Sect - Blood Of The Beasts

Chronique CD album

chronique Sect - Blood Of The Beasts

"Not Drinking,

Not Smoking,

Not Drugging,

Not Vaping,

Backin Our Human & Animal Friends, and Punching Hamburgers Out of Peoples' Hands...NO MORE ! "

 

Vous l'aurez compromis, les membres de Sect font partie de la grande famille du totalitarisme idéologique qui rassemble les extrémismes de tous les bords, insupportables de suffisance binaire.

Donc à moins que vous ne découvriez le mouvement HxC SxE (pour Straight Edge), ce troisième message basique du collectif bouffeur de salade n'aura aucun intérêt pour vous. Bon ça cause tout de même d 'écologie aussi : impossible de cracher dessus avec la mort du dernier ours blanc. Ah ? Il n'est pas encore mort ? Bah, ça ne va pas tarder.

Pour la forme par contre, il en est tout autre car le pedigree de la bête prend tout son sens avec une prod emballée par Kurt Ballou presque en état de grâce (ce qui n'est pas tout le temps le cas). Ainsi au mic, on trouve le furax Chris Colohan des excellents Cursed et Burning Love. Le timbre de voix et la sauvagerie des lyrics crachés comme des glaviots font forcément mouche.

Le mec est habité et vocifère comme un beau diable les machins habituels sur l'obsolescence des pensées archaïques qui motivent l'homme depuis... rrron zzzz ron zzz.

 

Impossible donc de pioncer longtemps sur le fond car sur la forme, le sauvage est appuyé par un duo de gratteux (dont un venant des "très tolérants et ouverts" d'esprit Earth Crisis) en mode débiteurs de tronc à main nues. Les riffs hardcore sont donc très appuyés, ultra efficaces et possèdent un grain parfaitement jouissif en mode HM-2-Boss. Et quand ça s'emballe, les neuf dixièmes du temps, c'est pas pour jouer au Mikado.

En effet, derrière les fûts, on trouve le batteur des Ultra "Méchants Anti-Tout Power Pas Cool" de Racetraitor (Chicago). Le gars tabasse donc à n'en plus finir, aussi à l'aise dans les breaks pesants que dans la haute vélocité. Seul petit bémol au carnage, la basse de Steve Hart (des viocs et pas légers Day Of Suffering) surnage un peu dans tout ce vacarme pourtant parfaitement millimétré.

 

Blood Of The Beasts est précis, court, cohérent et violent. Il accomplit parfaitement sa mission : coller une bande son sur la fin de ta race.

Vais aller me taper une entrecôte tiens, avec une bouteille de Bourgogne...

photo de Crom-Cruach
le 21/02/2020

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Gomora - Popel A Prach
Hate - Morphosis
Chronique

Hate - Morphosis

Le 18/02/2008