Toehider - The First Six

Toehider - "The First Six"
chronique Toehider - The First Six

LE PROJET « 12IN12 » – OU LE MARATHON PROG / METAL / ROCK SELON TOEHIDER.

 

Explications: Afin de contourner la pression inhérente à l'écriture du 2nd disque, Toehider – et plus particulièrement Michael Mills, sa tête pensante, chantante et riffante – s’est lancé dans un pari fou: sortir un EP par mois pendant 1 an, de mai 2009 à avril 2010. Et là où 99,999% des groupes se seraient vautrés comme de vieux étrons de loutre, Toehider en a profité pour, aussi tranquillement que brillamment, rentrer dans l’histoire (… mais si: ce n’est qu’une question de temps, de bouche-à-oreille et de lobbying!)

 

 

Tenir entre ses mimines fiévreuses 12 mini-galettes dont les sillons laser reflètent avantageusement les rayons du soleil, c'est clair que c'est sympa, surtout si l'on est un épouvantail, ou à la rigueur un sapin de noël. M'enfin bon, ce n'est pas forcément pratique si l'on doit en parallèle battre des blancs en neige ou bercer bébé – à moins de s'appeler Shiva, of course. C'est ce qu'ont dû se dire nos australiens – et, on imagine, leur label – quand ils ont décidé de rassembler les 12 EPs du projet « 12In12 » sur les 2 doubles CD The First Six et The Last Six. Parce qu'une fois les évangiles Toehideriennes ainsi packagées, il devient tout de suite plus facile de jongler avec sans avoir fait l'école du cirque.

 

Bon, trève de plaisanterie, et retour à l'analyse studieuse. The First Six ne rassemble pas vraiment les 6 premiers EP du projet, comme on pourrait raisonnablement l'imaginer. Le double CD compile en fait le tout premier EP du groupe, Toe Hider, avec les EPs #2, #3, #4, #5 et #6 du projet « 12In12 » – le premier de la série, Children of the Sun, ayant sans doute été écarté pour non-représentativité (...plus des questions de droits!) du fait qu'il se contente de proposer des reprises de thèmes de dessins animés. Petit plus qui fait tout le sel de la chose, le 2e CD se voit agrémenté d'un titre supplémentaire, « … But Mostly Metal », carrément raccord avec l'esprit de Metaltarsus – puisqu'il consiste en une parodie moqueuse 200% Nanowarienne du « Wheels of Fire » de Manowar. Ceux qui n'étaient pas complètement persuadés du 2nd degré animant Toehider sur leur sortie d'octobre sauront à présent à quoi s'en tenir!

 

Allez, petit récapitulatif du contenu de ce double CD rempli ras-la-gueule de bonnes choses:

 

Disc 1 – Toehider – 2008

Genre: prog metal / rock queenien allumé.

Un excellentissime acte de naissance. 8.75/10 (la chronique)

 

 

 

 

Disc 1 – Not Much Of A Man – juin 2009

Genre: rock acoustique.

Une gratte acoustique, une voix... Un carton. 8.25/10 (la chronique)

 

 

 

 

Disc 1 – Old, Old, Old – juillet 2009

Genre: (hard) rock des origines.

Un sympathique – et bluffant – voyage dans le temps. 7.25/10 (la chronique)

 

 

 

 

Disc 2 – Toehider Too! – août 2009

Genre: prog metal / rock queenien allumé.

Une excellentissime carte d'identité. 9/10 (la chronique)

 

 

 

 

Disc 2 – How Did Counterquistle Lost His Pyjamas? – septembre 2009

Genre: conte mis en musique.

Un Pierre Et Le Loup-like, à la mode Toehider. Pas hyper bandant. Intermède/10 (la chronique)

 

 

 

 

Disc 2 – Metaltarsus – octobre 2009

Genre: hommage presque sérieux au heavy metal.

Une visite guidée effectuée par des amoureux du genre. 8/10 (la chronique)

 

 

 

 

Disc 2 – Bonus: « … But Mostly Metal » – 2009

Genre: parodie de Manowar.

Du pur Nanowar, les godemichets en moins. 8/10

 

 

 

 

 

La chronique, version courte:  6 EPs variés et pourtant uniformément excellents (enfin: « quasi-uniformément », la faute à How Did Counterquistle Lost His Pyjamas?) rassemblés sur un double CD. Un véritable tour de force, un CV en béton. Un coup de coeur, aussi.

 

photo de Cglaume
le 26/04/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Myra Lee - 2
Chronique

Myra Lee - 2

Le 10/09/2007

Bloodlined Calligraphy - Ypsilanti