Church of misery - The second coming

Church of misery - "The second coming"
chronique Church of misery - The second coming

Voici que débarque le 2e album des Japonais de Church of Misery, sobrement intitulé The second coming. "Seulement le 2e" me direz vous ? Et oui, malgré leur énorme statut dans la scène doom/heavy rock, le combo nous a essentiellement offert des tas de splits (avec SHEAVY, ACRIMONY, IRON MONKEY,...) et divers EPs.

 

Donc c'est parti, "I, Motherfucker" débarque dans mes oreilles (écoutable également sur le site de SALVATION RECORDS). Et là, le son heavy et bien dark de Church Of Misery prends des allures impressionnantes. Leur nouveau chanteur a une voix bien grasse et criarde par moments (oui oui, c'est possible), la batterie semble saturer les micros par la force de frappe du batteur, et les riffs sont incroyablement groovy. Oui, le groupe arrive à nous mélanger un heavy rock bien sombre avec des passages plus rythmés, qui permets des solos bien vus par le guitariste.

 

Inspiré par les serial killers (notamment Ted Bundy, qui figure sur la pochette de l'album en version européenne, elle avait été censurée au Japon), la musique des 4 japonais pourrait très bien faire l'affaire pour un film qui serait complètement barré, rempli de meurtres en tous genres et plein d'action. Par moments (comme sur "candy man" par exemple) on peux même ressentir une certaine tension à écouter ce disque, mais que c'est bon quand les passages moins heavy, limite stoner (mais ils n'aprécient pas qu'on leur dise cela, alors passons), prennent le relais.

 

Bref, un bien bon album, qu'il ne faut pas mettre entre toutes les mains. Le mélange doom/heavy rock assez sombre et teinté de pas mal de passages groovy font leur effet au bout de plusieurs écoutes seulement. Mais attention, une fois que vous serez pris par leur musique, difficile de s'échapper des serial killers japonais...

photo de Pidji
le 12/10/2005

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019