Solefald - Jernlov (réédition)

Solefald - "Jernlov (réédition)"
chronique Solefald - Jernlov (réédition)

Toute histoire a un commencement, celle de Solefald débute en 1994 sur les bords de la Mer Rouge en Roumanie. Deux jeunes hommes, encore lycéens en Norvège, Lars Are "Lazare" Nedland et Cornelius Jakhelln, autour d'un plat d'escargots et de verres de vin rouge, décident de lier leurs destins. A cette période, le pays, vous le savez, est en pleine ébullition black metal, des groupes se forment plus vite qu'il ne faut à Samoth pour mettre le feu à une église en bois debout. Mais nos apprentis dandys sont plus intéressés par la philosophie que par le rimmel et les clous; aussi s'engagent-t-ils sur une voie musicale qu'ils baptisent "red music with black edges".

 

Rapidement en 1995, le duo publie son unique K7 démo Jernlov, tirée à 300 exemplaires. En 2007, elle se voit remastérisée et rééditée une première fois en CD en complément de l'album de remix The Circular Drain. C'était la première occasion pour de nombreux fans d'entendre les quatre morceaux fondateurs de l’œuvre des norvégiens. Deux d'entre eux ont été réenregistrés pour le premier album, les deux autres étant restés inédits. Aujourd'hui, Avantgarde Music publie une nouvelle version remastérisée de Jernlov en double 45 tours dans un élégant double fourreau illustré d'une reproduction du tableau de Theodor Kittelsen, auquel le groupe emprunte son nom.

 

Par rapport à la version d'origine, le son a été nettoyé afin de le rendre plus écoutable et surtout un peu grossi: il n'y a qu'à entendre le cri déchirant qui ouvre démo pour se rendre compte du travail effectué. Les rôles entre les deux musiciens sont clairement répartis: Lazare se charge de la batterie et des chants clairs tandis que Cornelius s'occupe des basse, guitares, synthé et vocaux black. Déjà à cette époque, ils souhaitaient se démarquer du reste de la scène en proposant une musique non conventionnelle et ouverte, ce qui est la marque de fabrique du groupe encore à l'heure actuelle. C'est pour cette raison que l'on retrouve de la cornemuse (« Sivilisasjonens Slør - Ravnens Fall ») ou des clap-claps et une guitare flamenco (« Philosophical Revolt ») sur une base de black épique où les claviers jouent un rôle majeur. Lazare fait déjà preuve d'une vraie maîtrise du chant clair et sa voix éthérée et cristalline contribue à marquer la différence du combo, tandis que son comparse délivre des cris typiquement black assez communs, emprunts de désespoir. Il n'a pas développé le style de chant si particulier qu'on retrouve plus tard.

 

Ce coup d'essai est un manifeste musical sur lequel Solefald jette les bases de son style en affirmant déjà sa personnalité, indépendante, intelligente et iconoclaste.

photo de Xuaterc
le 12/05/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements