DEVILDRIVER + THE AGONY SCENE le 21/12/2005, La boule noire, Paris (75)

DEVILDRIVER + THE AGONY SCENE (report)
Début du concert prévu à 19h30, je me pointe vers les 19h15 – bon OK cette fois-ci je pouvais pas me pointer à la bourre, j'étais dans un bistrot proche – et il y a déjà du monde dans le club parisien. Il faut dire que c'est la première date parisienne du combo américain et il est très attendu ce soir par un public qui semble fébrile et excité. Le temps de jeter un coup d'oeil au stand merchandising et de me trouver un repaire peinard pour les 2 sets, et je n'ai que 20 minutes environ à attendre avant que le premier groupe n'entre dans l'arène...

19h40. THE AGONY SCENE prend possession de la boule noire. Je dois dire que je n'avais écouté qu'une demi-chanson de ce groupe avant de les voir ce soir donc, forcément, je les voie en complet néophyte. Leur power heavy Metal me plaît bien dès le début de leur set: ça envoie grave du bois, des mosh parts en veux-tu en voilà, quelques blasts pour défourailler le tout et du gros son en façade. Après, bon, la voix a tendance à me laisser indifférent voire à m'irriter un tant soi peu et ce, assez rapidement; elle est très criarde façon black metal la plupart du temps et ne passe que rarement en mode /rauque/. Au bout de 30 minutes - et ce, aussi, il faut bien l'avouer, dû à un son pas génialissime – j'ai tout de même eu l'impression d'avoir entendu 4 ou 5 fois la même chanson. C'est un peu le risque avec les combos qui officient dans ce style, où certains plans sont, certes, très bons mais trop utilisés et donnent au final une impression de redondance. Ceci étant dit, j'ai bien apprécié leur set quand même, mais qu'est-ce que vous voulez ma bonne dame: n'est pas CHIMAIRA qui veut non plus...

C'est qu'il fait à moitié chaud dans cette putain de salle déjà, qu'est-ce que ce sera pour la « headline »?? Allez un p'tit verre de flotte pour réhydrater la machine...Il faut dire que la boule noire sied tout à fait à l'expression 'pleine à craquer' ce soir; je ne sais pas depuis combien de temps c'est sold out mais on ne peut plus faire rentrer un nain la-dedans, pour sûr. Le temps d'échanger quelques mots avec les gens de roadrunner, laisser passer les rapides soundchecks, et la lumière se fait ombre un moment pour annoncer la venue du meneur de démon...

L'intro de 'End Of The Line' du dernier en date, et très bon, « The Fury of Our Maker's Hand » monte dans la salle et provoque l'hystérie dans toute la salle. Là-dessus, les 5 gailllards montent sur scène et il paraît évident que c'est Dez qui mènera la danse ce soir; il commence déjà à chauffer tous les kids et est très à l'aise. Donc, 'End Of Line' démarre véritablement et c'est ...brutal! Exactement ce qu'on est en droit d'attendre d'un combo tel que DEVILDRIVER. Un déluge capillaire s'abattant dans tous les sens; le guitariste de droite et le bassiste s'en donnent à coeur joie en headbanging, pareil pour Dez. En réponse à cela, le pit est en furie. Un VRAI concert de pure fucking metal quoi, finalement... Suit à cela 'Nothing's wrong' (la 1ère de l'éponyme « Devildriver), et ça défouraille toujours autant (je suis ravi!!), le seul soucis qui apparaît est encore la succession (non pas de VRAIS slams) mais de blaireaux qui prennent la scène pour un dancefloor et qui restent 3 plombes avant de sauter (ce qui aura pour effet d'éxcéder le roadie qui finira par virer tous les irréductibles sans ménagement, et je le comprends). Côté setlist, pour l'éponyme, outre 'Nothing's wrong', les inévitables 'I could care less' ou 'Swinging the dead' ainsi que 'Meet the wretched' et un autre qui m'a semblé être 'I dreamed I died' seront joués, pour « The fury of our Maker's Hand » ce sera – outre 'End of the line' - 'Grinfucked', 'Hold back the day' bien sûr, 'Sin and Sacrifice', 'Driving Down the Darkness' et 'Ripped apart' (je crois). En tout cas le tout est très massif et on s'en prend plein la gueule, peut-être même trop oserais-je dire puisque le son est fort et parfois confus; certaines intros de titres sont complètement passées à la trappe pour ma part, c'est bien dommage. Dez demandera un bon vieux circle pit à un moment et l'obtiendra, bien sûr, facilement face à un public déjà tout acquis à sa cause. Il nous fera aussi savoir que c'est leur dernier show avant le retour à la maison, et la fatigue ne se fait trop sentir chez eux après toutes les dates qu'ils viennent d'enchainer, chapeau Messieurs. On finit par un petit rappel d'une seule chanson et on se quitte sur un « Joyeux Nöel » tout le monde!!

Bien bonne soirée que cette venue du meneur de démon donc. Et bon choix que ces THE AGONY SCENE également, même si je n'ai pas tout apprécié dans leur set. Quant aux maîtres de cérémonies que sont DEVILDRIVER j'en suis ressorti encore plus fan qu'avant, malgré ce son parfois approximatif qui est l'apanage, j'en ai bien malheureusement l'impression, de cette boule noire...
photo de Mat(taw)
le 31/05/2007

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019