Eternity - To Become The Great Beast

Chronique CD album (42 mn)

chronique Eternity - To Become The Great Beast

« L’œuvre d’une vie » et « le point culminant d’années de travail », voilà comment est présenté le second album d’Eternity, intitulé To Become The Great Beast et sorti en septembre 2019 chez Soulseller Records. Derrière Eternity, actif depuis 2003, se cache en fait le projo solo d’Evighet. Son premier album Bringer of the Fall était sorti en … 2006. L’attente est donc réelle, sans doute insupportable, du côté du frontman, qui réinvestit et retravaille ici une demo de 2005. Pour ce faire, il a fait appel pour le passage en studio à Blasphemer à la basse, LE Blasphemer (Vltimas, Aura Noir, ex-Mayhem) et pour les autres instrus à des membres de Nocturnal Breed et Den Saakaldte. Signalons également les piges vocales du guest Brynjard Tristan (ex-Dimmu Borgir, ex-Old Man’s Child). Du lourd !

 

C’est ainsi une partie des forces vives de la scène musicale extrême norvégienne qui concentre leurs efforts pour proposer ici un Black Metal dense et haineux, qui se nourrit de l’amour d’Evighet pour Satan. L’adulation pour le Malin coule comme un délicieux venin dans les veines de chacun des 10 morceaux. Et d’ailleurs son logo et sa couv’, simples et réussis, en administrent la preuve, de même que le très bon "Te Nostro Deum Sathanas", choisi comme single promotionnel (écoutez donc le passage dantesque à la guitare après 2 mn 01 s).

 

 

Cet opus m’a tout de suite cueilli, dès l’entame, avec le très court "Sun of Hate". Et puis, c’est mort : emporté, je l’ai été jusqu’à la fin par cet excellent pot-pourri norvégien, qui s’exprime au travers de morceaux tirés au cordeau entre 3mn40 et 5 mn. Pas plus ! Les riffs agressifs combinés à la double dévastatrice, comme sur "If Ever I Lived" (après 1mn 56s…), sont une tuerie. Plusieurs passages, spécialement le dernier "Nine Magic Songs", révèlent même un réel talent de composition.

 

D’aucuns y trouveront peut-être à redire ; quant à moi c’est tout le contraire. To Become The Great Beast a su tirer - avec fureur - sa substance des lignes de force du Black norvégien :

- "Bringer of The Fall" et "Empire" vous rappellent dès les premières notes le cultissime Gorgoroth ? Oky, c’est vrai et c’est quoi le problème !?

- "In Subspecies Aeterna" vous fait penser tout à la fois – pour son entame –  à Darkthrone et – pour le reste – au Dimmu Borgir de Stormblast ? Et alors, c’est bon ou bien !?

- Quelques passages de "If Ever I Lived " vous rappellent Immortal ? Ben quoi, qu’est-ce qu’on en a à fout’ !

- "Violator" et plus encore "Horror Vacui" reniflent le Thrash Black d’Aura Noir à cent bornes !? Arf, perso je m’en tamponne le boule ! C’est ça justement qui est cool !

 

Au total, le To Become The Great Beast de 2019 est une morsure musicale intense, « comme un double expresso ultra ristretto », qui ne se desserre qu’à la fin de ses 42 mn.

 

Écoutez, vous serez vous-mêmes happés, puis - je l'espère - imprégnés par un délicieux goût de « reviens-y ».

 

Et, de mon côté, et ben BIM !!! Le nouveau Eternity est dans mon TOP 10 de l’année 2019…

… What else ?

photo de Seisachtheion
le 10/12/2019

2 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 10/12/2019 à 12:14:09

Miam miam, ça donne envie tout ça!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 26/01/2020 à 12:38:09

Puissant

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Am I Not - Apparent Void
Nullcult - Zéro
Chronique

Nullcult - Zéro

Le 04/10/2018