Kruger - For death, glory and the end of the world

Kruger - "For death, glory and the end of the world"
chronique Kruger - For death, glory and the end of the world
N'en déplaise à certains, Kruger est une valeur sure.
Ce 4e album va nous le prouver.

Certes le nom de ce nouvel opus est pompeux et aurait mieux convenu à un groupe scandinave de métal épique.
Il s'avère d'ailleurs que For death, glory and the end of the world s'est choisi au premier abord un emballage peu engageant avec une pochette qui laisse terriblement insensible ou plutôt interrogatif sans accroche.
Mais cette question de l'image va vite devenir secondaire avec le lancement d'"Ox".

Rapidement on découvre une excellente production qui va mettre en valeur les qualités vocales de Reno. Ce timbre particulier qui ajoute à la personnalité du groupe est encore un argument de poids dans le charme de chacune des compositions.
Toujours aussi énergique, il peut également prendre des aspects quasi-apocalyptiques (la fin de "Return of Huns"). Il conserve encore cet inlassable charisme aussi bien dans les cris primitifs ("Anthems of pretendy glory") que dans les phrases où chaque mot sonne comme le couperet d'une guillotine ("Villains").
On retrouve toujours cet aspect mélodique ("Our cemetary is full of strangers") écrasé par l'éternelle puissance aux allures décadentes de Reno.
Nous pourrons d'ailleurs noter la présence d'un autre leader vocal de poids : Joe Duplantier (de Gojira) sur "Muscle".
On a cependant un peu l'impression qu'ils se marchent un peu sur les pieds mais leur réunion alourdit un titre qui ne manquait pas de massivité.
Finalement, sur la question vocale il y a assez peu de variations avec les opus précédents, hormis une introduction surproduite et surprenante de "Return of the Huns", bien trop courte pour parler de changement.

Musicalement, hormis "Our cemetary is full of strangers" et "Turpitudes", le groupe ne dépasse pas les 6 minutes par morceau, sans oublier pour autant ses influences post-HxC. Au milieu du chaos de "Duke of nothing", par exemple, on retrouve toujours ces instants aériens avant d'entamer une chute vertigineuse. Un procédé retrouvé sur "Villains" ajouté à la superposition de deux pistes de chant (procédé également perceptible sur "Our cemetary...").
Kruger continue donc dans la veine Redemption Through Looseness en nous offrant toutefois des répits qui peuvent aussi bien se caractériser par l'interlude "Centre" (planant, basé sur l'harmonie entre deux guitares) ou par une transition en douceur entre la 2nde et 3e piste (dont l'intro est étourdissante).
Nous noterons que les deux titres les plus longs sont également ceux qui permettent de mieux mettre en exergue la complémentarité des guitaristes. L'intensité étant toujours de mise chez Kruger, on sort souvent rassasié par les riffs proposés...

Pourtant, difficile d'ignorer le travail de la section rythmique qui est impeccable. Nous avions déjà pu en juger sur les opus précédents : la basse et la batterie sont deux gros points forts qui offrent les plus grandes variations, donnant beaucoup de relief aux morceaux.
Ainsi "Villains" est un cran au dessus des autres morceaux, si bien que le martèlement inspiré laisse parfois place à de petites accelerations.
Kruger n'a plus le même côté rock'n'roll des débuts, il garde toutefois sa basse groovy qui gonfle encore le son du groupe.

Peu de surprises, des évolutions trop sensibles pour être marquantes, mais des compositions toujours rentre-dedans et paradoxalement plus fines qu'en apparence : c'est la recette des suisses.
Encore une fois il faut savoir gratter pour découvrir les subtilités qui se cachent derrière ce combo qui ne quitte pas si facilement les platines.
Kruger semble toujours aux premiers abords nous servir la même galette. Pourtant, étrangement, on trouve toujours beaucoup à en dire : c'est bien là la marque d'un grand groupe.
photo de Tookie
le 12/02/2010

4 COMMENTAIRES

vkng jzz

vkng jzz le 12/02/2010 à 11:11:41

j'avoue je ne retrouve pas le Kruger que je connaissais avant dans cet album, j'ai été très surpris de l'approche presque metal des compos en fait (meme le chant par moment) ca me fait pensé a Gojira justement.. a réécouter avec attention, ca m'a pas l'air mauvais tout ca.

Pidji

Pidji le 12/02/2010 à 13:36:51

Moi j'ai été séduit par cet album, intéressant et avec un son béton. L'apparition de Joe DUPLANTIER ne m'a même pas surpris

Jona

Jona le 03/04/2010 à 03:45:07

Hyper compact mais super inspiré et varié. Franchement les plans d'intro de Anthem ou le final du dernier titres m'ont vraiment scotchés.

Le son est brute et hyper puissant et c'est vraiment plaisant d'entendre une basse qui booste autant sur la totalité de l'album.

Grosse surprise alors que je m'attendais à une reditede l'album précédent.

frolll

frolll le 03/07/2011 à 12:33:09

Il est gras, cet album

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Tragedy - Vengeance
Corior - Like a stray animal