Halo - Body Of Light

Chronique CD album (43:56)

chronique Halo - Body Of Light

Aïe.

C'est quoi ce bruit ?

Ça me ronge la tête, je deviens fou ! AAAAAAH. Voilà ce qui pourrait se dégager chez vous après l'écoute de ce Body Of Light .

Donc, soyez prudent. Si vous êtes malade ou sujet à des troubles mentaux je vous déconseille fortement d'écouter Halo sous peine de massacrer vos voisins sur un coup de folie. Car, oui, là on nage en pleine folie. Halo c'est quoi ? Certains diront que c'est l'antithèse de la musique, s'ils le veulent. Halo c'est un duo. Une basse ultra-méga-saturée, des cris de douleur, une batterie 50 fois plus lourde que du doom (genre un lâché de baleine bleue du haut d'un gratte-ciel qui s'écraserait sur une Lada). Une sorte de mix entre Godflesh/Neurosis/5ive en encore plus bruitiste. C'est éprouvant, désespéré, lent, oppressant, frustrant, dissonant. Un véritable cataclysme de terreur et de mal-être représenté avec cet album. Ne cherchez pas de mélodies, ici ça n'existe pas. C'est le chaos. Il arrive comme sur "Man Whore" qu'un rythme plus engagé apparaisse mais cela reste tout aussi déjanté et maladif. L'album comprend 8 chansons pour 44 minutes. Si vous trouvez (dans un autre genre) que Meshuggah c'est froid, robotique et dénué de sentiments... Halo en est la quintessence.

Rien à rajouter, c'est une expérience exceptionnelle et complètement à part. Il faut la vivre. Âmes sensibles, abstenez-vous.

photo de Noisy
le 28/07/2005

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements