Valve - Apnée

Valve - "Apnée"
chronique Valve - Apnée

Après leur EP sorti en 2011, Valve s'est enfin décidé l'an dernier à sortir son premier LP. 

Et d'ailleurs, depuis le temps, leur recette n'a pas vraiment changée. On parlera donc ici de sludge au sens large, lorgnant parfois vers le doom, et parfois vers le hardcore.

Pas de gros changement musical donc, mais par contre, le travail sur les compositions est nettement plus minutieux, et le son made by Sylvain Biguet est un plus indéniable : on ressent encore davantage cette sensation de lourdeur, d'oppression, notamment sur le premier titre "Lapsit Ex Illis".

 

Dès "Apnée", les influences hardcore font surface avec des accélérations bienvenues, et également inattendues ; en effet, le démarrage laisse penser à une suite logique du morceau précédent, mais non ; au bout de 3 mn, c'est une explosion hardcore qui nous explose les oreilles, et d'ailleurs, ce moment n'est pas sans me faire penser aux géniaux Comity (et leur cultissime ...as everything is a tragedy).

 

Je ne suis pas adepte du track par track, mais il faut avouer que "Odds", même s'il apporte un calme bienvenu avec ses effets et sa gratte acoustique, ne m'intéresse guère. Encore plus lorsque je m'écoute le vinyle, vu qu'il clôt la face A et qu'on aimerait que ça enchaine immédiatement.

 

Passons donc à la face B, avec le plus gros morceau du LP : "Une Carcasse Vide de Vie et de Sens" et ses 13 minutes. Alors si vous n'arrivez pas à penser à Neurosis en démarrant l'écoute, vous êtes fortiches ! Les voix hurlées bien grâve sont terribles, et je parlais d'oppression tout à l'heure, mais on peut également ajouter "dépression" : l'atmosphère dégagée par ce titre apocalyptique est monstrueuse, on en prends plein les esgourdes et ce n'est qu'au bout de 9 mn que l'on a un peu de répit, une grosse minute bienvenue avant le final destructeur.

Ce titre aurait servi de final pour bon nombre de disques, mais Valve a décidément décidé de nous détruire notre canal auditif, puisque "777" est loin d'être un faire-valoir : on repart dans un titre plus sludge/hardcore, en gardant toujours quelques petits passages "mélodiques" (notez bien les guillemets) nous empêchant de sombrer totalement dans un état second.

 

Vous connaissiez déjà le EP de Valve ? Vous ne serez pas dépaysés par ce LP ! Le groupe a sû peaufiner durant 4 années leur sludge / doom / hardcore : certains défauts ont été corrigés et le son, bien lourd comme il faut, ne fait qu'accentuer des titres déjà bien oppressants. Cool.

photo de Pidji
le 15/03/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019