoi.

Et puis quand le groupe abandonne le Tak-A-Tak classique de l'AK47, sur "Små Sår Och Fattiga Vänner", leur crédibilité ne s'entache d'aucun glaviot.

 

Neuf titres pour les premiers et sept pour les seconds permettent amplement de se faire démastiquer la boîte à chocolat plus sûrement qu'avec le découpoir à nougats de Philippe Suchard.

photo de Crom-Cruach
le 21/02/2017

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019