Suicide Silence - The Black Crown

Chronique CD album

chronique Suicide Silence - The Black Crown

Nous en sommes déjà au troisième album pour les kings du deathcore trendy deluxe, j’ai nommé les californiens de Suicide Silence. Le troisième effort est un cap vraiment crucial dans la carrière d’un groupe populaire ; généralement, le groupe rehausse le niveau du premier album avec son second, et prend un virage musical lors du troisième.  No time to bleed avait en effet fait taire la réputation de groupe tatoos deathcore marketing. Voyons si le groupe a réussi à faire parler sa créativité brutale à un palier supérieur…

 

Je ne vais pas tourner autour du pot pendant d’interminables paragraphes, le groupe a généralement déçu, moi y compris. Ce qui plait généralement dans Suicide Silence, c’est le côté sans concession, la brutalité, le blast, le mosh lourd, lourd et lourd…Chose que le groupe a parfaitement maîtrisé dans son deuxième opus, et pas vraiment dans The Black Crown. Le single « You only live once » avait présagé une baisse du tempo et quelques passages plus ambiants, impression qui se confirmera sur tout l’album…

Que c’est lent et mou, ça manque cruellement de pêche! A chercher trop loin dans certains riffs, voire trop facile pour certaines parties, les gratteux en ont oublié la recette bougrement efficace du hit Suicide Silence (« No pity for a coward », « Wake up »…). Ces mid-tempos nous plongent dans une sorte d’ennui tout au long de l'album, même si on sent que le combo a voulu chercher plus loin dans la créativité…

Mitch a beau essayer de faire son travail correctement (et il le fait), les compositions n’en sont pas moins pauvres…

Quelques lueurs d’espoir (intro « Slaves to substance ») viennent réveiller nos tympans, mais la pauvreté (neo metal) d’autres passages vient tout gâcher. Des feats sympa essayent aussi d’aider cet album à enfin se lancer, mais non, la sauce ne prend définitivement pas.

 

Il est  triste de résumer cet album ainsi, mais il est ce qu’il est, une grosse déception, un manque d’efficacité, des ambiances ratées et quelques sauts d’humeur par ci par là (« Smashed » ou « Human Violence »). Les quelques survivants du bon deathcore (All shall perish en faisait partie) se vautrent chacun leur tour, triste tout ça…

photo de Kurton
le 15/09/2011

1 COMMENTAIRE

Domain-of-death

Domain-of-death le 15/09/2011 à 23:39:34

Mouais... Tous les avis se rejoignes ça donne pas trop envi de s'y intéresser ! Dommage je les aimaient bien

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements