Knut - Terraformer

Chronique CD album (44:44)

chronique Knut - Terraformer
Et enfin le voilà le voilà: le 3e LP (et 13e sortie au total) de KNUT en « er »! Après « Bastardizer », « Challenger », voici « Terraformer ». Alors, évidemment, on peut se demander ce qui fait encore courir nos chers messieurs de KNUT après 11 ans de bons et loyaux services, et quelle suite donner au poignant et ravageur « Challenger »? Et bien la réponse est ici, sous nos yeux de curieux aux pupilles dilatées, et elle ravira forcément les fans du combo suisse que vous êtes...

Introduction qui rappelle tout à fait l'esprit des précédents albums, '7.08' nous prend par la main pour emmener dans les entrailles musicales du monstre.Tandis que 'Wyriwys', qui lui succède, vient nous rappeler la face lourde et sombre du groupe - avec un tempo et un son assez gras comme les appréciait UNFOLD - bref du KNUT comme on l'adore quoi. Ah ce que ça m'avait manqué cette rage et ces riffs oppressants... Ce à quoi je m'attendais beaucoup moins en écoutant ce CD ce sont des pistes telles que 'Kyoto'; c-a-d typiquement au rythme plus poussé (et non poussif), et ça remet le couvert avec le début de 'Seattle' niveau rythme même si les riffs sont plus tortueux et riches sur celui-ci. Et, fait rare, sur ce « Terraformer », KNUT nous balance des titres nains de 1:30 ou 2 minutes là où ils aiment faire durer les ambiances pesantes jusqu'à ce que l'on prie pour qu'un gros son de gratte libérateur accompagné d'un cri nous extirpent de cette lise poisseuse. On remarquera aussi le très « Broadrickien » 'Solar Flare' aux sonorités qui rappellent bien du JESU pur jus - enfin tout en rappelant tout de même que KNUT tapait tout de même dans ce style avant que l'anglais ne forme ce groupe. La transition avec 'Fallujah' est plus qu'abrupte, tant ce morceau est du pur rock'n'roll Hardcore rapide et sans concession: après ce magnifique et très ambiancé 'Solar Flare'; KNUT veut nous dérouter, nous en foutre plein la tronche et d'enchainer avec 'Genoa' qui reste strictement dans la même veine (une manière de nous prouver une sorte de symbiose ou de similitude entre des villes comme 'Fallujah' ou 'Genoa'? Si message derrère tout cela il y a, bien sûr...) 'Davos' et 'Evian', deux villes situées en altitude, et deux titres calmes et apaisant avec même des riffs pouvant paraître luminueux (fait assez incongru chez les KNUT), titre tout simplement beau, rien à ajouter (font chier les détails techniques quand c'est le coeur qui parle...) On se quitte finalement sur 'Fibonacci Unfolds' ou « THE titre méditatif » au titre faisant appel à un mathématicien qui a découvert l'existence des nombres premiers; alors faut-il y voir un rapport avec certaines des « villes-titres » de l'album qui ont accueilli des sommets du G-8? Je vous laisse y cogiter cette nuit et je ramasse les copies demain...

Bon, évidemment, ça n'est un secret pour aucun aficionados du genre, KNUT sait se renouveler, sait créer, sait nous bousculer, nous faire réfléchir et le fait bien. Ce « Terraformer » est une oeuvre superbe et inattendue dans sa forme agressive; difficile de prévoir ce que pourrait nous pondre ce groupe comme prochain matériel tant ils semblent vouloir se jouer des extrêmes et les juxtaposer comme bon leur semble... Et tant mieux pour nous!
photo de Mat(taw)
le 12/12/2005

1 COMMENTAIRE

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 25/11/2013 à 18:47:47

Souvenir nostalgique d'un live dans un troquet de Lyon à 1mètre des zicos et dormir avec les abeilles pendant deux jours.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Waltari - Space Avenue
Sofy major - maxi