Flatstick - Omnicore

Chronique CD album (42:58)

chronique Flatstick - Omnicore

Sûr que ça a dû vous arriver à vous aussi: vous êtes tranquille, en train de [palper des kiwis / parcourir les bacs de CDs d’occase / somnoler dans le bus], et là bam!, vos yeux tombent sur le portrait craché – à tous les niveaux hein: regard, expression du visage, coiffure… – de votre [frangine / tonton Marcel / prof de bio]. À un détail près: cet inconnu est [asiatique / plus vieux de 10 piges / du sexe opposé]. Mais bordel, c’est incroyable une telle ressemblance: c'est à se demander si le père ne serait pas le même…

 

Eh bien quand on écoute Omnicore pour la première fois, même chose: on se dit que le papa de Carnival in Coal a dû faire un tour en Australie et y tâter de la croupe hémisphère-sudique. À moins qu’il n’y ait carrément abandonné un frère-jumeau, Mr et Mme In Coal n’ayant peut-être pas eu les moyens de nourrir deux rejetons, et ayant finalement dû se résoudre à abandonner le petit Flatstick dans le bush. Je vous jure que la ressemblance est assez dingue. L’écoute de « J.E.L.L.U.S. » est édifiante à cet égard: ces chœurs nasillards déconnants, ce metal zébulon hyper catchy qui n’arrête pas de digresser et de clin d’œil-iser tout en restant incroyablement cohérent… Ça respire le duo Wursthorn / Strobl à plein nez! Tiens prenez ces pieds de nez digressifs – les parenthèses « La croisière s’amuse », la grosse basse typée Infectious Grooves – qui  égayent l’espèce de hardcore indus-isé violent de « Bitter ». Ou bien les épisodes funky’n’jazzy qui font remuer du popotin sur « Bend Over ». Bordel mais ça n’a pas été enregistré au Walnut Groove Studio tout ça? En plus du style, c’est à peu près le même son qui sort des enceintes!

 

Oui mais a priori non. Déjà parce que ce Omnicore ayant été composé en 1999, de l’autre côté de la planète, il y a assez peu de chance pour que les oreilles et la musique des uns et des autres soient rentrées en collision. Parce que l’influence objective du groupe provient plus certainement de l’une des formations ou Mike Patton a brillé. Et puis parce que Flatstick possède quand même sa propre folie, ses petits trucs bien à lui. Tiens par exemple: la base à partir de laquelle le groupe brode ses napperons nawak est essentiellement constituée d’un metal mécanico-hardcore qui doit sans doute beaucoup à Fear Factory, SYL (« Adios » me semble clair sur ce point) et Biohazard (cf. « Not Fit To Breathe » où le groupe plaque un phrasé from Brooklyn sur des rythmiques rappelant le Thresholds de Nocturnus). Par contre, pas tellement de poussées black'n'death chez les cousins australiens, contrairement aux habitudes carnavalicoles.

 

Et puis merde, laissons tomber cette question de l’air de famille: Omnicore est un album génial, un point c’est marre. La grande majorité des morceaux sont de véritables petites pépites de metal qui-ne-se-prend-pas-au-sérieux-mais-qui-botte-le-cul, comme l’exceptionnel « Twilight Dementia » au refrain à la fois planant et viscéral – qui rappelle un peu les pattoneries de « Another Body Murder » (Remember Judgment Night?) –, comme le China Town punk-rock parodique de « Tony! », ou la fraîcheur et la vitalité d’un « The Perfect Day » à écouter à fond lors de vos week-ends pique-nique. Ou comme les morceaux cités précédemment. Ou comme tous les autres. Du gros matos qu’on tient là! Et dire que je ne découvre ça que début 2012… Si c’est pas du temps perdu ça ma pauv’ dame! Allez, rendez-vous bien vite sur le site du groupe pour télécharger légalement et gratuitement cette excellente rasade de Schweppes metal – rafraîchissant, pétillant et fruité – et par la même occasion découvrir les aventures de C-ass-per, le petit fantôme-batteur-râleur mort d’avoir chatouillé ses intestins un peu trop profondément avec une baguette (véridique – téléchargez et vous entendrez…). C’est ma tournée!

 

 

 

 

 

La chronique, version courte:  vous pleurez la disparition de Carnival in Coal? Vous aimez quand ça pulse, quand ça balance, quand ça mélange et que ça déconne? Vous aimez Fear Factory, Biohazard et Mr Bungle? Allez hop: un suppo de Flatstick et on se secoue la couenne!!

photo de Cglaume
le 04/03/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • Tournée Sunnatra + Yatra 2019