Melted Bodies - The Inevitable Fork vol.1

Chronique CD album (22:01)

chronique Melted Bodies - The Inevitable Fork vol.1

Si vous ne découvrez qu’aujourd’hui le nom de Melted Bodies, plusieurs possibilités :

  • vous êtes un lecteur de CoreAndCo très occasionnel
  • vous êtes un nouveau lecteur de CoreAndCo
  • vous êtes fans des BTS, et vous avez lu trop vite « Corée&co »
  • vous êtes le personnage principal de Memento

 

Parce que dès l'instant où le zozo qui vous parle est tombé sur Enjoy Yourself – l’extraordinaire premier album de ces bouillonnants Californiens – il n’a eu de cesse de bassiner les lecteurs de cet auguste webzine avec leur musique, jusqu’à ce que, de guerre lasse, les têtes les plus dures finissent par mettre les doigts dans cette formidable prise électrique musicale et se fassent puissamment secouer la couenne.

 

… Vous n’avez pas encore tenté l'aventure ? Arrêtez-tout et cliquez là.

 

Il arrive parfois que certains groupes sortent un album exceptionnel puis s’évanouissent à tout jamais dans l’éther telles de furtives comètes laissant derrière elles la trace brillante de leur passage dans notre univers. Heureusement, les Melted Bodies ne sont pas de cette fuyante engeance, mais plutôt de ceux qui, après avoir envoyé un méchant uppercut à leur auditoire lors du round 1 attaquent directement les fans sonnés via un grand coup dans le plexus solaire dès l’entame du round 2.

 

Oh oui Johnny Johnny fais nous mal !

 

Quoique plutôt qu’un unique coup fatal, cette fois Andy, Houda, Ben et Scott ont décidé de la jouer Ken le survivant en nous frappant par 3 fois en des points névralgiques afin que, au terme de l’opération, nous nous retrouvions la trogne sens dessus-dessous, le cerveau coulant telle une vieille gelée tiède par nos oreilles endolories. Car le successeur de Enjoy Yourself nous est cette fois livré en 3 EPs successifs qui, une fois assemblés, constitueront le tome 2 de la saga Melted Bodies. Et puisque la langue poilue qu’on nous tire là-haut se voit ornée du titre The Inevitable Fork vol​.​1, non seulement vous comprenez qu’on va parler ici du premier de ces 3 EPs, mais en plus vous avez une bonne idée de comment les 2 suivants s’intituleront.

 

En guise de premier tiers-temps, les trublions du Nawak Metal from L.A. nous proposent 4 pistes tout aussi frappadingues et excellentes que celles dégainées y a deux ans. Le morceau-titre, premier à sauter les pieds joints sur nos tympans, est sans doute le moins clinquant du lot, celui-ci alternant tension lancinante hérissée de piques électro-noisy psychotiques et plages de sérénité minimaliste. Résultat : on a l’impression d’entendre un single extrait d’un projet où Mike Patton, allié pour l’occasion avec les gars de Genghis Tron, pratiquerait l’inconfort dissonant. Sauf qu’il ne s’agit pas ici d’un exercice de style expérimentalo-stérile mais d’un vrai morceau d’où jaillissent émotions et mélodies.

 

« Think Safe » est ensuite l’occasion d’un petit level up où l’on abandonne le lancinant pour le dansant, et le noisy pour le mécanico-industriel. Un peu New Wave, un peu dirty 80s, EBM même, sur la fin, le titre est une invitation à aller se dandiner au milieu du dancefloor de la décharge des méchas de A.I.

