Steve Harris - British Lion

Steve Harris - "British Lion"
chronique Steve Harris - British Lion

Soyons clairs, dans aucun magazine « professionnel », de n’importe quel pays, vous n’entendrez ni ne lirez du mal de ce premier album du premier side-project du « King of the Kings » Steve Harris, LE monsieur Iron Maiden. Tout au plus vous aurez des avis réservés. Pourquoi ? Non pas que l’album soit excellent, car c’est loin d’être le cas - ça je vais vous l’expliquez ensuite - mais tout simplement car ces journalistes pro risqueraient de perdre des futurs info/interviews/avant-premières concernant le plus grand groupe de l’histoire du Hard Rock, donc Iron Maiden (en passant je préciserais que la vierge de fer est aussi importante que Led Zepplin, Black Sabbath, ou les Rolling Stones dans l’histoire du rock, et que Steve Harris est un maître, un dieu, une bête, etc, dans la composition). Comme j’ai pu le lire dans une interview de monsieur Harris, une interview plutôt élogieuse, alors que…, et bien au bout du fil il y avait le musicien mais aussi, à ses côtés, Rod Smallwood qui n’est autre que le manageur de Maiden. Du coup, une mauvais critique, et hop on est black-listé par le manageur. Situation pas évidente pour les personnes dont le boulot est de vendre le plus de magazines possibles quand les infos sur les « gros groupes » est le meilleur moyen d’augmenter le tirage. Bref, tout ça pour dire, méfiez vous des publications qui vous vendront ce British Lion au prix de l’or.

 

British Lion est un projet qui date en fait d’une dizaine d’année. Steve Harris s’enamourache de zicos qui lui envoient une démo et il décide de les produire mais aussi de participer en tant que musicien (et au final de coller son nom sur la jaquette histoire d’en vendre un max d’exemplaires). Iron Maiden sors des disques (super), Steve Harris en compose une bonne partie (génial), les produit (plutôt pas mal), Iron Maiden fait des tournées (mortel)… donc pas facile de caler un autre projet dans son agenda, pas de ministre mais de roi qu'il est. Alors nous y voilà. Et moi je m’attendais à du progressif, comme le roi Harris est un pro de la compo à tiroirs, mais je comprends qu’au final British Lion, en tant que projet récréatif à but divertissant, propose des chansons directes, et au final un peu – trop – simples pour un ensemble, malheureusement, vraiment pas terrible. Ce n’est d’ailleurs pas plus mal, comme ça les supers longs morceaux qu’il aurait pu avoir en tête iront à qui ils reviennent de droit, Iron Maiden. Mais quand même, il y a ici de quoi être déçu.

 

Musicalement on aura affaire à un petit hard rock qui paraîtra d'abord sympatoche, on aimera quand les guitares sortirons la « très 70’s » wha-wha sur "This Is My God" ou "Karma Killer", les soli par ci par là comme sur "The Chosen Ones",  ou les refrain qui, hum en fait non, les refrains ne sont pas bons. Comme vous pouvez le lire, j’essaie de mettre d’abord en avant les bons points du disque signe que les mauvais qui sont à venir vont être costauds. Mais, même ces bons points – qui se portent exclusivement sur le jeu des instruments, je vous guide quand au défaut principal  – ne sont pas infinis et ne suffiront pas à sauver le disque, preuve en est cette infâme introduction de "Eyes Of The Young" à peine bonne à servir d’intro à une série pour kids (dans le style celles de Malcom ou That 70’s Show sont bien meilleures !). Et à cette intro, je ne vous parle même pas du refrain, de l’outro, ou de la chanson dans son ensemble, ça me rend malade…

 

Donc voilà, sur cette instrumentation décevante, sur ces compositions qui le sont toutes autant, et surtout pas du tout à la hauteur du musicien dont le nom est utilisé pour promouvoir ce groupe, se pose, se colle, un chant, une voix dont on se serait aussi bien passé. Larmoyant, sans aucune énergie, mélodico masculine sous vibrato constant, n’est pas Robert Plant qui veut et à la place de James Blunt il y a déjà, James Blunt (ou mettre autres noms de musiques pop-radio larmoyantes). En plus il chante tout le temps ! Je pense ne pas avoir besoin d’en dire davantage sur l’effet émotionnel que me procure ce chanteur…

 

Pour conclure, on essaie de nous vendre du flan dans un mauvais emballage (pour nous tromper encore une fois)…  et avec ce British Lion, nous avons bien affaire à  la plus grosse déception de les décennies (celles passées et celles à venir, je pense).

photo de R.Savary
le 13/12/2012

6 COMMENTAIRES

Cobra Commander

Cobra Commander le 13/12/2012 à 09:16:56

En clair, c'est de la merde?

R.Savary

R.Savary le 13/12/2012 à 22:25:58

Non, ce n'est pas une erreur, 01/10, c'est bien de la, c'est bien mauvais...

R.Savary

R.Savary le 13/12/2012 à 22:27:20

Mais il semblerait que j'ai interverti la photo du groupe et celle de la couv' de l'alboum

cglaume

cglaume le 14/12/2012 à 06:51:05

Réparé ! ;)

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 14/12/2012 à 18:14:44

J'admire la kro aussi développée pour un 1/10.
Je vais en prendre de la graine quand mon adoubement sera officialisé par le Grand Manitou !

R.Savary

R.Savary le 15/12/2012 à 00:12:02

Merci cglaume pour la modif' !
Et Crom-Cruach chaque mot était ici pleuré...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements