Radio Moscow - The great escape of Leslie Magnafuzz

Radio Moscow - "The great escape of Leslie Magnafuzz"
chronique Radio Moscow - The great escape of Leslie Magnafuzz

La chronique de Toukene :

 

Ils auraient pu être de cette génération qui dansait la techtonik sur les places de leur ville. Ils auraient pu avoir la mèche rebelle qui tombe sur les yeux que l'on écarte en secouant sa tête de gauche à droite.

 

Mais aux temps de la barbe naissante et de l'acné agonisante le trio américain Radio Moscow a laissé parler sa passion pour les années 60-70's.

Ces deux décennies, sans doute les plus marquantes pour la musique moderne, ont de nouveau le vent en poupe entre Rival sons (like Led Zeppelin) ou les excellents Black Diamond heavies (Blues rock hargneux modernisé)...et enfin les Radio Moscow.

 

Ils sont jeunes, mais ils sortent leur 3e album après avoir su remplir les salles avec les deux précédents.

50 minutes bien blues et rock'n'roll psychédélique. Il suffira de jeter un œil sur les pochettes pour mieux comprendre que cet album "The great escape of Leslie Magnafuzz" est dans les mêmes tons que les précédents.

 

Le groupe n'a par contre jamais eu une production aussi propre et moderne. Le résultat est à double tranchant : on perd d'ailleurs la saveur plus roots des précédents mais on gagne en clarté et en chaleur.

Le principal argument reste le travail du guitariste qui nous gratifie de soli comparables à ce que ses ainés savaient faire. Et pas n'importe lesquels. S'il n'a pas le toucher ou le son d'un Hendrix ou d'un Clapton (période Cream), Parker Griggs s'en approche nettement.

 

Il peut s'appuyer sur une section rythmique qui n'est pas en reste : rapide et ayant en elle la recette pour construire des titres psyché réussis, on observe surtout la complicité guitare/batterie.

Dans le fond, les créations sont un peu plus complexes qu'auparavant et les tentatives ne sont pas bancales : 

-L'harmonica fait toujours des merveilles pour l'ambiance et ajoute quelques degrés au thermostat en l'espace de quelques notes.

-"Misleading me" avec son passage acoustique, son chant réverbéré couplé à une électrique donnent un résultat détonnant.

 

Comme je le disais plus tôt : le reste est une forme de hard-rock-blues-psyché. On peut associer les 4 styles et les combiner dans tous les sens, les résultats sera le même : Radio Moscow nous entraîne 40 ans en arrière.

50 minutes de plaisir, de maîtrise, et de rock'n'roll comme on en faisait plus et auquel on reviendra, juste pour retrouver le temps d'un cd l'insouciance d'une époque que beaucoup idolâtrent encore...

 

Note : 7.75/10

 

 

La chronique de Refuse to keep silent :

 

Projet mené depuis déjà quelques années par Parker Griggs, aidé depuis par Zach Anderson et Cory Berry sur scène, Radio Moscow en est à son troisième album avec ce The great escape of Leslie Magnafuzz aux airs de brillant tribute aux 70's, entre hendrix, Cream, Blue Cheet ou Ten years after.

 

Talentueux, Griggs exhume un blues-rock psychélique et enflammé superbement joué, aux influences perceptibles mais digérées avec classe, qui égale en qualité ce qu'on pouvait "dénicher" à l'époque. De trames hallucinatoires (Densaflorativa) en rock tapageur et rythmé assez virtuose (Little eyes, amorce teigneuse et sulfureuse) et en usant d'une instrumentation versatile et constamment maîtrisée, Radio Moscow sort ce qui est de toute évidence son meilleur essai, performant dans ses côtés saccadés (I don't need nobody) suivis de plages fonceuses et bardé de guitares sauvages, attractives quelles que soit les tonalités adoptées.

 

Une rythmique implacable, tout terrain, vient charpenter l'ensemble et consolider ce The great escape of Leslie Magnafuzz, de même que des vocaux d'époque, et Griggs et ses hommes de main remettent le genre au goût du jour avec une dextérité étonnante. Il résulte de cela un opus de caractère, racé et insoumis, qui s'écoute fort et produira très vite un effet mental proche de celui que génèrent certaines substances.

 

Ici, l'addiction n'est que musicale et qui plus est recommandée, compte tenu de la qualité du produit et de ses effets globaux très positifs

 

Note : 7/10

 

 

Soit au final : (7+7.75)/2 = 7.37/10 !

photo de Tookie
le 20/01/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019