Hellfest 2009 - Report samedi 20 juin

Hellfest 2009 Report samedi 20 juin (dossier)
 

 

Légende :

 
Mat(taw)
 
Pidji
 
(((Viking jazz)))
 
Swarm

TREPALIUM (11h00)

Un groupe dont on a déjà pas mal parlé dans nos lignes, dommage qu'ils jouaient aussi tôt : pas trop réveillé, je ne profite pas pleinement du concert, malgré tout bien sympathique. La bonne ambiance est de mise, et le son aussi.

La bombarde comme d’habitude, set efficace, avec le sourire et une bonne pêche (merci les nouveaux morceaux du dernier album XIII) un groupe qui déçoit rarement sur scène et des crèmes de gentillesse dans la vraie vie. Que demande le peuple ? Ah oui.. « Sick boogie murder » héhé

 

PROVIDENCE (11h35)

Levé au chant du coq (ouais celui du camping c'est un branleur de lève-tard) pour assister à quelques concerts de hardcore des familles. Bon j'y vais juste pour l'ambiance je dois avouer, parce qu'en général ça m'en tape une sans toucher l'autre mais bon c'est l'occasion... Festival de mosh parts, des dédicaces, du mouvement sur scène, pas de surprise mais bon ça fait son petit effet. On sent le public proche du groupe et nous on bouge un peu la tête.

Paris Hardcore yo ma gueule… mouai pas si bon que j’attendais, un peu trop grande gueule a mon gout pour finalement une efficacité pas a la hauteur.

 

OUTLAW ORDER (12h10)

Je savais que c'était un autre groupe de la troupe NOLA par contre je ne savais pas que c'était a 90% le line-up d'EYEHATEGOD. Du coup je reste. Et ça sonne bien, ça sonne bien lourd aussi et ça renifle le bayou à plein nez, c'est même musicalement très très proche d'EHG mais le set est vraiment bon (le chanteur est visiblement encore super bourré, enfin il a pas dessoulé en fait). J'en verrai environ la moitié et j'en sortirai convaincu (il faut dire que le bon son de la mainstage n'y est pas pour rien non plus, forcément ça passe beaucoup mieux quand c'est fidèle au son de base du groupe).

Encore les gaillards d’Eyehategod pour un set un peu plus punk que celui de la veille, toujours aussi sale et malsain sans oublier l’œil vitreux… Bonne surprise cela dit.

 

GRAND MAGUS (12h10)

Après le vieux doom de St Vitus, place au vieux heavy de Grand Magus. Même si le groupe n’est pas si vieux que ça (à peine 10 piges), c’est quand même des futurs papys qui investissent la rock hard tent. Une fois de plus, j’y connais rien si ce n’est deux trois écoutes rapide de leur disques sur Rise Above, mais putain ça sonne et ça joue ! Je ne resterai pas longtemps pour cause d’extrême flemme et de non appartenance radicale à cette scène musicale, mais encore une fois, très bonne surprise ! Mention spéciale au morceau "Wolve’s Return", excellent !

 

VADER (13h40)

Vieux fan du groupe (en gros du début jusqu’à Litany), je n’avais jamais eu la chance de voir les polonais sur scène… Merci donc au Hellfest de me permettre de corriger cette erreur… Euh… En fait non, pas de remerciements finalement. Le son était épouvantable, une guitare était quasi absente du mix, l’autre était criblée de problèmes techniques (du genre le son qui saute, pfff), le chant poussif et le trig grosse caisse bien trop en avant. Je me suis barré après sothis (excellent morceau et… 3ème de la setlist) tellement c’était nul. Je referais un petit détour par la tente à la fin du set pour entendre une version de Wings tout aussi calamiteuse. Dommage.

 

ALL SHALL PERISH (14h25)

Passé un petit quart d'heure histoire de voir ce que ça donne. Trop de clichés, trop de mosh parts, bref très bien fait mais décidément pas mon truc. C'est le moment de retourner faire un long break au camping....

Salle bondée a chier, groupe bien en place, efficace cela va sans dire, mais le dernier album est trop metalcore a mon goût (c’est peut être ce qui a ramener autant de public me direz vous) satisfaisant mais un peu longuet parfois, y compris dans le pit.

 

PAIN (15h10)

Pas mon truc ça, mais alors pas du tout. Mais quand il faut faire plaisir à un copain, on accepte de rester une petite heure au soleil pour voir Pain avec lui. Résultat : et bien c’est pas si mal même si j’aurais préféré voir Hypocrisy (autre groupe de Peter Tätgreen). Peter assure comme une bête au chant comme à la guitare, le son est très correct et même si musicalement, ça se rapproche trop de trucs à la In Flames ou One Way Miror à mon goût, force est de reconnaître que ça le fait. A noter le tube shut your mouth en final, très bon ! Rien à rajouter, je ne réécouterai jamais ça sur disque.

