Monnier - Ep 2

Chronique CD album

chronique Monnier - Ep 2

« Un couteau de cuisine est généralement pourvu d’un flat grind, un couteau scandinave ou de bushcraft d’un scandi grind et les couteaux de chasse d’un hollow grind. Le grind désigne la forme de l’aiguisage de la lame. »

 

Ou la plus parfaite forme de musique agressive qui soit.

 

Et quand un Belge frappadingue (de Infested Art et Days of Desolation) rencontre une japonaise siphonnée (de Flagitious Idiosyncrasy in the Dilapidation) que croyez que cela produise ?

Un samouraï bouffant des frites ?

Marc Dutrou buvant du saké ?

Sonny Chiba incarnant le Manneken-Pis ?

 

Non, un skeud de Grind ébouriffant, si ça gigote un minimum dans votre cigare.

 

Déjà coupable en 2018, d’un premier jet séminal, le dynamite duo se libre ici à un exercice qui parait simple : pondre l’album de Grind de l’année... dès le début de l’année.

En réalité, le Grind est très complexe à accoucher si on veut vraiment se le prendre en full faciale. Et dans le cas contraire, on peut vite tomber dans le Gore grind, le running gag en d’autres termes.

 

Ici, le duo ne passe pas par la porte de derrière. Ainsi, d’entrée, il affiche un son très sourdement métallique liée à une prod ravageuse. Évidemment, la rapidité en mode blastouille et tabassage de couilles est de rigueur. Les deux minutes syndicales sont rarement dépassées. On va alors citer les tendres Nasum ou encore les câlins de Phobia pour les références bisounours obligatoires liées à toute chronique musicale. Donc, le duo maîtrise son job en ménageant des breaks au poil, calibrés comme Rocco Siffredi.

Un groove terrifiant domine alors l’ensemble. Comme l’intro relativement lente de 情動 qui annonce ze carnage en mode Fuck and Furious. D’autant que le ping pong meurtrier du chant mixte arrache la tronche plus sûrement qu’un drop de Sébastien Chabal direct dans le rectum.

Vous ne savez pas comment hurle une ghoule japonaise ? Et bien si, désormais.

 

Ce Ep est sans nul doute :

« Aiguisé comme lame

Pointu comme un couteau

Chauffé comme une flamme

Et puissant comme un fusil d'assaut. »

 

Mais flat, hollow ou scandi, Monnier fait du grind pas du Ragga.

photo de Crom-Cruach
le 09/09/2021

4 COMMENTAIRES

Pingouins

Pingouins le 09/09/2021 à 09:51:24

C'est la demontada cet EP.

J'avais pas capté que c'était la même chanteuse que dans Flagitious.

8oris

8oris le 09/09/2021 à 11:18:35

" rapidité en mode blastouille et tabassage de couilles est de rigueur".
#PunchLine
J'aime bien les chroniques de Crom-Cruach :à l'image des albums: simple, efficace et sans chichis beignet chouchous!

CROM

CROM le 09/09/2021 à 11:34:56

Merci !

sepulturastaman

sepulturastaman le 09/09/2021 à 12:05:33

Si vous vous fournissez en dur vous aurez le droit à leur premier ep en plus, par contre la pochette sera moins coolos en cd qu'en  vinyl (rose fumée pour les  Papy psychocouak) qui reprend aussi leur premier ep sur l'autre face. Certainement l'un des disque grind de l'année avec le Inhumate, et dans doute le Blockheads.
La pochette claque vraiment beaucoup, et voici le bandcamps pour les plus gourmands : https://monniergrindcore.bandcamp.com/music

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021