Mnemic - Mnemesis

Mnemic - "Mnemesis"
chronique Mnemic - Mnemesis

Cette chronique du dernier Mnemic pourrait durer 2 lignes, je n’ai qu’à vous renvoyer vers celle de Sons Of The System. Car Mnemesis en est la copie conforme, ni plus, ni moins. Autoparodie ? Bien sûr cher monsieur, c’est en tout cas ce que j’ose deviner en voyant le nom de cet album !

 

Le groupe a réussi à trouver un schéma qui lui convient et le reproduit sans se creuser le citron. Aux premières écoutes, j’avais été emballé par ce nouveau jet, je me suis dit : « Ah là d’accord, ça groove ! Et Guigui gueule pour de vrai ! » ; mais malheureusement cet enthousiasme s’estompe peu à peu… Plus je l’écoute, et plus je le trouve racoleur.  Mnemic n’est pas tellement clair dans ses intentions, il a le cul entre deux chaises, on veut se prendre une mandale Cyber metal dans la gueule et au final on se retrouve avec un Mélo-Death à peine plus poilu que Sonic Syndicate

 

Pourtant Mnemic a clairement sa patte, sa personnalité, mais on tombe beaucoup trop dans l’auto-caricature. La musique garde toute sa patate, on entre facilement dans leur Matrix cybernétique, on a envie de suivre le lapin blanc mais on ne nous propose que des pilules bleues… L’ambiance est fixée : claquements de basse bien métallique, groove de batterie puissant et mécanique, mélodies de clavier cyber-apocalyptiques… Enfin bref, on sait qu’ils en ont musicalement sous le capot pour nous convaincre !

Mais vocalement, ils n’ont pas choisi le bon chemin à mon sens… Ils s’engagent méchamment sur une voie édulcorée qui est contradictoire avec l’ambiance musicale dans laquelle ils tentent de nous emmener. On est dans un monde post-apocalyptique contrôlé par les machines, dont même Will Smith ne peut pas nous sauver, alors c’est pas vraiment le moment de nous sortir sa plus belle voix de princesse !

 

La question n’est donc pas sa voix, mais le contexte dans lequel on l’a mise… Que l’on soit d’accord ou pas avec ça, je suis convaincu que ce genre d’album ne marquera pas sur la durée, à cause de la surproduction de la voix qui est la première chose qui lasse en écoutes répétées. 6/10 pour la zique, 3,75/10 pour le chant.

photo de Domain-of-death
le 06/07/2012

2 COMMENTAIRES

Tookie

Tookie le 29/04/2013 à 18:54:15

Rha ouais ! J'ai mis le temps avant de poser mon oreille dessus, il est cyber-chiant...

Loose

Loose le 27/06/2019 à 09:23:31

Pas du tout d'accord avec toi mec.
Réécoute le morceau "Thére's no tomorrow"
Tous les hurlements, çà mène à quoi en finalité.
C'est chiantissime oserais-je dire.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019