Necroverdose - OFF

Necroverdose - "OFF"
chronique Necroverdose - OFF

Et si on se jetait une bonne plâtrée de Death metal carnassier derrière la cravate ?! Un gros Death rugueux qui vient te gratter le tympan avec du citron, un Death metal à tonton qui nous importe la Floride…à Marseille !

Car c’est bien de notre charmante cité phocéenne que nous viennent ces, non moins charmants, Necroverdose ! Voici leur premier album : OFF. Il était d’ailleurs temps de le pondre celui-là, le groupe existant depuis 2001 et n’ayant qu’une démo de 2006 à leur actif.

Mais on ne va pas les blâmer d’avoir pris leur temps, on sent que OFF a été mûrement réfléchit afin d’offrir un Death metal dans les règles de l’art, et s’ils n’inventent pas ici la machine à courber les bananes, l’effet est le même !  Les mecs nous balancent une bonne galetouse de tripailles sauce barbecue, ça transpire le Death US de la côte est : accrocheur et subtil, on fouille dans ton bide mais avec classe.

 

Plus les écoutes s’enchaînent, et plus le groupe monte dans mon estime. Ce que j’avais d’abord pris pour une énième copie des éternels Cannibal Corpse, se révèle être bien plus que ça. C’est vrai qu’on est dans une école gutturale, aux compos directes et où la viande saignante reste un des principaux sujets d’écriture.

Mais à côté de ça, Necroverdose n’est pas monolithique, on varie les plaisirs, les ambiances, les influences… On est tiraillé entre la claque d’un Death brutal et l’accroche d’un Death plus classieux. Entre le groove poisseux de « Prehistorture » et la puissance de composition de « Resurrected ».

Je trouve leur style très proche de ce qu’a pu nous offrir Immolation pour ce côté à la fois evil, massif et leurs riffs aux mélodies subtilement sombres. On se fait marteler la face sans concessions, le plus jouissif étant qu’on retrouve tous les codes des grands noms du Death US (je ne dis pas qu’on se hisse au même niveau non plus hein !).

 

Lorsqu’on s’attarde sur leurs morceaux les plus longs comme « Resurrected », « The Meaning Of Death » ou « Forced to Hail Satan » les icônes du Death blasphématoire comme Vital Remains ou Deicide me viennent facilement en tête… Ces mid-tempo sonnant comme des hymnes au malin, cette frénésie de possédé, ces riffs riches et aboutis, ces solos perçants qui viennent t’embrocher le sternum (sans qu’ils soient systématiques)… Bref, on sent les énergies mystiques des anciens du Death metal vibrer là-dedans !

 

La scène Death française est de plus en plus consistante et de nouvelles vraies pépites de brutalité morbide pointe le bout de leur nez ! OFF est un album à déguster en se rappelant ces bonnes vieilles années où l’intégrité du Death metal n’était JAMAIS remis en cause ! Du pur jus fraichement pressé et j’attends impatiemment la prochaine cuvée…

photo de Domain-of-death
le 10/10/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019