Alestorm - Curse of the Crystal Coconut

Chronique CD album

chronique Alestorm - Curse of the Crystal Coconut

Après le mauvais No Grave But The Sea de sinistre mémoire, je n’attendais vraiment plus rien de l’équipage de Christopher Bowes.

Mais avec cette nouvelle sortie des Ecossais, je me rendis compte rapidement qu’il ne faut pas enterrer trop vite le pirate avec son trésor.

 

Car malgré sa longueur rédhibitoire, Curse Of The Crystal Coconuts est bourré jusqu’à la gueule de boulets de canon.

Pour prendre à rebrousse poil tous leurs détracteurs, les Écossais entament leur tournée des tavernes par le monstrueusement catchy "Treasure Chest Party Quest" aux paroles goguenardes et au refrain parfait.

Alestorm va ensuite montrer l’outrecuidance de commettre un sans faute jusqu'au huitième morceau. 

"Fannybaws" et "Chomp Chomp", par lequel Vreth de Finntroll, fait un rapide crochet sont ainsi des hymnes essentiels ou ridicules.

C'est selon.

"Tortuga" fait n’importe quoi également avec son break hip hop et on se prend à avoir honte d’aimer cette escroquerie de morceau, composée avec tant de roublardise.

La faute, aussi, au masqué et grassouillet Captain Yarrface d’un autre équipage de débilos, celui de Rumahoy.

Au rayon des featuring, celui de Patty Gurdy sur l’excellent "Zombies Ate My Pirate Ship" apporte un peu de lyrisme dans ce monde de corsaires mal lavés. La rousse piquante tiendra une vieille à roue sur d’autres titres. Là, encore une fois, le refrain du titre prouve l’intelligence de composition (ponctuelle) des forbans.

Sur le bien trop long "Wooden Leg Part 2 (The Woodening)", suite d’un morceau du moyen The Sunset Of The Golden Age, ce seront Tatsuguchi et Kaelhakase du combo Japanese Folk Metal ainsi que  Fernando Rey d’Afterpain qui viendront agrémenter un morceau trèèèès bourratif.

A côté de cette scorie obèse, se niche un "Shit Boat (No Fans)" sans intérêt et un "Pirate Metal Drinking Crew" bien trop facile et juste là pour brailler pendant un live qui ne se jouera pas, cette année.

C’est con.

Heureusement, le mélodique "Call Of The Waves", l’avinée "Pirate’s Scorn" et la bonne balade folk "Henry Martin" se tiennent bien, prouvant ainsi, qu’il ne faut pas trop picoler pour pondre un album résolument bien torché.

Keytar, violon, idioties en pagaille, incartades musicales réussies, Curse Of The Crystal Coconuts a tourné tout l’été chez moi.

 

Et quand la brume d’hiver stagne dans ma vallée, il repointe aisément le bout de son nez.

photo de Crom-Cruach
le 25/01/2021

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021