S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives
Devin Townsend : chroniques, discographie, line-up, actus, etc.

Devin Townsend

Devin Townsend en bref

Accès direct

 

Infos générales

pays d'origine du groupe Devin Townsend : Canada Canada

Tags musicaux :

#this #world #metal #sieste #country #blues #atmospherique #space #opera #live #bordelique #yogi #soft

Line-up

# Devin Townsend – chant, guitare, ...
+ un millier d'invités et de musiciens de session

Discographie

  • ** Punky Brüster **
  • - "Cooked on Phonics" (1996)
  • ** Devin Townsend **
  • - "Ocean Machine: Biomech" (1997)
  • - "Infinity" (1998)
  • - "Physicist" (2000)
  • - "Terria" (2001)
  • - "Devlab" (2004)
  • - "The Hummer" (2006)
  • - "Ziltoid the Omniscient" (2007)
  • ** The Devin Townsend Band **
  • - "Accelerated Evolution" (2003)
  • - "Synchestra" (2006)
  • ** The Devin Townsend Project **
  • - "Ki" (2009)
  • - "Addicted" (2009)
  • - "European Tour - EP live" (2011)
  • - "Deconstruction" (2011)
  • - "Ghost" (2011)
  • - "Epicloud" (2012)
  • - "The Retinal Circus - live" (2013)
  • - "Ziltoid 2" (2014)
  • - "Transcendence" (2016)
  • ** Casualties of Cool **
  • - "Casualties of Cool" (2014)

Devin Townsend

Biographie

Devin Townsend est un groupe ou artiste canadien, qui a été chroniqué 10 fois sur le webzine.

Style musical pratiqué, en quelques mots : this, world, metal, sieste, country, blues, atmospherique, space, opera, live, bordelique, yogi, soft

Chroniques du groupe / artiste

Devin Townsend - Transcendence (2016)

Devin Townsend - Transcendence (2016)

Les années passent, et les albums de Devin Townsend continuent de tomber avec une régularité et une générosité qui frôlent la pathologie maniaco-altruiste. Après 2 doubles-albums (Z2 et Casualties of Cool , sortis l'un comme l'autre en 2014 ) blindés ras les gencives de matos [parfois] assez excellent – en tous cas toujours travaillé jusque dans les moindres détails –, il est assez hallucinant de voir déjà arriver Transcendence , 23e album studio (si l’on considère l'ensemble de l'œuvre, époque S. Vai exceptée ) d’une carrière aussi fractale que kaléidoscopique, riche en projets, tournées, hors sujets et autres apparitions en tant que guest de luxe.   « Ouais mais ton gugusse là – qui fut un temps, il est vrai, un véritable petit génie –, c’est plus vraiment ce que c’était! Et puis dis: il a dû salement tirer la langue pour le pondre le petit dernier, vu que sur 10 titres il a réussi à caser 2 reprises…  »   Certes. Mais c’est occulter le fait que 60 titres nouveaux ont été […]

> Lire la chronique

Devin Townsend - Casualties of Cool (2014)

Devin Townsend - Casualties of Cool (2014)

Il y a de ces soirs où vous êtes tellement cramés que, malgré la coulée de Ratatam-Meuuh que Cannibal Corpse vous déverse dans les feuilles, c'est plus fort que vous, vous sombrez inexorablement dans un sommeil profond. Il faut se rendre à l'évidence: l’agression sonore n’est pas l’arme ultime pour mettre Morphée KO quand ce dernier tient la forme. Par contre quand il s’agit de convoquer fissa un marchand de sable qui se fait attendre – la faute au cocktail Nespresso/Monster que vous vous êtes injecté sous les paupières –, il y a des albums redoutables qui transformeraient la moelle épinière du plus coriace des barbouzes en Vache Qui Rit fondue.   Casualties of Cool  est de ceux-là.   En même temps comment lutter durant 2h et quart de chloroforme musical, de country brumeuse, de blues minimaliste et de berceuses ambiantes? Je mets au défi quiconque de s’envoyer d’un trait ces 2 CDs (Comment? Vous vous contentez de la version mono-CD? ) confortablement installé […]

> Lire la chronique

Devin Townsend - Z² (2014)

Devin Townsend - (2014)

Cette fois-ci j'ai une excuse. C'est vrai: comment voulez-vous rester modéré et concis face à un (double-! )album de la trempe de Z2 ? 21 titres, 2 heures de musique réparties sur 2 CD – Dark Mattersla suite officielle des aventures de Ziltoïd,  et Sky Blue, la suite officieuse des aventures commencées sur Epicloud  –, une foultitude de détails, et surtout – SURTOUT! – un contenu archétypal de ce qui fait balancer l’auditeur entre exaltation et exaspération, et laisse le chroniqueur dans un état de cul-entre-2-chaisite aiguë, proche du Schizophrenistan.  Alors c’est sûr, ce n’est pas avec ce 17e album (sans compter SYL , les lives, et en m’étant sûrement planté aux entournures dans le comptage ) que je réussirais à torcher enfin une chronique en quelques lignes, histoire de ne pas perdre en route les peine-à-lire.   Mais démarrons sans plus tarder le gros du boulot. Et du coup, à sensations contradictoires, chronique en mode « Janus horribilis »:   Z2 , ou la déception […]

> Lire la chronique

Devin Townsend - The Retinal Circus (2013)

Devin Townsend - The Retinal Circus (2013)

C’est un fait qu’il serait vain de vouloir cacher: à chaque nouvelle sortie estampillée Devin Townsend , le chroniqueur qui vous cause actuellement dans le micro est aussi fébrile qu’un minot s'apprêtant à mater le dernier Pixar. OK, il arrive que la chose ne soit pas aussi fantastique que ce qui était attendu, mais à chaque fois que le contrat s’avère rempli, c’est le grand plongeon dans la béatitude la plus sucrée, c’est le gros shoot mystico-décibélique transcendant, c’est l’extase la plus grasse. En un mot: c’est Noël sur Main Street à Disneyland.   Pourquoi cette intro? Pour vous prévenir qu’avec The Retinal Circus , le grand Devin (loué soit son nom, ointe soit sa guitare par les onguents sacrés de l’Olympe ) a encore réussi à nous proposer un nouveau voyage orgasmique dans cet univers à part où folie, extravagance, naïveté et puissance cyclopéenne ne font qu’un. Foi de lapin. En même temps, c’est vrai: ce coup-ci c’était presque trop facile. Car ce double-album […]

> Lire la chronique

Devin Townsend - Epicloud (2012)

Devin Townsend - Epicloud (2012)

En de pareilles circonstances, Caliméro lancerait son célèbre: « C’est vraiment trop injuste!  ». Bah oui: là où les fans classiques acceptent sans broncher que leur groupe fétiche sorte de nouveaux albums décents tous juste agrémentés de 1 ou 2 morceaux au-dessus du lot, pour les groupies Townsendophiles, c’est un chef d’œuvre sinon rien. À entendre ces fines gueules, les opus post-Terria ne sont que de mignonnes offrandes manquant de l’inspiration des débuts. Physicist ? Pas assez focalisé, et trop proche de SYL . Accelerated Evolution ? Trop tiède. Synchestra ? Du sous-Terria . Ziltoïd ? Trop Grand-Guignolesque. Même chose pour la tétralogie démarrant avec Ki : c’est toujours trop ou pas assez. Que chacun de ces albums contienne de pleines poignées de tubes démentiels n’y change rien, car il y a toujours un "mais": tel titre est trop fade, tel autre rappelle un ancien morceau, et tel album se contente de dérouler la démarche artistique entreprise sur un précédent au lieu de poser […]

> Lire la chronique

Devin Townsend - Deconstruction (2011)

Devin Townsend - Deconstruction (2011)

On était prévenus. Et d'ailleurs on était prêts. Chauds-bouillants même. On allait enfin se reprendre LE fameux mur du son en pleine poire. Sur Deconstruction , c'était garanti: Devin déterrait la hache de guerre et remettait du SYL dans son moteur. Le pied sur l’accélérateur et le splif Physicist o-Ziltoïd ien au coin du bec, ouaip. Bref, ça allait être l’orgie les copains, d’autant qu’à la soirée bunga bunga étaient conviées de belles petites starlettes bien sexy, jugez plutôt: Mikael Opeth Åkerfeldt, Ihsahn , Joe Gojira Duplantier, Dirk Scarve / Soilwork / … Verbeuren, Greg Dillinger Puciato, Fredrik Meshuggah Thordendal, j’en passe et des mieux gaulées! *** bave, bave ***   On nous promettait une nuit avec Katsuni quoi… Et on se retrouve au pieu avec Christine Bravo!!! Allez, j’exagère: disons plutôt que c’est une Brigitte Lahaie vieillissante, non épilée et passablement déboussolée qu’on retrouve sur l’oreiller.   Maiiiiiiiiiiiiiiis euuuuuuuuuhhhh…!!?   […]

> Lire la chronique

Devin Townsend - European Tour (2011)

Devin Townsend - European Tour (2011)

Le metal halluciné et hallucinant de Devin Townsend , ça fait déjà une bonne dizaine d’albums studio qu’on s’en tartine les esgourdes avec une insatiable gourmandise. Et quand je parle seulement d’une dizaine, c’est bien sûr sans comptabiliser les Ass Sordid demos , Devlab et autres éclaboussures discographiques plus ou moins avouables, et en me concentrant uniquement sur son œuvre solo, hors Strapping Young Lad , Punky Brüster & co. Et malgré cet abondant déluge de décibels indoor, pas un poil de live officiel digne de ce nom! Tout juste un Official Bootleg vendu sous le manteau HevyDevy , et un No Sleep Till Bedtime purement SYL -ien. Sans doute notre canadien, en esthète maniaco-perfectionniste qu’il est, ne pouvait se satisfaire d’un son live forcément plein d’aspérités. Mais là, hop, voilà-t-y pas qu’en ce début 2011 nous tombe dessus European Tour . ** Ouais mais ce n’est qu’un EP … ** Certes, mais il est gracieusement offert! ** Peut-être, mais ce n’est dispo qu’au format MP3 … […]

> Lire la chronique

Devin Townsend - Ghost (2011)

Devin Townsend - Ghost (2011)

Bon, récapitulons: Ki , première émanation discographique du Devin Townsend Project , était une mise en bouche rafraîchissante – d’aucuns diront légère – et sympathique. La suite, autrement dit Addicted , plus orientée pop metal croustillante, avait renoué avec le niveau d’excellence dont le canadien chantant est coutumier. Les inconditionnels du coup de boule métallique attendaient néanmoins avec impatience Deconstruction , l’autoproclamé grand coup de pied dans les roustons censé prouver que Devin pouvait encore nous exploser les baffles sans pour cela avoir à s’enpoudrifier les naseaux ni à téter de la canette à même le goulot. Problème: MC Townsend a noyé ce supposé shot d’adrénaline discographique dans un gros gloubi-boulga créatif décousu aussi digeste qu’un space cake au platre. Snif. Dernier pilier de l’édifice quadricéphale bâti à l’occasion de ce projet, Ghost était annoncé comme la carte la plus calme du carré d’as.   Gné? Plus calme que Ki ? Mazette, ça va […]

> Lire la chronique

Devin Townsend - Addicted (2009)

Devin Townsend - Addicted (2009)

Seconde partie de la nouvelle quadrilogie de M. DevinTownsend sous le charmant patronyme The Devin Townsend Project (comme s’il y en avait eu qu’un…). Alors déjà, si l’on met de coté SYL , c’est le premier disque du monsieur que l’on chronique ici. C’est un peu la honte tant il y a de bonnes choses à dire sur certaines galettes. Mais une œuvre trop prolifique et trop inégale peut avoir raison du chroniqueur le plus émérite.   Alors, si je me décide aujourd’hui à parler de ce disque en particulier, si ce n’est qu’il est d’une actualité brûlante, c’est qu’il constitue pour moi à un petit retour en arrière super rafraîchissant. En effet, je compte parmi les fan du Monsieur mais aussi parmi ceux qui ont été rebuté par trop d’inégalité, trop de disques, trop de redites et peut être aussi trop d’errance de la part de notre schizo préféré ! En effet, passé Ocean Machine , Infinity et Physicist , je dois bien dire que les disques de Devin Townsend m’ont sérieusement ennuyés (et oui, […]

> Lire la chronique

Devin Townsend - Accelerated Evolution (2003)

Devin Townsend - Accelerated Evolution (2003)

Ne jamais bouder un album de Devin Townsend . Je vais graver ça au marqueur dans le marbre de ma porte de réfrigérateur. Parce que ça fait déjà 2 fois que je me fais avoir. La première fois lors de la sortie de Terria , que j’avais superbement ignoré du fait de chroniques vantant le calme, la sérénité, la puissance tranquille de l’objet. "Du scrabble metal? Non merci! " Tu parles… Découvert avec 7 ans de retard, cet album s’est révélé l’un des plus monumental de la discographie du canadien. Alors forcément, après coup, quand j’ai réalisé que j’avais également zappé Accelerated Evolution – à l’époque jugé comme une pièce moins forte, plus légère, plus pop – je me suis dit qu’il y avait sans doute une autre erreur à rattraper, d’autant que l’excellent Addicted a lui aussi été décrit par beaucoup comme « plus léger » et « plus pop ». Dont acte: achat, écoutes… Joie.   Bon, c’est vrai: le feu sacré brûle sans doute moins fort sur cet album que sur d’autres chapitres de la saga […]

> Lire la chronique

Articles du groupe / artiste

Aucun article sur ce groupe disponible actuellement.

Les 10 dernières News en relation avec Devin Townsend

Comeback Kid est de retour (10 juin 2017)

Le premier single du nouvel album de Comeback Kid , "Absolute" s'écoute ici . On y retrouve Devin […] (lire l'actualité)

Quelques infos sur le nouvel album de Devin Townsend (22 mars 2016)

Devin Townsend a mis sur Twitter des infos sur son prochain album. Il aura pour titre […] (lire l'actualité)

Le cinquième album de Intronaut sortira en novembre (23 août 2015)

Le nouvel album de Intronaut , The Direction of Last Things , mixé par Devin Townsend , verra le […] (lire l'actualité)

Devin Townsend s'enfermera après l'hiver (31 décembre 2013)

C'est au printemps prochain que Ziltoid the Omniscient , projet de Devin Townsend , entrera en […] (lire l'actualité)

Revolution Harmony balance son premier clip (19 juillet 2013)

Revolution Harmony vient de balance en ligne son premier clip , "We Are". Mais c'est quoi […] (lire l'actualité)

Devin Townsend se fait un kiffe (15 février 2013)

Devin Townsend se fait un kiffe et ça se regarde ici.

(lire l'actualité)

Gojira et Devin Townsend ensemble sur la route (22 octobre 2012)

Pendant un mois, entre le 14 janvier et le 16 février, Gojira et Devin Townsend seront […] (lire l'actualité)

Gojira en Australie et bien accompagné (07 mars 2012)

Gojira qui joue "Of Blood and Salt" en compagnie de Devin Townsend et Frederik Thordendal ( […] (lire l'actualité)

Des titres de Devin Townsend à télécharger gratuitement (18 juillet 2011)

Une compilation gratuite de 10 titres de Devin Townsend est disponible via le site […] (lire l'actualité)

Sinatra repris par Devin Townsend (04 mars 2011)

Devin Townsend qui reprend "New-York, New-York" de Sinatra , à écouter ici . […] (lire l'actualité)