Cyanic - Litanies of Lust Unholy

Cyanic - "Litanies of Lust Unholy "
chronique Cyanic - Litanies of Lust Unholy

Je vous sens flagada. La mine grisâtre, l'œil vitreux, la langue râpeuse. Vous êtes vidés d'avoir jonglé tout l'Hiver entre gastros, rhumes et autres gadins sur le verglas... Bougez pas Core & Co va vous rafistoler. Un Cyanic trois fois par jour, et vous serez retapé...
Et pis, si ça vous fait chier, retournez prendre du Smecta (et un dose de strychnine).

 

On va pas y aller par quatre chemins, Litanies Of Lust Unholy est une véritable merveille de haine pure qu'on nous gicle à la tronche. L'album condense tout ce qui se fait de mieux, de plus brutal et d'agressif en matière de Death, de Black et de Grind Core. Difficile de coller une étiquette précise sur le groupe tant Cyanic s'enracine au cœur de ces trois genres. On assiste bouchée bée à une avalanche de bestialité qui puise son inspiration chez les plus grands. Des cataractes de blasts, des riffs titanesques, des vociférations de damnés et une ambiance démoniaque qui vous fera dégobiller l'hostie de votre baptême. On observe cette débauche de fureur avec la plus vicieuse délectation qui soit. On songe à une partouze géante entre la puissance de feu de Marduk, la patate de Keitzer, la rage de Phobia, l'aspect monolithique de Cannibal Corpse, l'hystérie de Circle Of Dead Children et la folie de Captain Cleanoff! Mais trêve de namedropping, sachez simplement que Cyanic combine les aspects les plus teigneux des genres musicaux les plus brutaux. Et il le fait avec un talent évident.

Pas une seule faute de goût, pas une seule microseconde de faiblesse. Cyanic est constamment à fond, tous les voyants sont dans le rouge, rien ne s'arrête. On croit apercevoir une accalmie et on se fait taillader le gras du cul par une surenchère de blasts possédés drapés dans des voix qui dégoulinent de folie. Grunts cadavéreux + hurlements stridents = schizophrénie totale!!! = BONHEUR!

 

Vous l'aurez compris, Cyanic ne fait pas dans le dentelle, il vous décapera les conduits auditifs dans leurs moindres recoins sans aucune pitié. Une seule volonté semble animer le groupe: celle de donner naissance à la musique le plus bestiale et cruelle possible. Un sans faute, d'autant plus que Cyanic n'a pas sacrifié l'atmosphère sur l'autel de la sauvagerie pure. Dans ce flot continue de furie et de puissance ahurissante, on distingue quelques passages plus techniques évoquant un mixe entre Cannibal Corpse et Necrophagist. Ces derniers offrent un aspect très singulier à la musique qui atteint alors des sommets de folie gorgée de dissonances qui feront flipper les oreilles molles. Litanies Of Lust Unholy est tellement compact, intense, brutal et nerveux qu'on a du mal à croire qu'on a enfin mis la main sur une telle boucherie musicale! Surréaliste!

 

En plus de ses innombrables qualités, la tartine que j'essaie piteusement de vous décrire bénéficie d'une production en béton triple épaisseur et d'un artwork splendide. Lorsque l'on sort des 27 minutes de ce carnage absolu, on est littéralement lessivé... Ereinté mais heureux! Et on y retourne encore et encore pour s'imprégner de la sensualité perverse qui suinte de cette tuerie. Bestial, fascinant, envoutant...

 

Ha, quelle jouissance, mais quelle jouissance!!! Par Jupiter!!! Passer à côté d'une telle pépite serait pure infamie.

 

Buy or die!!!

photo de Cobra Commander
le 22/02/2013

4 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 22/02/2013 à 09:30:39

"Des cataractes de blasts" ... à l'oeil je suppose ? :)))))
En tous cas là, tu fais envie. Je vais m'écouter ça !

Cobra Commander

Cobra Commander le 22/02/2013 à 09:42:10

Oui, à l'oeil mon cher Cglaucome! :)

Domain-Of-Death

Domain-Of-Death le 22/02/2013 à 13:47:12

Wouhou! ' Y a Bon :p

Keyser

Keyser le 01/03/2013 à 08:56:57

Excellent album en effet, parfait comme exutoire!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Scribe - Hail Mogambo
Exmortus - Ride Forth