 

SKINLESS (15h10)

Son inaudible, une quasi perte de temps, même de l’extérieur on ne comprenait quasiment rien. Encore une déception, merci la Rock Hard Tent… Bon esprit cela dit en faisant monter le public sur scène pour le dernier morceau assez bordelique. Anecdotique.

 

DEVILDRIVER (15h55)

J'avoue, je voulais voir Dez FAFARA, en souvenir des défunts COAL CHAMBER. Une fois la chose faite, j'avoue avoir été déçu : la musique passe par l'oreille gauche pour ressortir aussitôt par la droite. Mouais. Devildriver n'a pas inventé la poudre.

La recette de l’efficacité absolue en 3 leçons… Du fond sans la forme. Aussitôt écouté, aussitôt oublié.

 

TERROR (15h55)

Grosse claque que la puissance et la générosité des Coreux de L.A. Un super set (court cependant) in your face avec une super ambiance HxC a l’ancienne comme on aime, bonne humeur communicative et l’Esprit hardcore avec un grand E.

 

HEAVEN SHALL BURN (16h40)

Mention spéciale pour les jolies chemises rouges. Le reste était mauvais, le son pas terrible, la musique vraiment datée. Mort au metalcore !

 

THE BUSINESS (17h25)

Le groupe de punk briton, pas né de la dernière pluie, nous a balancé un set plaisant et bien old school ! Malgré leurs 30 ans de carrière derrière eux, ils sont toujours en forme et leur Oï ravira les gens n'ayant pas voulu assister aux débilités de Dani Filth. Rafraichissant.

 

CRADLE OF FILTH (17h25)

Vu juste la fin, pour rigoler. Et bien je n’ai pas tant ri que ça ! Entre Cruelty and the Beast, Her ghost in the fog ou encore Dusk and her embrace, j’ai été surpris par la fin de ce set et par la qualité du son et de la prestation, sans trop de fioritures visiblement. Ça joue, ça sonne et c’est pas si mal pour un groupe qui nous a habitué à tellement pire ! par contre, une très mauvais point pour Dani qui n’est tout simplement plus capable d’avoir une voix aigue correcte (déjà pas top à la base), une honte messieurs les maquillés !

 

CLUTCH (18h15)

De toute ma bande de potes j'étais un des rares à connaître ce groupe qui pourtant traîne ses guêtres sur les scènes du monde depuis un bon moment maintenant. Et bien ce set sera tout bonnement un des meilleurs concerts du samedi (voire LE meilleur). Du rock bluesy qui sent bon le road trip dans le désert avec un coude dehors, la bière à la main et les cheveux dans le vent, un gros sourire au visage. Ca joue bien, ça groove super dur (ce batteur et son jeu fluide me fileront un bon vieux smile durant le set) et une bonne partie du public est conquis (j'suis fier d'avoir converti du monde à ce groupe d'ailleurs). N'ayant que "From Beale Street to Oblivion" et "Robot Hive Exodus" je ne reconnaitrai que des morceaux issus de ces deux albums mais c'est avec grand plaisir que je découvre les autres et mêmes les nouveaux. Ok, ça révolutionne pas son set d'un morceau à l'autre mais ça sonne juste à chaque fois... Du rock, du blues; le bonheur en mode désertique.

Ce n’est pas moi qui en parlerai le mieux sachant que je connais très mal les prods du groupe, mais pourtant, je peux dire sans risquer de me planter que Clutch a très certainement fourni la plus belle prestation du samedi, et la plus couillue aussi ! Du pur stoner rock des familles bien dansant et surtout brillament exécuté, groovy, jazzy, sexy, vintage à mort… De la balle quoi. Et moi qui voulait voir KMFDM, je ne regrette rien ! Sur scène, ça bouge et ça prend son pied comme il faut et c’est un réel bonheur de voir le quartet transformer le hellfest en dancefloor ! On oublie le pit et on bouge son poptin s’il vous plait, merci.

LE concert de la journée clairement. Son pas mal, un poil faiblard sur la guitare mais une super ambiance avec ce chanteur ultra charismatique et d’une justesse affolante. Pas mal de morceaux des différents albums (dont le dernier tout neuf) Avec un guest de taille, Wino de St Vitus en personne pour le dernier morceau. Grande classe.

