Mnemic - Passenger

Chronique CD album (52 minutes)

chronique Mnemic - Passenger
Troisième et nouvel album pour Mnémic, un jeune groupe danois. Après un « The Audio Injected Soul » qui a fait découvrir le combo à un plus large public grâce à un album de bonne facture, malgré un petit manque d’originalité, et surtout qui avait du mal à se dégager de ses influences. Mais revoilà aujourd’hui la bande avec un nouveau chanteur hérité de la scène death française, en la personne de Guillaume Bideau, ancien chanteur de Scarve, qui va devoir faire ses preuves.
Le groupe officiait, et officie toujours dans un style cyber-métal, très influencé par des groupes comme Fear Factory ou encore Meshuggah, tout en gardant cette touche très métal mélodique suédois héritée de groupes comme Soilwork.

L’album débute avec « Humanaut », une petite intro qui laisse présager le meilleur, avec sa dose de samples et le chant hurlé, bien puissant, de Guillaume. On sent les musiciens très énervés, avec une basse très ronflante et un batteur qui explose son kit. Première impression très bonne donc.
La seconde piste commence dans cet esprit, un morceau très énervé, où le chanteur éructe toutes ses paroles, jusqu’à ce qu’on arrive à un refrain bien mélodique et sirupeux façon néo-métal, mais court, et heureusement, la voix passe bien dans ce registre, malgré un côté très trafiqué. Le morceau continue en alternant des passages relativement death, avec des passages au chant très clair, pour un final très agressif. Le second morceau reste dans le même genre, toujours cette schizophrénie entre violence et mélodies, tout en rajoutant des petites nouveautés, comme par exemple un petit solo placé à la fin de la piste. L’écoute se poursuit, les titres se suivent et on a l’impression de toujours écouter un peu la même chose. Mais ce sentiment s’évacue avec les écoutes suivantes, où l’on finit par découvrir des petits éléments nouveaux, comme l’incursion de synthés sur « Psykorgasm », le solo de guitare sur « Meaningless », les échos de foules très « stades » sur le très virulent « Pigfuck » etc…
Mais l’album devient beaucoup plus intéressant avec les trois derniers morceaux qui ressortent légèrement du lot par leur qualité supérieure aux autres pistes. Si ils ne sont pas forcément plus originaux, ils sont très efficaces, comme le puissant « What’s Left » avec son break, une rythmique très hachée et une basse presque groovy dans la seconde partie. « Shape Of The Formless » laisse plus de place au chant death de Guillaume qui se révèle être un très bon chanteur polyvalent. Enfin vient « The Eye On Your Back », final de sept minutes et demi, et qui est certainement le meilleur morceau du cd. Les samples sont très bien utilisés et donne une vraie ambiance tendue au morceau, le chant clair est mieux maîtrisé et délivre une mélodie mieux travaillée. De plus de nombreux breaks aériens viennent ponctuer la chanson contribuant ainsi à l’ambiance. Le morceau se finit par une explosion de synthés au son de cordes laissant dégager toute la tension.

Techniquement parlant, les musiciens sont très bons, même si le jeu de guitare reste basique, on notera surtout la prestation de la base rythmique, avec un batteur rapide et précis, presque métronomique par moment, et un bassiste offrant une grande variété de jeu. Quant au nouveau chanteur, on peut dire qu’il assure dans ce qu’il fait, peut être même meilleur que le précédent, surtout dans les passages à voix claire, de plus ce petit côté death par moment est très agréable. On sent par contre que la voix a été très travaillée en studio, vu tous les effets qu’elle comporte. On notera également une production très suédoise, donc très clinique et donc très précise, ne laissant pas la moindre tâche.

En bref, ce « Passenger » ne marque certainement pas une grande évolution pour le groupe, mais nous assure de bons moments. L’album débute très bien avec des morceaux très efficaces et percutants, mais essuie un léger passage à vide vers le milieu, avec des morceaux un peu trop proches les uns des autres, heureusement le groupe se rattrape sur la fin avec un triptyque dès plus excitant. Cependant, le groupe devrait maintenant penser à évoluer, car en trois albums, à part un chanteur, on ne notera pas énormément de changements.
photo de DreamBrother
le 01/12/2006

4 COMMENTAIRES

MAT(taw)

MAT(taw) le 01/12/2006 à 17:49:12

ils sont fans de ZEKE pour avoir choisi cette pochette?

sepulturastaman

sepulturastaman le 02/12/2006 à 00:45:40

A la pochette, j'ai cru que c' était du Turbonegro.

dreambrother

dreambrother le 02/12/2006 à 09:56:41

si ils sont fans de l'un de ces deux groupes, ça ne s'entend pas du tout alors...lol.

Laszlo

Laszlo le 23/01/2007 à 21:10:02

I think it's better than a 7/10, dreambrother. More like a 9/10 especially after repeated listenigs. Guillaume is a f'n vocal nut!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Spectrale - ▲
Chronique

Spectrale - ▲

Le 18/01/2018

Generic - Open City