Bones - Diseased

Chronique CD album

chronique Bones - Diseased

Les bubons de Bones sont des indécrottables. On peut leur reconnaître cette qualité au moins.

Car depuis 2011 et avec  une production rachitique, les mecs de Chicago (Warlord, Carcass et Necromancer, nan mais PTDR x 53 000, quoi) font probablement autre chose dans le « civil ».

Vidangeurs de fosse communes syriennes ? Spécialistes en curetage de bennes à avortement  ? Ou encore, fabricants de faux steaks de soja en prépuces de musulmans, peut-être...

Un truc porteur quoi, et bien rémunéré. Car, ils ne peuvent pas vivre décemment (ou pas) de leur « musique ».

 

Diseased est, en effet, une sorte d'atavisme, de résurgence fière, voire de régurgitation glorieuse de deux genres complémentaires, limite parfois consanguins : le Death et le Crust.

Du coup, Bones fait encore et toujours du death crust. Faciles les gaziers.

Oh pas avec un brio brillant, pas avec un génie flagrant mais avec une guitare, une basse et une batterie. C'est déjà pas mal. Toutes les trois sous-accordées, produites un peu de façon plus ou moins aléatoire, avec un bonheur dissimulé ou affiché ( on ne sait point), par Francesco Gemelli, qui a bossé avec Master et Paganizer.

Voyez le genre ?

Bones fonce donc bien tout droit, en suant la mauvaise graisse, la rythmique de primate et les vocaux haineux. Des groupes bêtes et lourdingues, y'en a plein oui mais Bones, c'est bien. (C'était juste pour la rime, allez donc plutôt consulter des darons du genre comme Putrefaction). 

 

Moins punk et motörheadien que leur excellent Sleaze et pas franchement plus intelligent, Diseased se déguste, ainsi, comme les mycoses de votre copine : avec modération donc.

 

 

photo de Crom-Cruach
le 22/01/2020

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Sarke - Viige Urh
Megadeth - United abominations