Wreathe - The Land Is Not An Idle God

Chronique CD album (23:11)

chronique Wreathe - The Land Is Not An Idle God

YAAAAAAAAAAARGH !

MOUUUUUUUUUUUUUNYYYYYYY GEUuuH !!

 

Oui je m’énerve.

 

Car les étiquettes sur les fringues, ça gratte.

Alors la tentation est grande de prendre les ciseaux et de toutes les couper. Bon, mais une fois dans la machine, ça risque d’être un sacré bordel. A moins de ne porter que du noir comme moi.

 

Il en va des frusques comme de la musique.

 

Oui perso, je mets des étiquettes sur mon monde extérieur pour l’appréhender. Les gens se partagent donc entre les cons, les débiles et les supportables. Les animaux entre les Je les mange ou les Ils me mangent.

Imparable et simpliste car ma vision du monde ne rend pas compte de toute sa richesse.

Balek.

Je me bas tous les jours contre la vision du monde totalement vomitive que vous imposez à vos mômes de plus en plus débiles.

Donc, ne venez pas me faire la morale.

 

Hors donc les Rosbifs de Wreathe font du Neocrust : du pur, du dur.

Avec des membres de Fall Of Efrafa, Morrow et Arboricidio (bon eux, chais pas qui c’est).

Ok, les mecs ont bouffé la disco de Tragedy à l’endroit et à l’envers mais là n’est pas l’important vu le pedigree.

Et le côté influencé, ça va de soit en 2024.

 

Le principal est que les gars envoient une purée viscérale qui colle à leur son. On a donc envie de s’arracher la gorge en braillant comme ce frontman qui sait se faire, à la fois, d’un sauvagerie totale et aussi pétri d’une émotion viscérale. Les Anglais se montre donc d’une intensité bluffante pour cracher leur seum car maintenant, c’est comme ça qu’on dit, non ? Avant on disait déprime.

Un gros cafard nourri à la rage d’un Punk HxC majoritairement conduit en mid tempo et traversé de fulgurance forcément D-Beat. Wreathe nous embarque rapidos dans sa disto et dans sa basse grondante, sismiquement rythmée d’une batterie imparable. "Green Messiah" se montera alors d’une puissance sidérante dans le genre.

En guise de gros morcif méchant, "The King Is Risen" vous fera aussi une «Brother Burdette» (Todd et Paul) direct dans les oreilles.

La férocité sera donc la reine à partir de 2:43. Car le tempo ne ralentit jamais trop longtemps.

 

Là, en gros, j'ai expliqué la forme.

 

Et sur le fond ?

Le bouzin est basé sur le Livre de Vedym écrit et illustré par Alex, le chanteur.

Le Livre de Venym est un grimoire entièrement illustré, détaillant la philosophie et l'invocation d'un panthéon de divinités de la nature païennes, connues sous le nom d'Incroissant, qui ont guidé la vie, sous toutes ses formes depuis son apparition sur terre. Ils sont les gardiens de la compassion et de l’amour, trahis par l’humanité avec l’émergence d’une religion organisée.

Ce livre envisage leur convocation, non seulement pour défendre le monde naturel de nos penchants destructeurs, mais aussi de notre haine et de notre violence les uns envers les autres.

Il est écrit du point de vue d’un auteur anonyme, confortablement installé dans son bureau des années 1800, dont les visions prophétiques prévoyaient leur retour.

Il s'agit en partie d'un appel aux armes antifa, en partie d'une horreur lovecraftienne, en partie d'un texte occulte et aussi un bestiaire de créatures effrayantes dont chacune représente les exclus et les innocents.

Le livre de Venym est un cri de rage dirigé contre l’intérêt personnel et l’intolérance. Et si vous tapez le lien que j’ai mis en bas de la chro vous découvrirez tout le talent d’illustrateur de Alex CF.

 

Wreathe est donc un projet complet et super chiadé.

 

Alors oui, je colle des étiquettes sur les trucs : ça m’évite de les mélanger.

Et surtout de confondre votre monde sans éthique, ni humanité avec le mien qui se plaît encore à rêver de lendemain qui chante, comme dans un livre.

 

Artwork — The illustrations and books of Alex CF (artofalexcf.com)

photo de Crom-Cruach
le 25/03/2024

5 COMMENTAIRES

Thedukilla

Thedukilla le 25/03/2024 à 18:43:56

2300eme projet d’Alex CF, et toujours zéro chiure de parcours. Et droit dans ses bottes. Ça s’appelle forcer le respect.

Arboricidio c’est ‘achement bien. Pas de nouvelles depuis l’EP « What we leave behind » (j’ai peut être raté un wagon), mais à l’époque le titre « Blood of a fascist » me servait à pas m’immoler dans ma caisse sur le parking du taf. Salutaire le truc.

Pingouins

Pingouins le 25/03/2024 à 19:02:38

Très cool Arboricidio en effet, et à ma connaissance y'a rien eu depuis What We Leave Behind en effet (que j'ai par ailleurs dans ma liste des trucs à chroniquer, mais elle est biennnnn trop longue).
Quant à ce Wreathe, chouette chronique ! J'ai beaucoup attendu sa sortie, et du coup je pense que trop d'attentes ont un peu atténué mon plaisir au moment de la sortie. Par contre ça reste clairement de la bonne came, avec beaucoup moins de digressions 'post' que dans les autres projets genre Morrow ou le late FoE. Une sorte de retour aux sources chouettos :)
Même si en le réécoutant encore aujourd'hui (grâce à ta chronique), il me manque toujours un petit truc sur lequel je n'arrive pas à mettre le doigt.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 25/03/2024 à 20:11:39

Le Néo ne proposant rien d'intéressant depuis des lustres, j'ai aimé la forme Tragedienne et le fond. 
Donc j'ai été généreux.
Après écoute d'Arboricidio : typiquement le truc qui m'emmerde tellement c'est galvaudé. T'as envie de taper les deux guitaristes et le producteur malgré la pêche de la chanteuse.

Thedukilla

Thedukilla le 26/03/2024 à 06:24:42

Au moins t’as envie de taper, c’est toujours ça de gagné ^^

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 26/03/2024 à 09:40:25

Ce type de riffing m'insupporte très rapidement dorénavant. 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Boris - Pink
Chronique

Boris - Pink

Le 31/08/2006

Skarhead - Drugs, Music and Sex