Ze Gran Zeft - CrunKed ViZion

Chronique Maxi-cd / EP (15:57)

chronique Ze Gran Zeft - CrunKed ViZion

« Soit la fonction y=niveauDeKiff(groupe x, année t).

Considérons la projection de celle-ci dans un espace à 2 dimensions en fixant la variable groupe à la valeur x=Ze Gran Zeft.

Sachant que la valeur niveauDeKiff(Ze Gran Zeft, 2011)=8.7/10 (cf. Get Fat),

Sachant que la valeur niveauDeKiff(Ze Gran Zeft, 2013)=9.5/10 (cf. Watch The Crown),

Sachant que la valeur niveauDeKiff(Ze Gran Zeft, 2019)= 9.5/10 (cf. Gorilla Death Club),

Sachant que la projection considérée donne à la fonction niveauDeKiff une nature plus linéaire ascendante que sinusoïdale,

Déterminez la probabilité que le lapin jaune ait craqué son slip sur CrunKed ViZion, sorti également en 2013? »

 

 

 

La réponse est triviale, même sans avoir fait Math Musicales Spé. D’autant que si CrunKed ViZion et Watch The Crown partagent la même année de sortie, c’est qu’ils sont issus d’une même séance d’enregistrement dans le studio américain de Charles "Kallaghan" Massabo.

 

Alors oui, l’écoute de ces 5 morceaux de Ze Gran Zeft est à nouveau un gros kiff. Car CrunKed ViZion propose lui aussi une Fusion Electro Rap Metal particulièrement explosive. Cet EP se distingue néanmoins de son homologue couronné par un accent mis encore plus fortement sur les beats Electro grassement grésillants, limite baveux. N’y connaissant rien dans les multiples sous-genres de la musique électronique, je ne m’aventurerais pas à lâcher un Dubstep-ceci ou un Techno-cela pour qualifier les rouleaux compresseurs synthétiques qui sont lancés à l’assaut de nos oreilles. Toujours utile qu’ainsi armés, les morceaux du trio toulonnais sont plus massifs et plus in-your-face que jamais. Avec parfois ce petit arrière-goût qui colorait (ça colore un goût?) le « Deeper Underground » de Jamiroquai, mais tartiné par des enceintes de la taille de l’Arc de Triomphe, et piqueté d’exhortations Hip-Hop agressives qui claquent comme le fouet d’Indiana Jones sur un fessier tout de latex noir vêtu.

 

« Zumbagawa (NANANANA) » ouvre les hostilités en dégainant des infrabasses ultra-maousses en support de flows entremêlés et remontés à bloc (à noter une belle échappée sprintée un peu avant la barre des 2 minutes). Premier parpaing. Puis les gros beats se mettent à tousser comme un moteur de panzer rechignant à démarrer pour permettre à un couple imaginaire Eminem / Shabba Ranks de faire à la fois du gras et du violent – un putain de refrain catchy mettant un peu d’huile mélodique dans ce déchainement de hargne. Moins définitif, « Chega ! » fait lui aussi dans les beats qui tachent façon slime, mais de manière un peu moins marquante, malgré des poussées plus Disco, à la marge. Ce qui explique sans doute qu’il n’ait pas atterri sur la compil’ Watch The Crunked Crown Vizion – qui rassemble 80% des titres des 2 EP jumeaux. N’empêche, allez résister aux « Sayin Oh… CHEGA! Sayin Oh… CHEGA! » du refrain vous! Un peu moins volumineux, mais tout aussi axé sur des rythmiques Electro, « If I Were » offre un nouveau refrain complètement imparable qui tire à lui tout seul le morceau vers les sommets. L’EP finit  sur « D.I.E.T (Do I Eat This ?) », dont les boucles sont moins ancrées dans les graves, plus légères, plus mélodiques, plus typées "rétro" aussi. Ce qui contraste avec les « Smash hard pon' da silly fitty booty, booty, booty BLEUARH! » vomis à la fin du refrain. Et le groupe de profiter de la 2e moitié du morceau pour amorcer une transition vers Gorilla Death Club (je sais: je fais un raccourci de 6 petites années, mais bon) en finissant en mode Bad-Boys-la-main-sur-le-cœur, façon « Behind Blue Eyes » de Limp Bizkit (je force le trait).

 

Bilan de l'écoute: des bleus, des fourmis dans les jambes, et le sourire du Chat de Cheshire en travers de la trombine. Et une volonté plus que jamais renforcée d’explorer toute la discographie des loustics. Prochaine étape: The Debra Experience.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: du Rap Metal aussi agressif qu’accrocheur baignant dans une sauce Electro ultra grasse. C’est la formule de CrunKed ViZion, très proche de l’EP jumeau Watch The Crown, mais poussant encore un poil plus loin la Fusion des genres du côté des musiques électroniques. Ainsi que le niveau d'agression... Et une bombe de plus, une!

photo de Cglaume
le 23/01/2020

3 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 23/01/2020 à 12:48:29

« Behind Blue Eyes » est une reprise ;-)

el gep

el gep le 23/01/2020 à 12:56:02

Ils le sortent pas en vinyle?
La pochette doit bien rendre en 33T, éhéh!
(Pervers PèreGep).

cglaume

cglaume le 23/01/2020 à 17:06:51

Je voulais dire "Behind Blue Eyes" par Limp B. ;)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements