The Washingtonians - Severed Heads

The Washingtonians - "Severed Heads"
The Washingtonians - Severed Heads (chronique)

Désolé Monsieur Gheea Music je ne suis pas aussi enthousiaste que toi sur ce disque.

 

Et encore avec moins avec le chanteur (tiens ça me fais penser que je suis un nazi orthodoxe haineux bref rien de bien nouveau, et j'espère que l'ensemble - The Washingtonians, Alexis et co prod - vont comprendre que c'est juste mon avis et qu'il n'y a vraiment rien de personnel contre eux) que je trouve ultra hyper inter super mega Hardcore tough guy 4 ever avec marcel des 90's. Et c'est pour moi (je le répète ce n'est que mon avis, je ne suis pas l'omniscient résumé en 7 mètres d'intestin) là que le bât blesse, alors qu'on a le droit à un batteur fast-core flashé à fond les ballons vers un petit côté plus grind à blasts sur quelques parties bien senties. Parties souvent bien mammouthesque, mais dans l'ensemble ça reste fast-core non débilisé et travaillé. En plus je la trouve drôlement exposé à nos oreilles mais j'y reviendrais dans un instant ; pour le moment je veux juste dire que la voix fait décalée dans bien des situations, à moins que ce ne soit la batterie mais je ne pense pas... On verra quand on y sera.

je disais donc la voix semble décalée même si elle ne manque pas de pêche, j'ai l'impression qu'à trop chanter avec son diaphragme et ses abdos (et qu'on ne vienne pas me dire que le mec est un mauvais chanteur de hardcore, sinon là y a bagarre) il en oublie de se lâcher complètement. Le chant est pour moi trop strict, pas assez fou-fou, trop fièrement ancré dans un chant hardcore.

Alors oui je suis dur mais l'irruption d'une paire de cordes vocales féminine sur "Dirty Old Road" ne fait que conforter mon avis (sachez aussi que j'adore quand une fille vient foutre son émotion, sa rage, ses cris, son côté ouais le micro est tenu par un sillon et je t'emmerde haut et fort ainsi que sa folie dans un groupe de crust, de grind, de fast-core ou de power violence ; que voulez-vous je trouve ça choupinou-choupinou). Si sur ce morceau le chanteur voulait aller un peu plus loin que sur la cinquième piste en terme de lâcher-prise hardcore pour s'abandonner un peu plus du côté fast-crust'n'roll j'aurais carrément apprécié ce disque (pour frimer j'ai le 129/150, version cd donc digipack même et classieux d'ailleurs)

 

Maintenant que mon avis sur le duo basse chant est connu, passons aux guitares qui manquent d'agressivité à mon goût (ou alors elles se font bouffer par le chant et la batterie), et qui ont aussi tendance à prêcher principalement pour le hardcore ; et comme je ne suis pas un fan de ce style comprenez mon embarras, et c'est dommage, car plus de folie punk rapide sans taper dans le grind mais en restant dans une inspiration street clou rouillé et squat je défendrais ce disque contre vents et marées.

 

Je pense surtout que le grand problème de ce disque vient d'un mec qui s'attendait à écouter un disque de fastcore. Moralité faut jamais croire les markéteux qui reprennent les chroniqueurs : "Le rock'n'roll propulsé à la vitesse de la mort par napalm"... Et au final je me retrouve avec un disque de hardcore rapide, direct, sans chichis, à l'instinct, le genre de disque dont tu te dis "ah tiens des groupes qui suent ça existent encore ?" Des mecs qui te balancent la purée pour se faire plaisir sans se prendre le chou, sans tromper quoique ce soit, les passages rapides ne sont pas là pour faire style et quand les mecs ont envie de faire leur gansta hardcore Biohazard croisé Body Count c'est pareil, ça te plaît tant mieux ça te plaît plat alors attrape le mosh suivant et vient faire la fête avec nous dans le pit. L'ambiance est bonne et ça pue l'énergie non falsifiée, t'auras sans doute le droit à des courbatures, tu croiseras sûrement un Chuck Norris du violent dancing club du vieux coreux à stihl et chemise à carreaux la bave aux lèvres et les oreilles jointes par un sourire pas affiché depuis une plombe. Et si tu me croises dis toi bien que même les cons ont le droit de changer d'avis.

 

P.S. par contre je ne pardonne pas le morceau Pieces From John Milton's paradise Lost ! Paradise Lost n'est pas une excuse à ralentir la cadence, je trouve ce morceau mais alors d'un chiantisme extrême dans ce contexte. En hidden track oui, en dernier morceau pour se noyer dans notre sueur oui, mais pas en avant dernier.

photo de Sepulturastaman
le 19/10/2012

2 COMMENTAIRES

slipman

slipman le 19/10/2012 à 09:29:15

perso , il tourne chez moi en ce moment et j'aime beaucoup ( mon pote l'a acheté à leur concert à loche en grind )
du bon crust / grindcore sans chichis, oui avec des passages hardcore mais la voix ne me dérange pas du tout, bien écorchée
digi en papier recyclé et petit papier photocopié en guise de livret , DIY !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 21/10/2012 à 12:03:18

Bon c'est du HxC, du Grind ou du crust ?
Parce que faut pas mélangez le bandana avec le blouson à clous, ça fait mauvais genre !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme

CD album CD album

Acheter The Washingtonians Severed Heads sur Amazon

Tracklist

1. Solitude in Democracy (01:06)
2. I Can't fix it... (03:03)
3. HC.Rushmore (01:04)
4. Todespfleger (00:54)
5. The Deadly Companion (01:12)
6. Washingtonians Warfare (02:08)
7. Dirty Old Road (01:33)
8. Wake Up the Living (01:17)
9. Hardboiled (01:21)
10. Black Sheep (01:12)
11. Have Sword-Will Travel (01:12)
12. Moving target (01:26)
13. 03081003 Bl.OCT (01:17)
14. Los Ojos Reventados (02:28)
15. Hope We get Your Voice (00:46)
16. The Deadly Companion Part II (01:00)

DANS LA VEINE

Split The Atom - EPSplit The Atom - EP

évènements

  • Tournée française SEEDS OF MARY du 15 septembre au 8 décembre 2018
  • Birds in row + Coilguns + KEN mode au Petit Bain à Paris le 29 novembre 2018
  • NOTHING au Gibus à Paris le 30 novembre 2018
  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019
  • Loth x Acedia Mundi x Finis Omnium @ Le Cirque Electrique / Paris le 24 novembre 2018