Thursday - Full collapse

Thursday - "Full collapse"
chronique Thursday - Full collapse
Il est dur de trouver une explication plausible à ce phénomène, mais bon nombre de groupes étiquetés « émo-core / screamo » optent pour le nom d’un jour, mois ou saison en tant que patronyme. Peut être le jour ou le chanteur s’est fait largué par sa dernière petite copine, enfin bref. Tout ça pour introduire les américains de Thursday d’une manière plus ou moins habile, sur qui nous allons nous attarder et plus particulièrement leur album Full Collapse qui fut pour bon nombre une citerne de titres démentiels, et une fontaine d’émotions pour d’autres.

Vrai que ce deuxième album est surement l’un des plus marquants de la biographie de Thursday, en tant que groupe émo rock incontournable de la mouvance 2000’s qui à toujours vaciller entre l’underground et le Mainstream : Il plait au public « Underground » parce que le son de Thursday est abouti, et que ce n’est pas qu’une vaste plaisanterie de plus de la part d’une maison de disque. Les protagonistes au nombre de 4 remplissent chacun leur mission de manière édifiante : La basse représente pour moi l’instrument le plus mis en avant dans leur musique, avec une vrai personnalité et une complémentarité prodigieuse avec une guitare qui se fait tantôt volatile et liquide, tantôt condensée et incisive.

C’est pour moi le principal ravissement quand j’écoute ce disque : ce jeu de rôle entre ces deux instruments à cordes aux fonctions bien différentes. Ecoutez notamment « Autobiography Of A Nation » et tentez de m’affirmer le contraire, si vous ne succombez pas à cette introduction frissonnante vous n’êtes vraiment pas fait pour cette musique… et d’autant plus si vous ne ressentez rien après ce break des plus intenses ou la voix de Geoff Rickly entrecoupés de cris du guitariste rejoignent le tout. Et des titres de cette qualité, cet album en est bondé, pas la peine de les citer puisqu’ils se suivent presque tous les uns les autres. Avec un son clair, profond et proéminent qui ne fait que mettre en évidence leur habileté à transmettre des émotions si différentes soit-elles : chaleureuse et paisible ou cru et froide.

S’il devrait il y avoir un mais, celui-ci se situerait sur le timbre de voix du chanteur qui, à la première écoute n’est pas forcément très digeste, et je crois que c’est aussi cela qui fait que Thursday n’apparait pas comme un énième groupe de screamo sans contenance. Car si s’eût été le cas on nous aurait surement servi une de ces voix mielleuse et pleurnicharde comme on a tant l’habitude d’en entendre parmi tous ces groupes aux noms de jours ou de mois. Mais non, Thursday s’exprime avec un timbre de voix rauque et chaud, très accueillant et qui, après plusieurs écoutes, se marie très bien avec cette ambiance pas forcément très gaie au demeurant.

Voilà faut-il en dire plus ? Pas vraiment je crois, cet album est simplement un incontournable dans toute discographie d’amateur du genre qui se respecte.
photo de Biflam
le 22/01/2008

2 COMMENTAIRES

Pidji

Pidji le 22/01/2008 à 12:13:00

Efectivement, un album culte, avec un titre culte : "autobiography of a nation"

cleucleu

cleucleu le 22/01/2008 à 16:07:37

de voir la chronique de cet album me donne envie de réécouter cet excellent cd. C'est sans conteste un des meilleurs albums du genre qui a ouvert les portes a une multitude de groupes.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019