TRACY GANG PUSSY - Interview du 01/03/2007

TRACY GANG PUSSY (interview)
 
Pour commencer, pouvez-vous me faire une habituelle petite présentation du groupe en quelques mots ?
Le groupe s'est formé en 2003 par le guitariste. Au bout de pas mal de changements de line-ups on a sorti les albums "Born to win" et "Black" ; ensuite changement de bassiste et "Paris sucks" sort ces jours-ci.

Est ce que vous avez des influences principales ?
Hmmm... Des groupes ouais, mais c'est surtout des scènes : par exemple la scène rock'n'roll scandinave à la HELLACOPTERS ou TURBONEGRO, la scène punk US à la SOCIAL DISTORSION voire les RAMONES, et la scène glam des années 80 avec les GUNS ou MOTLEY CRUE. C'est un mix de tout ça essentiellement.

Votre nouvel album « Paris sucks » sort dans quelques jours, quelle évolution pensez-vous avoir par rapport au précédent, « black » ?
Déjà il y a eu pas mal de dates ; on a fait pratiquement tous les pays d'Europe (sauf le sud et la scandinavie), donc on a pas mal voyagé et je pense que ça se ressent pas mal au niveau des paroles ; et pour la musique, il y a un côté plus sombre qu'avant. On a également voulu rajouter des ponts musicaux, histoire de créer une petite atomsphère qu'on avait pas précédemment. On a aussi plus pris notre temps de bien travailler les titres.

Vous êtes partis en Suède pour mixer ce nouvel album, avec Tomas SKOGSBERG ; Pourquoi ce choix, et comment s’est passé ce périple ?
Tomas SKOGSBERG c'est le mec qui a créé tout le son "suédois" dans les années 90, il a produits des groupes comme HELLACOPTERS, REFUSED... Et on voulait cette touche dans notre son également ! Et sinon, et bien on s'est retrouvés 2 semaines chez lui à 150 km au nord de Stockholm, dans les bois et dans la neige !

Bon, vous êtes de Paris… Alors pourquoi ce nom d’album « Paris sucks » ?
Pour plusieurs choses en fait... Déjà pour le développement musical qu'il peut y avoir à Paris ou dans toute la France qui semble assez limité dans le sens où il se passe rien quoi... Les groupes internationaux ne passent quasiment jamais chez nous alors qu'ils font toute l'europe, et ce n'est pas parce qu'il n'y a pas le public mais parce qu'il n'y a pas les conditions pour.
Sinon quand t'es un petit groupe qui commence sur Paris t'as pas beaucoup de choix pour jouer, c'est la fête de la musique ; des petits clubs y en a pas donc c'est les cafés concert ou la Boule noire direct ; il n'y a rien entre les deux.
Comme on a eu l'occasion de pas mal voyager on a pu voir les réactions qu'avaient les gens vis-à-vis de nous en tant que Français ; des fois c'était "on aime pas les français pour êtes des connards" et le titre "Paris sucks" est là aussi pour dire qu'on est français mais pas nationalistes, on n'est pas là forcément pour représenter la France.
Et puis une dernière chose, ce titre c'était aussi pour casser le mythe à la AMELIE POULAIN où tout est beau et rose, non Paris c'était peut-être comme ça il y a un demi-siècle mais plus maintenant.


Vous avez signé chez ACTIVE ENTERTAINMENT ; comment s'est passé cette rencontre, et qu'est ce que cette signature vous apporte ?
Et bien, ça s'est passé tout bêtement, ils sont venus nous voir en nous disant clairement qu'on les intéressait. Grâce à cela on a eu plus de moyens pour le nouvel album, par exemple on est allés en Suède pour le mix alors que ça n'était pas du tout possible avant. Après ACTIVE a pas mal de connexions à droite à gauche donc ça ne peut qu'être bénéfique pour nous comme pour eux.

Vous avez beaucoup tourné l’année dernière, quels en sont vos meilleurs/pires souvenirs ?
Pour le meilleur je vais te dire Prague, parce que c'était juste la semaine dernière et on n'en est toujours pas revenus ; c'était sold out, les gens connaissaient les paroles par coeur et venaient vraiment pour nous donc vraiment un excellent moment !
Pour le pire souvenir, je vais pas citer de ville mais c'est arrivé déjà plusieurs fois où tu envoies des affiches pour la promo et quand t'arrives sur place l'organisateur n'a rien foutu, et tu te retrouves à jouer devant 5 personnes... Quand tu viens de te taper 800 kms t'as un peu les boules.


Ca s'est passé qu'en France ça ?
Heu, ouais... (rire gêné)

Donc apparemment vous êtes mieux accueillis à l'étranger ?
Ouais totalement ; c'est pour ça que ça nous fous les boules aussi parce qu'on sait qu'il y a le public en France mais le manque de promo dans les concerts dans certains lieux nous empêche de faire de gros concerts parfois. Après c'est pas ça qui nous empêche de foutre la patate même devant peu de personnes.

parlant de tournée, comment vous êtes vous retrouvés au premier festival européen organisé par MYSPACE ?
Il doit y avoir le fait qu'on s'était inscrits sur ce site quasiment dès sa création, même si on ne faisait pas forcément de pub dessus au début. Et puis on s'est rendus compte petit à petit que ça valait vraiment le coup, et au final pour n'importe qui maintenant c'est mortel pour faire sa promo. Maitenant on a une "fanbase" importante sur MYSPACE et ils nous ont contacté pour savoir si ça nous intéressait de jouer à leur festival européen.

On pose souvent cette question sur COREandCO, est ce que tu aimes lire ? Si oui, quel genre de livres/auteurs ?
Heu, ça fait longtemps... Il y a un moment où j'ai beaucoup lu mais je me suis arrêté il y a quelques temps déjà... Mon livre référence, ce serait "Justine ou les malheurs de la vertu" de SADE, que j'ai beaucoup lu et énormément aimé.

Vas-tu te ballader sur les webzines, et qu'en penses-tu ?
Ouais ça m'arrive... Et l'intérêt c'est que la plupart sont faits par des passionnés et savent ce qu'ils disent. Je pense que de toutes façons le net a révolutionné le monde de la musique en général.

As-tu un dernier petit mot à passer ?
Merci pour ton temps et pour l'interview !

photo de Pidji
le 29/03/2007

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019