 

IMMOLATION (20h00)

Engrainé par un ami poulpesque, on prend le chemin de la rock hard tent pour assister à du bon death à l'ancienne. Bon, assez réticent au début je me laisse convaincre par une prestation qui me montre un bon côté crade que les groupes de death d'aujourd'hui ont malheureusement perdu. Du coup je reste pour 3/4 de set et j'avoue que ça fait bien plaisir même si je ne connais strictement aucun morceau ça fait du bien par où ça passe (non pas par là non). Ce que le death new school (enfin je l'appelle comme ça mais je suis pas un specialiste) a enterré c'est ce que des groupes comme Immolation avaient à leur avantage, cet aspect bien sombre et crasseux qui est désormais étouffé par des riffs et un son plus propres... C'est dommage.

Malgré un son un peu crade, c’est toujours un plaisir de retrouver les plus méchants des death metalleux au Hellfest. Au programme, un gros set bien dense qui fait la part belle aux deux derniers albums (Harnessing Ruin Raaah !). Des riffs dissonants, une grosse voix de porc et l’impression que les ricains jouent à la maison. Rien à rajouter.

Inutile de préciser que comme tous les concerts de death sur cette scène le son fut un grand massacre. Surtout que Immolation ne pardonne pas un mauvais son, pour l’ambiance et les subtilités guitaristiques on repassera donc par la case album car ce fût véritablement décevant de ne rien comprendre aux morceaux pourtant si riches du combo ricain.

 

GOJIRA (20h50)

Wow, quelle foule ! Incroyable comment GOJIRA arrive à ramener toujours autant de monde à ses concerts, et pourtant, ils ont déjà écumé la France plusieurs fois. Mais leur professionnalisme et leur qualité scénique assure un show de grande qualité, comme d'habitude. Leur stature désormais internationale est flagrante, de part la quantité de personnes affalées devant la main Stage.

 

De loin… Je l’ai déjà vu une bonne demi douzaine de fois entre 2000 et maintenant, ça ira. A priori comme d’hab : gros son, grosse présence et tout le toutim. Visiblement nos compatriotes ont vraiment raflé la mise en aspirant tout le fest devant la mainstage 01, tant mieux pour eux, cocorico, etc.

 

KICKBACK (20h50)

Impossible de louper le retour de Kickback au Hellfest après leur coup d'éclat d'il y a 2 ans, tout le monde les attendait au tournant et Kickback a bien fait du Kickback mais.. C'est tout. "y a 2 ans on a fait les chauds alors on a dit kickback ils vont faire ci, ça. Tu t'es bien branlé devant tes forums?? On est la pour jouer, on est pas ton clown." Voila c'est dit. Alors Kickback a juste joué en balançant 2/3 provos pour la forme mais rien de scandaleux, juste du hardcore bourrin, haineux...Les quelques nouvelles compos du dernier "No Surrender" laissent présager du bon, ça s'éloigne du H*C basique des débuts avec des riffs bien foutus et sur scène ça envoie quand même putain de bien. Juste le chant reste super dur à supporter durant un set entier, c'est vraiment LE point noir pour moi. Autant sur CD j'y arrive autant là, trop mis en avant, c'est pas possible quoi... Mais bon, bon set quand même, faut le reconnaître.

« Salut, c’est KickBack, on va encore vous baiser ! » Curiosité : les gars de Kickback sont ils aussi méchants sur scène qu’ils en ont l’air sur le papier (et sur la toile). Et ben oui, vraiment très méchants, hautains, insultants : jamais je n’ai vu des musiciens cracher autant dans le public (au sens propre) à part Arkhon Infaustus (dont le gratteux joue dans Kick back d’ailleurs). J’aurais bien un peu parlé de musique mais on dirait clairement que le groupe cherche à ce que l’on parle plus de l’esprit, du ton et de la démarche que du son qui sort des HP. Je me borne donc à ça. Seul point à peine positif (terme qu’ils doivent pas employer souvent) c’est qu’ils ont vraiment réussi à me mettre mal à l’aise avec leur attitude sur scène. Je laisse le soin à Mat(taw), plus assidu que moi sur ce set, de consigner les interventions épiques du chanteur et du gratteux, héhé !

Encore un groupe qui a perdu de la spontanéité, l’attitude « negative hxc » super calculée ne fait plus peur a personnes… En plus derrière le son ne suit pas donc a ranger au placard…

 

THE MISFITS (21h55)

Misfits sans Glen Danzig ? Vaste blague....

Vu de loin encore… ça avait de la gueule et le remplaçant de Glen Danzig, s’il n’a pas le charisme, avait au moins la voix qui allait avec. Pas grand fan du style, j’ai vite tourné les pieds mais je pense que la prestation de ce qu’il reste des Misfits aura réjoui les fans.

 

ENSLAVED (21h55)

Non… Flemme… Regrets… Dommage !

