Slough Feg - The Lord Weird Slough Feg

Slough Feg - "The Lord Weird Slough Feg"
chronique Slough Feg - The Lord Weird Slough Feg

Vous qui aimez les musiques de bonshommes, ce disque est pour vous. Non, il n'est pas l’œuvre de tough guys de Brooklin, NYC (comme pourrait le laisser penser la durée du disque), mais de quatre types venus tous droits du fin fond de la Pennsylvanie. Fondé en 1990, le groupe publie une grosse poignée de démos avant de publier ce premier album éponyme en 1996. Ces années de maturation ont permis aux musicien de peaufiner leur style et leurs compositions. Dans un contexte musical peu favorable pour eux aux USA (on est en pleine déferlante nu-metal), Slough Feg attrape ses cojones d'une main et tend le majeur de l'autre à tous les trendies, percés de l'arcade, bien à l'aise dans leur survet' Adicras. Dans l'esprit, on est proche de l'attitude d'un Cathedral qui à ses débuts défend un style considéré par tous comme has-been, mais qui va revenir en grâce.

 

Car il est faut du courage pour défendre bec et ongles ce NWOBHM primitif et intransigeant quand tout le monde s'extasie devant les sous accordages, riffs groovy et traumas de l'enfance. C'est pourtant un concentré 100% pur jus de heavy millésime 1981 qui nous est jeté en pâture pendant 25 minutes, à l'heure ou l'on cherche à remplir ras la gueule les CD. Rappelant furieusement les premiers Iron Maiden, Slough Feg emprunte également à Manowar (moins l'ego sur dimensionné) pour ces riffs fleurant bon la testostérone. Sur "Red Branch" et ses prétentions médiévalisante, ou "High Season III" on peut penser au rock 70's de Jethro Tull par exemple.

 

La production est volontairement poussiéreuse, loin du clinquant américain habituel, mais cependant parfaitement équilibrée, ni datée ni passéiste. La maîtrise musicales des américains est nette, on n'a pas affaire à des manchots, en particuliers les deux guitaristes qui n'hésitent pas à décrocher des solos, mais pas de manière systématique. Le chanteur quant à lui a un timbre aigu, mais pas insupportable et qui ne s'embarque pas dans des envolées lyriques.

 

J'ai lu je ne sais où que Slough Feg était un groupe underground, au sens premier du terme, qui pratique un heavy d'hommes des cavernes. C'est en partie vrai, si l'on considère le côté frustre de ce premier (court) album, mais qui est plus subtil qu'il ne peut paraître aux premières écoutes. A défaut d'être un disque indispensable, il reste quand même une valeur sûre qui a très bien vieilli mais qui manque peut être de refrains accrocheurs et enflammés.

photo de Xuaterc
le 05/06/2016

5 COMMENTAIRES

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 05/06/2016 à 11:53:45

Des fans de Slaine probabllement...

Xuaterc

Xuaterc le 05/06/2016 à 13:25:18

Slaine, connais pas...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 08/06/2016 à 16:32:37

Slough Feg est le grand méchant des quatre premiers tomes de Slaine par Pat Mills et Simon Bisley.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 08/06/2016 à 16:35:55

Enfin pas vraiment le vrai gros méchant de la bd est le Crom Cruach. Feg est son serviteur.

Xuaterc

Xuaterc le 08/06/2016 à 20:52:38

Merci pour toutes ces précisions

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019