Selcouth - Unfamiliar, rare, strange, yet marvelous promo 2016

Chronique mp3 (18:16)

chronique Selcouth - Unfamiliar, rare, strange, yet marvelous promo 2016

La puissante Internationale de l’avant-garde est de retour et cette fois-ci c'est du côté de la Finlande qu'il faut regarder. La Finlande, le pays au monde qui compte le plus de groupe de metal par habitant, et il est cependant surprenant qui ne se fasse pas plus remarquer que cela en matière de musique amplifiée expérimentale. Il faut dire que son voisin norvégien lui fait une sacrée ombre... Enfin, de Finlande, il faut le dire vite. Car si à l’origine du projet, on retrouve Joonas Juntunen (Warthage), ce dernier voit Selcouth comme une collaboration virtuelle à laquelle participent une myriade (en l’occurrence douze, mais rien n'est gravé dans le marbre) de musiciens d'horizons et de pays divers (France, Argentine, Espagne), venus entre autres de Stagnant Waters, Pryapisme, Smohalla, As Light Dies, Corazon Primitivo, Khanus... motivés pour confectionner une musique avant-gardiste, dans la veine de Ved Buens Ende, Virus, Yurei, Arcturus. Bref, pas des spécialistes du conformisme et du traditionalisme. L'intention est belle, mais tout ça, c'est sur le papier, l’exercice est casse-gueule, le moindre faux pas voue le résultat aux tourments éternels du ridicule et de l'oubli.



Selcouth nous propose un carte de visite de trois titres, destinés en priorité au démarchage des labels, et pour cela, il a soignée son entrée sur la grande scène internationale. Normal avec le pedigree de ses géniteurs, loin d'être des débutants, qui doivent savoir sur quelle pente savonneuse ils s'engagent et comment éviter les écueils. Le groupe fait preuve déjà d'un sens aiguisé du riffing et de la mélodie tordue, avec des parties de guitares limite bancales mais cohérentes assez proches de ce que propose Yurei par exemple. Les claviers, discrets dans le mix, apportent malgré tout une touche décalée avec des sons plutôt recherchés, mais qui méritaient d'être plus mis en valeur. Le chant est assuré par des hommes sur le premier et le troisième titre, décadent et assez proches des modèles cités plus haut ; sur le second titre, nous avons affaire à une femme, dont la prestation rappelle ce que l'on trouve chez I Left The Planet, ou Department Of Apocalyptic Affairs.



Si j'étais responsable de label, sans hésiter, je donnerai les moyens à Selcouth de réaliser un album dans les meilleurs conditions possibles. En affinant sa personnalité et son son, on peut s'attendre de sa part à de grandes choses. Mais en attendant, on va encore avoir le droit à un énième groupe de Post Black Atmosphérique.


photo de Xuaterc
le 06/01/2017

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 06/01/2017 à 09:49:45

Pryapisme, As Light Dies... A ouais quand même !
Vive l'Union Européenne de l'Avant-Garde ! :)

Xuaterc

Xuaterc le 06/01/2017 à 13:23:18

L'AGM vaincra!

Depuis la rédaction de cette chronique, j'ai appris que le groupe avait signé chez I Voidhanger Records. Mazal Tov!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019