Bon son…de l’exterieur de la salle comme d’habitude pour la Rock Hard Tent. Toujours la grande classe cependant pour Enslaved et son évolution musicale remarquable. Un peu un sentiment de déjà-vu (2007) mais vu la journée misère on ne va pas trop se plaindre non plus.

 

VISION OF DISORDER (22h50)

Raaaaah lovely ! VISION OF DISORDER était - avec COALESCE - un des groupes que je ne voulais manquer sous aucun prétexte ce week-end, et je n'ai pas été déçu. Quel concert ! Placé aux barrières avec Swarm, on a pu assister à un show monumental, où les titres les plus énervés du groupe seront joué (dommage malgré tout de ne pas avoir eu quelques titres de "From bliss to devastation", pas si mauvais que ça). Tim Williams est un chanteur/Brailleur hors pair, aucune fausse note dans son chant malgré une activité débordante (slam dans le public, etc etc...). La réverb un peu trop présente ne gâchera pas mon plaisir, et l'annonce d'un nouvel album du groupe à la rentrée ne fait qu'égayer ma soirée.
Petit message perso : les gars, pourquoi vous êtes injoignables comme ça ? L'interview ce sera pour plus tard...

Tim Williams et sa clique donc. Inutile de dire qu’ils étaient attendus de pied ferme. Et bien les enfants, je peux dire que j’en ai pris une sévère dans la mouille ce soir. Vision Of Disorder sur scène en 2009, c’est des barres d’énergies et de puissances livrées avec un sourire grand comme ça ! Tim Williams, réel virtuose au chant, est très content d’être là, saute comme un capri, chante comme dieu, hurle comme un porc, vient très régulièrement nous rendre visite dans la fosse… Un bonheur ! La setlist quant à elle est très sélective : beaucoup de titres du premier album, de For the Bleeders et d’Imprint (pas assez de ce dernier à mon goût cela dit)… rien de from bliss from devastation. Le message est clair : le Vision Of Disorder nouveau sera frontal et brutal ! Seuls bémols : le son pas top et la reverb ultra abusive (et inutile) sur le chant sauf quand elle permet à Williams de se doubler lui même, putain ! Du tout bon jusqu’à la déflagration finale avec l’outro ultra musclée de By the River dont j’ai le souvenir de m’être dit qu’elle était inchantable sur scène dans mes jeunes années. Fan ! Fan! Fan !

Bonne surprise également que de retrouver VOD en pleine forme et délivrant un très bon set (malgré un son un peu casse oreilles par moment) avec des lights fantastiques (un peu comme Cult Of Luna l’an passé) et un jeu de scène bien carré sans pour autant perdre en fraicheur. Bonne clôture de soirée pour ma part.

 

KILLING JOKE (23h55)

Vu quelques chansons, parce que c'est Killing Joke quoi. Mais bien ennuyeux donc passe ton chemin...

Je ne suis pas un aficionados du groupe mais force est de reconnaitre que c’était du tout bon! Avec un set qui s’étend manifestement sur plusieurs décénies, la band à Colemen nous livre un son léché, une ambiance profonde, prenante et de réels moments de plaisir. Jazz Coleman est proprement habité et vit ses chansons. Un très bon moment, inattendu.

 

MARILYN MANSON (01h00)

AH AH. J'aurais pas aimé être à la place de ceux qui ont pris leur pass une journée pour voir cette parodie de concert... Une véritable escroquerie. Le Sieur Manson ne sait absolument plus chanter et s'égosille comme il peut, bouffi et complètement à côté. On enchaîne les costumes (d'ailleurs les maquilleuses qui interviennent toutes les 10 minutes c'est juste risible) et les décors pour faire cache-misère mais bon... Et, de surcroît, en mettant majoritairement des titres des derniers albums pour commencer le set, ça ne donne pas envie de rester, c'est mou, chiant, et à la limite de l'auto-parodie.
Bon, de toute façon c'est l'heure de l'after au camping, on y sera bien mieux...

Malgré tous les à prioris sur Marilyn, ses premiers albums restent excellents et j'avais envie de passer un bon moment. Mais les craintes sur ce concert se sont avérées vraies : aucun entrain, Manson fait son job, c'est tout. Un set ultra court (il pouvait pourtant jouer autant de temps qu'il voulait), un show au ras des paquerettes... Pour sa défense, on dira qu'il ne pouvait pas amener tout son armada scénique en festival. Quoique.

Très bon son, quelques bonnes chansons, set ultra court, mise en scène de diva au rabais, pains de batterie. Mais bon, c’est le nerf de la guerre (le hellfest était complet sur la journée du samedi).

 
le 30/11/-0001

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019

HASARDandCO

We Only Said - S/T
Crypt Trip - Rootstock