Seth - Les blessures de l'âme : XX ans de blasphème

Chronique CD album (51:00)

chronique Seth - Les blessures de l'âme : XX ans de blasphème

"Les blessures de l'âme sont éternelles."

 

Début du mois de mai 2019. Je prends en compagnie de Seisach' la direction du Sud de la Bretagne pour participer pour la deuxième fois au festival des Feux de Beltane Ifern en ti-feurm. Dans un souci de maintenir l'esprit de l'événement, à savoir plus qu'un festival de musique, mais une rencontre autour du Black Metal, de la nature, de la spiritualité et du partage, la programmation n'a été révélée qu'au moment de l'ouverture des portes de la ferme morbihannaise. LADLO avaient laissé filtrer quelques indices, alors je ne fus pas surpris d'y voir figurer Seth, qui interprète en intégralité et dans l'ordre son premier album de 1998, le mythique Les Blessures De L'Âme. Je me suis déjà exprimé au sujet de cette tendance lors de ma chronique du Daemon de Mayhem, je ne reviendrai donc pas dessus.

 

 

"Que sortent du caveau les immortels."

 

Ce n'est pas dans mes habitudes de chroniquer des lives mais cette sortie est pour moi dans un premier temps de saluer le travail indispensable des asso et bénévoles qui permettent à ce genre d'événement d'exister et de faire vivre l'underground français en dehors des grosses machines. Mention spéciale à Couilles de Loup et sa bière artisanale à un tarif imbattable (n'hésitez à goûter leurs productions si vous en avez l'occasion). Il y avait également un moment que je voulais écrire à propos de cet album qui a été une partie de la bande son de mes jeunes années. Pour cette raison, ce texte va prendre des allures de chronique du live, de report du concert qui lui a donné naissance et d'avis sur le disque originel.

 

"Je disparaîtrai afin de réapparaître... Encore."

 

Le line-up qui foule les planches de la grange en cette froide journée printanière est différent de celui qui constitue la version "studio" actuelle du groupe et même de celui de l'album en question, puisque seuls Asvild à la batterie et Heimoth à la guitare sont rescapés de cette époque. On retrouve donc Saint Vincent au chant, Krieg à la basse, Drakhian la seconde guitare et Pierre Le Pape aux claviers.

 

"Comme un soleil perdu dans l'Univers."

 

Le son de l'album est fidèle à ce que l'on a entendu ce jour-là, de très bonne qualité et parfaitement équilibré, laissant entendre chaque instrument comme il se doit. La batterie sonne particulièrement bien, avec une double implacable.

 

"Ma mort est ici, ma vie est ailleurs."

 

Vingt ans après, Seth, malgré les changements de line-up, parvient à retranscrire l'esprit qui animait Les Blessures De L'Âme, cette volonté de se démarquer des précurseurs scandinaves de la deuxième vague BM. Il apporte un raffinement dans sa musique qui le différencie de l'esprit Punk de formations comme Darkthrone. Un peu à la manière d'un Dissection, il parvient à établir un précaire équilibre entre mélodie et agressivité, avec un feeling et un savoir-faire qui s'est perdu au fil des années, en se permettant des emprunts à d'autres styles (l'intro de "L'Hymne Au Vampire Acte II").

 

"Le temps de la revanche est arrivé."

 

Le charisme, le timbre et le talent de Saint Vincent font oublier aisément passe prestation si particulière et unique de Vicomte Vampyr Arkames en 1998, notamment au travers de ses fréquentes harangues à la foule rassemblée dans la grange. Avec le concours de nombreux éléments de décor et d'accessoires, il habille le concept de l'album sans jamais tomber dans le kitsch, un peu à image d'un Attila Csihar. Cet aspect atteint son apogée sur l'instrumental "Dans Les Yeux Du Serpent" avec la venue d'une figurante qui permet au vocaliste de finaliser son rituel de Beltane.

 

"Mourir sera ta seule gloire."

 

Alors que sonnent les dernières mesures de ce titre, je sais que le concert touche à sa fin et connaissant ce qui va suivre, l'émotion m'étreint et me noue la gorge et avant que Saint Vincent ne le fasse, je dédie silencieusement le dernier morceau du concret à la mémoire de notre frère. Parfaite conclusion d'un concert et d'un album à la hauteur de mes grandes attentes.

 

"Les blessures de l'âme sont éternelles."

photo de Xuaterc
le 04/02/2020

1 COMMENTAIRE

Seisachtheion

Seisachtheion le 04/02/2020 à 21:35:02

Merki de faire ressurgir d'excellents souvenirs...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021