 

Mais le meilleur reste encore à venir. Avec le frénétique et hyper accrocheur « Liars » qui grimpe en un éternel crescendo vers toujours plus de frissons fripons. Dérangé comme un Polkadot Cadaver au bord du craquage, Punky-noisy comme un Melt-Banana en pleine partie de flipper, doué d’une grosse rythmique Metal, trépidant sans être très pédant, offrant un climax délicat ne devenant grandiloquent que pour mieux se faire joyeusement piétiner quelques secondes plus tard, ce morceau est l’archétype de la compo Melted-Bodienne. Premier extrait du carré d'as et final grandiose, « Therapy » ne continue pas là où Infectious Grooves et Ozzy avaient laissé le sujet mais constitue plutôt un sommet de Synthetic Punk/Rock saturé ne tenant nullement en place. Le rythme est haletant, les montées sont vertigineuses, et le tour de table final lors duquel les membres se présentent (« Let me introduce… Scott ! … Hou-DAAAAAAAH !! ») constitue un pic de furie absolument jouissif.

 

Souffle court, pouls de tachycardique, mèche folle et sourire abruti, on sort de ces 22 minutes avec le sentiment d’avoir assisté à quelque-chose de gros – la naissance d’un monstre, sans aucun doute. Le moins que l’on puisse dire c’est que le Covid n’a pas franchement calmé le groupe, leur univers de Cyber-toons déviants étant de plus en plus coloré, de plus en plus agité… Putain c’est qu’on aurait envie de tout lâcher pour déménager dans ce sacré Psycho-wonderland ! Et le plus incroyable c’est que le Père Noël doit encore nous en apporter deux comme ça, dans les mois qui viennent !! Alors, elle est pas belle la Nawak de vie ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: toujours aussi jouissivement frénétiques, les Melted Bodies reviennent avec un EP constituant le premier tiers de leur prochain album. Fabriqués à partir de matériaux Noise, Punk, Metal et Electro ayant fait leur preuve chez Melt-Banana, Genghis Tron, et certains des projets les plus furax de Mike Patton, ces quatre nouveaux titres de Nawak Metal les-deux-doigts-dans-la-prise vont crescendo dans la folie et l’accroche, continuant ce faisant à apporter au genre des lettres de noblesse qui, si ça continue ainsi, vont finir par constituer l’une des œuvres épistolaires les plus passionnantes qui soit !

photo de Cglaume
le 21/11/2022

7 COMMENTAIRES

papy_cyril

papy_cyril le 21/11/2022 à 20:32:07

elle fait peur la pochette !

cglaume

cglaume le 21/11/2022 à 20:48:12

… et pas informative en plus : le chanteur n’a clairement pas un cheveu sur la langue ! 😁

noideaforid

noideaforid le 23/11/2022 à 18:02:02

Cher Lapin,
Merci pour cette chronique qui fait baver d'impatience mon appareil auditif
Cependant, chroniquer une telle oeuvre nawak  quatre jours avant sa sortie et bien je t'en veux un petit peu ( c'est long quatre jours !!!)  Mais bon,ce n'est pas si grave, notre petite relation épistolaire  m'a permis de trouver  LE genre de musique qui me fait pousser des poils partout!vive le nawak et Longue vie au Lapin !

cglaume

cglaume le 23/11/2022 à 18:39:50

Et viva Nawaka, haha !!! 🤪🙃

En attendant vendredi, deux des quatre titres sont déjà dispo en ligne… et pas les moins bons 😉

cglaume

cglaume le 26/11/2022 à 07:00:27

Ca passe mieux avec cette pochette Papy ? (... ils ont dû entendre ta plainte, et juger que ça passerait mieux ainsi ;) )

el gep

el gep le 26/11/2022 à 09:39:04

Pourquoi t'as enlevé la belle pochette?
Pourquoi z'ont enlevé la belle pochette?!?
Mais remettez-nous la belle VRAIE pochette, AAAAAAAAAAAAAAAHHHHHH!!!

noideaforid

noideaforid le 30/11/2022 à 12:28:49

Nawakerie au top ! vivement la suite! petite ( mais vraiment petite) préférence pour Liars!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

ENSIFERUM - juillet 2004
Orphaned Land - Sahara