Rwake - Voices of omens

Chronique CD album (59:00)

chronique Rwake - Voices of omens
Grosse activité chez RELAPSE ces temps-ci car voici encore une nouvelle sortie, le nouvel opus de RWAKE, "Voices of omens". 9 titres pour 58 minutes (dont une intro et une interlude d'une minute chacune), j'imagine que je n'ai pas à faire à un groupe de punk (et oui, j'avoue, je ne connaissais pas ces gaillards avant ce disque).

Que j'ai mis du temps avant de me lancer dans l'écriture de cette chronique ! Je dois avouer qu'au départ, la musique sale et oppressante de RWAKE m'était totalement imperméable, impossible de rentrer dedans. La durée des titres ne me faisait pourtant pas peur, loin de là ; mais il y avait un truc qui n'allait pas. Ce qui est sûr, c'est que ce disque n'est pas fait pour égayer vos soirées en musique de fond... Pour apprécier ce disque, c'est clair et net : il faut être ultra attentif.
Les chansons sont complexes, tout en étant bien lentes ; comme si NEUROSIS avait décidé de piquer des plans à MASTODON. C'est sombre, sanguinolant, bref, tout comme la pochette : le groupe ne s'est pas trompé dans l'artwork en tout cas. Et pourtant ça démarre tout gentiment, avec une intro mélodique à souhait ; mais les 9 minutes qui suivent ("The finality") reprennent les choses en main. Quand je vous dit que le groupe fait des chansons bien complètes, ce titre en est l'exemple même : un démarrage sludge/doom et une voix rauque et grâve à souhait, puis les gars décident d'accélérer le tout en balançant des riffs à la MASTODON ; du coup la voix change, cette fois-ci on passe dans un ton beaucoup plus crillard et agonisant. Puis retour au sludge, et la fin n'est qu'une partie de piano qui dure plus d'une minute : pfiou, rien que ça ! En tout cas, pour revenir au chant, la prestation de C.T. est incroyable ; il passe du coq à l'âne (pardonnez l'expression) sans aucune difficulté, et en live, s'il arrive à faire la même chose, ça doit tout bonnement être énorme.

C'est au bout de plusieurs écoutes que le charme opère : on commence à reconnaitre certains plans, des intros de chansons qui marquent plus que d'autres (le démarrage calme de "Fire and flight" et Leviticus", le début très MASTODONien "Of grievious abominations") ; mais avant de connaitre les chansons par coeur, il y a du boulot. Vous remarquerez que je parle souvent de MASTODON ; il est vrai que la ressemblance est frappante sur certains riffs ; magré cela, RWAKE joue dans une cour vraiment différente : leur musique est beaucoup plus lente, et dans ce cas là je pense plutôt à EYEHATEGOD ou NEUROSIS encore une fois (période premiers albums).

C'est donc conquis que je termine l'écriture de cette chronique ; les RWAKE, s'ils durent évidemment, ont toutes les cartes en main pour être LE groupe RELAPSE par excellence (à moins que ceux-ci ne décident d'aller voir ailleurs, comme - encore une fois, désolé après j'arrête - MASTODON). Il m'est difficile d'en dire plus sur ce disque, le tout étant très subjectif car moi-même, à la première écoute je l'aurais plombé. RWAKE, on aime ou on n'aime pas, mais ce qui est certain, c'est qu'ils ne laissent pas indifférents. Fan de musiques sombres, inquiétantes, malsaines, ce "Voices of omens" est fait pour toi, tu ne seras pas déçu du voyage !
photo de Pidji
le 15/02/2007

2 COMMENTAIRES

mat(taw)

mat(taw) le 16/02/2007 à 14:34:16

ça me donne bien envie tout ce que tu dis là...

viking jazz

viking jazz le 18/02/2007 à 20:27:27

pas évident de rentrer dedans, mais cet album regorge de bons trucs

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements