Polaris - The Death Of Me

Chronique CD album (36:23)

chronique Polaris - The Death Of Me

Vous voulez être signé sur un gros label en 2020? Vous rêvez d'être un des (trop) nombreux produits d'appel du catalogue d’un label de métal. Vous êtes décidés à faire péter les compteurs sur Spotify et Itunes. La méthode "Core Band Go" fera de vous LE nouveau groupe de metalcore. Pour commencer, choisissez un style musical nouveau, imaginaire et inconstistant que vous nommerez X-Core. Remplacez le X par un sous-genre de métal de votre choix. S'il a été créé avant les années 2000, vous n'aurez qu'à ajouter post devant ou pour plus de hype, vous pouvez tenter d’inventer un terme, composé ou nom. Pourquoi pas post-electro-djent-core ?


Pour commencer, assurez vous d'avoir le look adéquat. Moins vous aurez l’air metal, plus cela fera de vous des outsiders prêts à proposer un produit musical original et surprenant (même si cela n’est pas vrai), les cheveux longs sont optionnels et prévoyez une ou deux casquettes minimum.
Ensuite, trouvez-vous un chanteur. De préférence, choisissez un screamer bien puissant pour des intros, des couplets ou des refrains bien péchus (mais surtout pas les trois dans un même titre) qui feront headbanger les kids dopés à l'anti-tussif. Attention, il faudra aussi qu'il soit à même de chanter comme une cheerleader effarouchée par la vue d'un turgescent penis poilu.

 

Débaucher idéalement deux guitaristes. Vous n’en trouver qu’un: pas de panique, notre formule s’adapte sans problème, grâce à la magie du studio, un seul suffira.  Faites lui écrire des passages qui s'inspirent de tout ce qui se fait dans la scène metal depuis ces 10 dernières années: des licks inspirés de Sikth mais moins bad-ass, des grooves à la Thy Art Is Murder (mais jamais trop méchant car vous êtes des gentils qui écrivez des morceaux pour les gentils, votre crédo, c'est l'énergie, pas la violence) des solos à base de gammes mineures (éventuellement mineures harmoniques mais un tel niveau ne sera pas nécessaire), des breakdowns hardcoreux à base de 3 accords et tous les gimmicks à la mode dans le metal ces dernières années (harmoniques naturelles, pick scrape à la Gojira). En cas de manque d'inspiration, n’hésitez pas à utiliser l'excellent site djen.co.


Enfin, n'oubliez surtout pas d’écrire des passages cleans qui vous permettront de toucher un public de faibles. Pour ces passages, deux possibilités:

  • le classique "4 notes cristallines égrainés" à grand renfort de délai,
  • le refrain poppy emo à base d'accord de quinte qui suivent une structure I-V-VI-IV.

 

Le bassiste n’est pas indispensable mais afin de gagner en crédibilité marketing, prévoyez malgré tout d’en engager un. Il ne sait pas jouer? Aucun problème, de toute façon, personne ne l’entendra et avec un peu de chance, il ne sera même pas au courant lui-même qu’il est bassiste.


Condition sine qua none du succès: prenez un batteur capable d’en faire des tonnes même sur un 4/4 de débutant, pas avare de double pédale. Idéalement, lestez ses baguettes pour un son bien lourd et pensez à utiliser des triggers pour une dynamique maîtrisée, tant pis si le rendu manque de naturelle.


Faites mixer ça par un professionnel...du plugin. L'important, c'est que tous les vu-mètres tapent dans le rouge histoire de sonner fat même sur un enceinte bluetooth achetée sur Wish.

 

Préparez vous à lire des chroniques dithyrambiques qui salueront votre originalité et qui verront en vous les nouveaux prophètes du métal. Oubliez les pisses-vinaigres, les chroniqueurs blasés, trop vieux et trop cons pour comprendre votre musique et qui écriront de mauvaises chroniques pas inspirées du style:
Oui, c'est très bien mixé ça sonne souvent gros et parfois lourd (bien que ça sente le plugin à tous les niveaux),  c'est bien exécuté bien arrangé mais qu'est ce qu'on se fait chier bordel. Toujours les mêmes grooves, la même interprétation, le même son, une originalité proche du néant, une prise de risque absente. The Death Of Me est l'exemple parfait qu'il y a des recettes qui fonctionnent pour faire un très bon morceau, mais qu'il n'y en a aucune pour en faire quelque chose d'original. Passons sur les passages cleans qui donnent envie d’égorger des chatons plus qu’autre chose et pourtant j’adore les chats, j’en ai deux. On est en plein dans le gentil djenty manichéen: soit vous trouverez ça sympa, soit vous trouverez ça très ennuyant. - Françoise Satan (Metal Reader's Digest Mag)

 

 

On aime: l’application sans faute d’une recette qui fonctionne
On n’aime pas: l’application sans faute d’une recette essorée  jusqu’à la corde.

photo de 8oris
le 27/02/2020

6 COMMENTAIRES

Tookie

Tookie le 27/02/2020 à 09:51:34

HA HA HA ! C'est tellement ça et tellement bien décortiqué ! Amen !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 27/02/2020 à 10:20:17

J'aime pas Slipknot. Ah c'est pas Slipknot. Ben j'aime pas quand même.

pidji

pidji le 27/02/2020 à 11:10:48

héhé magnifique notice :D

cglaume

cglaume le 01/03/2020 à 17:19:22

J'avais loupé la chro... C'est très bon (la chro, pas la zic) :)

c_b

c_b le 03/03/2020 à 22:30:48

Et le nom du groupe ! N'oublions pas le nom du groupe ! Lui aussi sans originalité aucune puisque pour tous ceux qui ont grandi aux US dans les 90's, Polaris ne peut être que lié aux noms du très sympathique Mark Mulcahy et de la série The adventures of Pete & Pete...
Même le nom de la recette n'est pas d'eux ;-)

8oris

8oris le 04/03/2020 à 13:27:33

Merci pour l'information sur le nom du groupe, je ne m'étais même pas posé la question de son origine!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements