The Senseless - The Floating World

The Senseless - "The Floating World"
chronique The Senseless - The Floating World

Sam Bean, leader de The Senseless, est un homme énervé, et désabusé. Et il y a de quoi. Avec In The Realm Of The Senseless, il avait sorti un très bon album de metal extrême noisy et hyper violent, un peu dans la lignée de ce que propose son ancien groupe, The Berzerker, mais en plus aéré, plus varié, et aussi plus « joyeux ». Et pourtant – confiture donnée aux cochons – son label de l’époque (Anticulture)  s’était occupé de son poulain avec la même considération que celle accordée par Louis XIV au sous-préposé au papier toilette dans les chiottes du Petit Trianon... Alors qu’il y aurait eu moyen de coller des ailes dans le dos de ce « projet » aussi original que brillant. Pour énerver notre homme un peu plus, imaginez qu’au moment de sortir son 2e opus, The Floating World – toujours à la pointe de l’extrême, mais plus ouvert encore –, Sam se retrouve avec encore moins d’opportunités de passer à l’échelon supérieur, aucun label n’ayant daigné répondre à ses requêtes. Tu le crois ça… Alors que – remarque superficielle, mais choc – l’opus a quand même été réalisé en compagnie de pointures comme Matt Wilcock (Akercocke), Ol Drake (Evile) et Leon Macey (Mithras)! Bref. Au final The Floating World sort en autoprod’, au format digital uniquement, et tant pis pour ceux qui passeront à côté...

 

Tant pis oui, snif même, car c’est pas tous les jours qu’un album nous propose 35 stimulantes minutes d'un mélange de thrash et de grind, de death et de blues, de punk et de musiques Townsendiennes, le tout empaqueté dans un emballage sonore fleurant bon l’hyper-saturation noisy. Vous dites? « Ça doit déchirer sa race »? C’est bien de ça dont il s’agit oui! Tiens, vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemblerait un morceau de SYL mêlé à la clameur d’un stade surchauffé? Alors écoutez « Caveat ». Et puis enchaînez-donc avec « In Our Hearts » qui propose un déferlement noise-mathcore furieux, sur lequel surfe un chant clair mais tendu, au coude-à-coude avec des growls plus classiques, le tout finissant dans la friture grasse d’un death groovy et menaçant.

 

Mais si l’heure est toujours à l’orgie de blast et aux excès servis dans un coulis sonore façon « essaim de cyber-bourdons », dorénavant, à intervalles réguliers, The Senseless se pare d’une cape sombre, naviguant entre blues grésillant et rock’n’melanc'roll. Si si, exemples à l’appui: sur « Amazing Pain », si le début du morceau sulfate en mode thrash/death survitaminé, dès le virage des 2:10, le ton se fait plus mélodique, l'allure plus mid tempo, la rythmique plus « clap your hands » et les solos plus rock… Pour finir, après une brusque décélération, sur un stoner blues gorgé de feeling mélancolique. Epiphénomène pensez-vous? Sauf que le death de « Magnificent » prend lui aussi de belles couleurs « ciel orageux ». Et que dire de ce doublé final, avec un « Let Me Sleep » entre spleen doomy et (superbe!) collier de perles tombées d’une gratte mêlant ses larmes à la pluie (à 2:36), et « The Floating World », qui enfonce le clou tout en réussissant à rester plus léger et plus rock?

 

Alors OK, la tonalité de The Floating World est un peu moins franchement « Bombe à neutrons & sex on da beach » que son prédécesseur, mais ‘faut pas déconner non plus: vous n’y trouverez pas la B.O. idéale pour accompagner la course de la lame de rasoir dans le mou de vos artères. A moins que vous ne comptiez utiliser ladite lame en pendentif, histoire d’être au diapason des sonotirés punk dispensées au sein de « Death To Metal » – qui brasse en outre des influences SYLiennes, death et Slayeriennes. Ou à moins que vous soyez du genre à déprimer en subissant l’assaut foudroyant d’un « A Good Old Fashioned Head Kicking » grind & punk. Ou que vous ayez été conditionné sous hypnose pour devenir maussade (rien à voir avec les renseignements israéliens) quand sont enchaînés une lead céleste Townsendienne, des bourrasques de death tumultueux, un sprint grind&crust d’enfer et un excellent solo thrash (cf. les 2 premières minutes de « Far From Over »)?

 

Bon, assez de dilution chroniquatoire: The Floating World est un excellent 2nd album dans lequel The Senseless a encore réussi à déverser un incroyable melting pot de l’extrême, aussi foisonnant que cohérent. Alors faites une bonne action envers vos oreilles ainsi qu’envers le metal underground de qualité: allez m’acheter ça ici (ou ailleurs).

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: vous aviez aimé In The Realm Of The Senseless? Venez remettre ça avec autant de bonheur! Vous ne connaissez pas leur premier opus? Venez goûter à un mélange inédit de death / thrash / punk / grind / blues à la textures noisy, au leads goûtues et à l’arrière goût SYLo-Townsendien.

photo de Cglaume
le 27/04/2012

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 13/05/2013 à 13:13:08

Au fait, j'oubliais de le signaler, mais l'album est enfin disponible en format physique depuis le site du groupe !

Sam Bean

Sam Bean le 25/05/2013 à 16:16:26

Merci beaucoup, dude! Le CD est en vente ici ----> http://thesenseless.com/buy.html

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019