Lower Automation - Welcome To My Deathbed

Chronique CD album (13:33)

chronique Lower Automation - Welcome To My Deathbed

Lower Automation, les incalculables mathématiciens du punk/hardcore noisy sont de retour avec un…EP! Roooohhh rien qu’un petit EP. Mais il est cool. Welcome to My Deathbed, 5 titres, 13 minutes, cool mais court, d’aucuns diront que c’est même un peu léger par rapport à ce à quoi on était habitué d'autant que le rythme de production du trio de l’Illinois s’est un peu calmé ces derniers temps.

 

Ce qui est plus rassurant, c’est que leur mathcore bigarré n’a rien perdu en originalité. Le groupe continue à nous emmener dans ses délires what the punk noisy qui flirteraient presque avec un début d’avant-gardisme, emmené par un travail vocal très particulier mais qui change radicalement  pour mon plus grand plaisir   de la bagarisation (aussi appelé BryanGarrisation) des voix que l’on trouve généralement dans la scène chaotic hardcore/mathcore actuelle. La prod à la saveur un peu garage change aussi de celles très écrasées cultivant plus que jamais la lourdeur déflagrante. Ici, ça twang, ça dzing, ça pop et ça pèse lourd mais sans être lourd.

 

Lower Automation continue donc exactement là où il s’était arrêté en 2022 avec un style toujours délicat à aborder, qui fait la nique à l'intuition avec ses riffs déglingués et auquel on accrochera avec plus ou moins de facilité.

Cependant, petite nouveauté - sur le papier - car les trois équilibristes confient avoir condensé à l'occasion de cet EP leur influences industrielles et gothiques donnant ainsi ces 5 morceaux. Des influences vraiment très légères, voire méconnaissables et qui n’exposent pas vraiment une nouvelle facette de leur musique. Pas sûr que ceux qui ne le savent pas le devinent en tout cas. La musique est peut-être un peu moins hargneuse mais rien de véritablement à contre-courant de leurs habitudes bien ancrées. Tant pis, l'intention est râtée mais l'EP est réussi donc on s'en fout, non?


Tout reste à l’identique de ce qu’on trouvait dans Strobe Light Shadow Play ou son précédesseur: sons, production, approche vocale. Il y a peut être un poil plus de reverb ici ou là mais ce n'est pas non plus un album qui sonne comme une salle de bain vide, ça reste du Lower Automation: du mathcore un peu pété, vraiment inimitable et unique avec une approche punk un peu expérimentale.

 

Difficile donc pour le chroniqueur de trouver quoi dire bien qu’il soit certain qu’il n’aurait pas grand chose à redire: c'était très bien avant, c'est très bien maintenant et aucun changement de cap notable n’est à inscrire sur la feuille de route de ces tempétueux et talentueux gaillards. 

Mais finalement, leur musique étant si complexe à intégrer, on ne peut que les remercier chaleureusement de ne pas changer de style ou de le faire à dose homéopathique...

 

 

On aime bien : Lower Automation qui fait du Lower Automation aussi bien que Lower Automation

On aime moins : Une volonté artistique gothique/industrielle un peu manquée

photo de 8oris
le 17/05/2024

1 COMMENTAIRE

cglaume

cglaume le 17/05/2024 à 11:32:10

“what the punk”… mais oui haha 😂

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

The Haunted - Unseen
Furious Styles - Life Lessons