Lofofora - L'épreuve du concert

Chronique CD album

chronique Lofofora - L'épreuve du concert

A quelques exceptions près, chroniquer des Lives me gonfle dans les grandes largeurs.

C'est vrai quoi : à part étaler une sempiternelle liste de titres en casant les albums desquels ils sont issus, pour se la péter, et critiquer le son trop propre ou trop pourrave...

L'exercice est donc fastidieux.

Pourtant je me plie à la corvée car c'est Lofofora et parce que la dernière prod live gravée du combo remontent à 2004 avec Lames De Fond.

 

Tout d'abord, précisons que Lofo en Live c'est la claquouille assurée. Disons que depuis 20 piges, j'en ai pris au moins une bonne douzaine.

En second lieu, la prod sonne réaliste, relativement équilibrée. Elle permet de bien saisir le jeu de Phil, ce vieux bûcheron, parfois bourrin et parfois nuancé. Dans le genre équarisseur, le Vincent n'est pas en reste non plus. C'est peut-être la guitare de Daniel qui pâtit le plus du rendu. Tant pis.

Z'avez qu'à vous déplacer pour bien piger la gniak du porteur de bonnet.

 

La plaque commence plutôt tranquille comme d'habitude avec les Lofo mais après on commence à mouiller le maillot rapidos. "L'œuf" est fait pour, refrain repris en chœur par les fans, évidemment. Car, la tracklist mélange deux décennies de passion et de veines gonflées sur le front.

Reuno chauffe et harangue les troupes comme il sait si bien le faire. Les paroles du gazier sont d'ailleurs aisément compréhensibles. Manquerait plus qu'il sorte le yaourt bulgare tiens. Genre pub à la tv avec image de dame nature en studio.

A partir de "Le Fond Et La Forme", peut-être un des morceaux les plus groovy du gang, les choses vraiment sérieuses débutent réellement, en vérité même, authentiquement.

L'artillerie est rodée et les balles chauffées au rouge. La baisse de régime et les tires à blanc, c'est pour les autres. Pas de nom, je ne balance pas.

Bien sûr, Schultz n'est pas oublié puisque les « Les Héros du Peuple sont immortels » et que son décès a affecté un paquet de groupes de l'hexagone. Moi, aussi.

 

Dix-sept morceaux qui passent trop vite, dix-sept hymnes à brailler comme un veau, dix-sept bombes (auxquelles il ne manquerait que "Carapace") jouées avec les tripes et le core par ceux qui demeurent encore des boss.

 

Vous connaissez le pluriel "d'un ptit beurre" ?.. des "too you".

 

25 ans au compteur, bordel.

photo de Crom-Cruach
le 23/09/2015

5 COMMENTAIRES

sepulturastaman

sepulturastaman le 23/09/2015 à 14:47:14

Y a pas "Les gens" mauvais live, piscétout !!!

Xuaterc

Xuaterc le 23/09/2015 à 15:16:25

Y a pas "Torture" mauvais live, piscétout !!!

Tookie

Tookie le 23/09/2015 à 16:16:51

Y a pas "Weedo" mauvais live, piscétout !!!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 23/09/2015 à 16:39:20

Y'a trois casse c..., piscétout !!!

Xuaterc

Xuaterc le 23/09/2015 à 20:04:17

Vous connaissez le pluriel d'une bière?.. des haltères.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • Tournée Sunnatra + Yatra 2019