Broken Edge - Unleash My Soul

Chronique Maxi-cd / EP (25:24)

chronique Broken Edge - Unleash My Soul

Ça fait quasiment un quart de siècle maintenant que Broken Edge vient régulièrement nous rappeler quelle est sa conception du thrash/death: pêchu, mais – entre les uppercuts – mélodique. Et le compteur a beau défiler, ces vétérans ne changent ni de main, ni de façon de faire. D’où un constat logique: sur Unleash My Soul, leur « Edge » n’est toujours pas réparée. C’est qu’à l’époque de Kaos / Fear déjà (en 2008), l’impression qui restait après l’écoute de leur musique tenait en un mot: « inégal ». En effet l’album proposait alors un entrelacs étroit de bonnes petites bombinettes et de plans plus bancals, la 2nde composante de ce cocktail gâchant forcément un peu le plaisir. Heureusement, cela est beaucoup moins vrai aujourd’hui: la qualité est répartie de façon bien plus homogène de morceau en morceau – même si, allez, « Stone Cold Evil » est quand même le moins excitant de la troupe, et qu’à l’opposé son successeur, « Glory To chaos », est sans équivalent sur cet EP, le mariage entre patate, accroche, personnalité et propension à aller nous chopper par le fond des tripes étant tout particulièrement réussi!

 

En fait si inégalité il y a encore dans la musique de Broken Edge, c’est plutôt au niveau des performances individuelles qu’il faudrait la chercher. En effet la saveur, la mélodie, les sourires sont indiscutablement le fruit du travail de la guitare, capable aussi bien de charger avec l’impact d’une mêlée de charolaises en mode « All Blacks », que de faire preuve de finesse – ce que démontrent les soli systématiques et souvent salvateurs, mais aussi des riffs plus tarabiscotés que la moyenne – pas djent, non, mais habilement alambiqués. C’est elle qui amène des débuts de morceaux en fanfare (« Unleash My Soul », « Marching  With The Fools »…), et qui rattrape in extremis des refrains pas franchement démentiels (« Unleash My Soul » encore). Par contre, côté chant, pardon de le dire assez brutalement, mais Thierry peine un peu à tenir la distance. Son registre « thrash rugueux monocorde et impersonnel » fait perdre un peu de volume à l’ensemble... Et c’est quand même tristoune, car avec un paquet de cordes vocales à poigne, tout ça prendrait sans doute un supplément d’envergure. M’enfin il est vrai que le pauvre paie sans doute un peu injustement pour les autres: le truc c’est qu’autant nos bisontins proposent des débuts de morceaux, des breaks et des soli vraiment sympas, autant les couplets – et malheureusement, trop souvent, les refrains – pêchent par un côté un peu trop raplapla. Et forcément, dans ces moments-là, qui c’est qui est sur le pont? C’est Thierry …

 

Mais donnons quelques exemples, histoire de ne pas jouer les distributeurs de bonnets d'âne sans pitié, et d’être un peu plus constructif…

 

Prenons « Marching With The Fools » et son bon gros coup de corne initial, suivi d’une belle envolée mélodique qui fait judicieusement décoller le rhino. Eh bien tout ça se rétame un peu brutalement à 0:38, quand débarque le couplet-moissonneuse-batteuse bas du front. Evidemment, l’effet de contraste est voulu, mais – ça n’engage certes que moi – il ne marche pas à l’avantage du morceau. Prenez maintenant « Stone Cold Evil » et son démarrage très Slayerien. Bon, ça part très classiquement, mais ça fonctionne, notamment grâce à ce break à 0:31 qui dynamise la bête. Malheureusement paf, à 0:52 on repart à dos de tracteur labourer les champs d’un couplet monotone… Allez, un dernier petit exemple avec « I Will Come Again » dont la mélodie et le riffing alambiqué introductifs mettent bien en appétit… Jusqu’à 0:34 quand, après le break, on passe à un couplet « caoutchouc fondu » lancinant qui brise l’élan. Manifestement, Broken Edge aime les ruptures – et je partage tout à fait ce goût. Encore faut-il réussir à contrebalancer du chaud par du froid, et pas du brillant par du terne...

 

« Il a un peu la dent dure là, le cglaume, non ? Il a ses règles ou c’est le dernier tiers provisionnel qui le chagrine ? »

 

Rien de tout cela. C’est juste que Broken Edge me semble avoir le potentiel pour pouvoir décoller, et qu’il est un peu frustrant de le voir ainsi scotché au sol à cause de rugosités / de maladresses / de choix (rayez les mentions inutiles) qui l’empêchent de déployer véritablement ses ailes. Bon, tout ça n’engage que moi hein: si vous êtes fans des morceaux les plus épais et les moins purement death de No Return, vous prendrez sans doute votre pied. D’autant que – j’insiste: Francis et sa guitare nous gâtent (d’ailleurs je pourrais même écrire « LES Francis et leur guitare nous gâtent », vu que la bête brille non seulement par son utilisation, mais aussi par sa mise en valeur via le mix et le mastering de Francis Caste).  

 

PS: inclus sur le bestiau, vous trouverez le clip de "Kill Your Gods", classique mais pas vilain (... d'autant qu'il souligne une certaine parenté entre le thrash/death du groupe et celui du Sepultura période Arise)

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte : Unleash My Soul propose un thrash/death à la fois massif et – quand il le faut – mélodique, mais dont les quelques finesses juteuses sont malheureusement gâchées par des couplets – voire des refrains – un peu tièdasses…

photo de Cglaume
le 13/05/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements