Savage Hands - The Truth In Your Eyes

Chronique CD album (39:38)

chronique Savage Hands - The Truth In Your Eyes

Ahhhh, le metal tendance emo, ça me rappelle mes jeunes années, au début de ce siècle. A l'époque, point de CoreAndCo, on lisait RockSound et ses chroniques sur, entre autres, ces groupes aux improbables sculptures capillaires qui faisaient relativiser ma chère maman (que je salue au passage) quant aux posters de Necrophagist ou de Six Feet Under qui assuraient fièrement la décoration de ma chambre d'ado mal fini dopé au Biactol.

 

Savage Head, quintette du Maryland, propose dans son premier album un petit retour dans ce passé avec son premier LP: The Truth In Your Eyes mais y ajoute une touche de modernité et propose un rock teinté de métal, énergique, propre et sans coulures avec des passages plus calmes et plan-plan à tendances émo boutonneux.

 

Le chant oscille entre des parties qui sonnent comme...Post Malone dans lesquelles on entend parfois un peu trop l'auto-tuning, et des screams metalcore efficaces et moulés à la louche.

Pour les parties cleans, on aime ou on déteste. Si vous êtes allergique à Linkin Park et les interprétations un peu psalmodiantes, du genre bande son d'une scène de rupture amoureuse de "American Pie 10 - Divorçons Les", il va vous pousser des pustules sur tout le corps, vos cheveux vont tomber et vous allez attraper quelques cancers au niveau des tympans.

Les screams sont quant à eux plutôt bonnards, crépitants, efficaces et entraînants, limite hard/mathcore ("Lonely"). On trouve même quelques passages rappés avec un bon flow plutôt bien exécuté ("Memory").

 

Au niveau de la musique, les riffs de guitare sont définitivement rock/metal, plutôt élaborés et parfois vraiment efficaces ("Bloodshot" et son intro qui), ne flirtent pas toujours avec l'évidence ("Braindead", "Lonely" et son break de coreux) et remuent sévèrement ("Blue New").

Malheureusement, dès qu'on a envie de se badigeonner de cette mayonnaise énergique et roborative, celle-ci retombe rapidement et platement, entachée de passages plus poppy option gnan-gnan prout prout petit doigt levée, qui peuvent parfois devenir un peu lourds ("Rotten Soul" et son intro beaucoup trop sucré et pleine de piou-piou pour moi).

En outre, après plusieurs réécoutes, on se rend compte que ces riffs qui balancent un peu sont finalement un peu tous construits à l'identique, rythmiquement et mélodiquement. Avoir une patte, c'est bien mais quand celle-ci n'a qu'un doigt, la démarche peut devenir boiteuse.

De manière générale, la musique de Savage Hands revêt un côté pop avec un mélange de styles qui m'a rappelé Zebrahead, le côté potache en moins. 

 

A noter que la thématique de l'album est "sur ce que cela fait d'aimer quelqu'un qui est accroc à la drogue". Je n'ai rien contre ces thématiques que je trouve personnellement dignes d'un numéro de "Ca Se Discute" mais je pense qu'on a vu mieux et surtout plus original.

D'autant que ces thématiques sont abordées d'une manière parfois un peu trop explicite pur-jus où Confession rime avec Obsession, et Slave avec Grave. Petit extrait, je vous laisse juger:

You walked away 

There’s nothing I could say to make you stay

It rains all day but it’s okay 

I’ll find my way 

And if you want to speak, well it’s too late 

It rains all day but it’s okay 

It all gets washed away

 

Enfin, côté mixage, pour du fait maison (l'album a été enregistré et mixé intégralement dans le studio du chanteur), c'est très bon. Evidemment, le son est parfois un peu chimique et sur-produit donnant à l'ensemble un côté très lisse mais le rendu global est propre et pas désagréable à l'écoute.

 

The Truth In Your Eyes est un premier album honnête et dont la maturité musicale est plus que notable. Il ne manque pas de poils mais ils sont savamment plus que sauvagement coiffés.

Un album destiné aux esprits ouverts à des incartades vers des styles plus lisses, appréciable car sauvé par ses moments rock burnés assez intelligents et efficaces.

On regrette que le groupe décline parfois un peu à outrance la même formule de composition. Gageons que le temps associé à la machine marketing conséquente les supportant facilitera leur évolution car la base est loin d'être mauvaise.

 

 

On aime: la maturité musicale, les passages rocks efficaces, le mixage maison de qualité

On n'aime pas: le côté pop un peu trop larmoyant parfois, les paroles un peu trop évidente

photo de 8oris
le 05/02/2020

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021