Sworn Amongst - And So It Begins

Sworn Amongst - "And So It Begins"
chronique Sworn Amongst - And So It Begins

Petit flashback Thrash aujourd’hui, avec une bande de british qui continue, toujours aujourd’hui, à faire son petit bonhomme de chemin sans prétention, sur la scène européenne.

Sworn Amongst est le genre de groupe qui n’a jamais atteint de sommet en 10 ans, mais qui parvient à faire quelques apparitions par-ci, par-là dans la presse. And So It Begins n’est pas vraiment une révélation de ces 4 dernières années, c’est même plutôt un de ces albums auquel on prête une oreille furtive au moment de sa sortie, puis qui prend gentiment la poussière au milieu du range-CD.

 

Cet album n’avait d’ailleurs pas été franchement mal accueilli, mais on ne peut pas dire qu’avec le temps il ait pris du galon. Le groupe s’inscrit parfaitement dans une tradition Thrash metal british ; à l’époque on parlait, me semble-t-il, d’un ‘’revival Thrash’’… Terme un peu bizarre qui n’a eu de valeur que pour ceux qui ont cru que le Thrash était mort.

Le groupe nous offre donc un album assez sympa qui ne paye pas de mine, on surfe entre les riffs incisifs de Slayer, on pense parfois même au Arise de Sepultura lorsque le groupe essaye de se la jouer sauvageon ; et des moments plus ‘’frais’’ aux mélodies très britanniques assaisonnés de (très) courts soli de temps en temps.

Rien qui ne surprenne ou qui ne fasse vraiment relever la tête, à part le morceau "Herodotus" que j’ai trouvé un peu au-dessus du lot. On peut surtout remarquer que le groupe aime beaucoup user des chœurs en voix claire lors des refrains, ce qui amène les morceaux à beaucoup se ressembler…

 

Il n’y a pas de grosses maladresses dans cet opus, c’est juste qu’il n’a pas de réel intérêt. Et je ne pense pas que le recul y soit pour quelque chose. Des riffs un peu pêchus, quelques saccades qui envoient le bois de temps en temps, un peu de fraîcheur dans les mélodies et une empreinte Hardcore dans le jeu de gratte, ainsi que dans la voix du chanteur. Les idées sont là mais le résultat ne m’enthousiasme pas plus que ça, j’ai plus le sentiment d’un Thrash mollasson avec le cul entre deux chaises, qui ne parvient jamais à se hisser au-dessus de la masse.

photo de Domain-of-death
le 07/06/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019